Victoire de la France et succès de la première finale Furisiyya

dimanche 29 septembre 2013 - Barcelone (ESP)

  • imprimer

Ils l’ont fait. A Barcelone. Ils auront écrit la première page de l’histoire des Coupes des Nations revue, corrigée et millésimée 2013, cent ans après la première du genre, par la FEI avec le soutien de Saudi Equestrian, sous le nom qui en dit long sur et pour le cheval : Furisiyya.

barcelone13-delestre, de ponnat, guerdat largeL

FEI

Aymeric De Ponnat, Philippe Guerdat et Simon Delestre lèvent un trophée bien mérité!

Oui la France est bien la première à inscrire son nom au palmarès de ce qu’il convient d’appeler un nouveau championnat du Monde par équipes et ce même si l’Allemagne dont on peut imaginer qu’elle serait aussi battue avec conviction si elle avait été de la partie, était absente du débat. Un mois tout juste après la médaille en chocolat (4ème) des championnats d’Europe d’Herning les Bleus retrouvent l’or et la manière ! Philippe Guerdat dont l’objectif affiché dès sa prise de fonction en avril dernier était clairement la Normandie en 2014 avait inscrit cette première finale expérimentale du circuit FEI Furisiyya Nations Cup comme un passage obligé et d’une vraie importance. En clair, les Bleus lorsque la compétition est à son paroxysme tant sur le plan technique que mental, sont ils à la hauteur ? La réponse a été sans équivoque et, au fond, la déception du Danemark peut être un mal pour un bien.
Qu’on se le dise, avec un million et demi d’euros (500 000 € au vainqueur) sur la table, l’ambiance était électrique au départ de la compétition; les gradins et la pelouse du Real Polo Club de Barcelone combles.
Pas un des trente deux compétiteurs qui n’avait à cœur de délivrer pour son équipe, le meilleur de lui même. Huit formations au coude à coude issues d’un premier tour de chauffe sans pitié le vendredi et qui repartaient pour un seul tour avec les compteurs remis à zéro. Sur la piste un vrai parcours de championnat signé Santiago Varela qui avait eu tout le week-end pour prendre la mesure de son plateau. Au menu, après un vertical contrariant en N°1, ce qui n’est pas fréquent, à nouveau un triple très délicat en fin de parcours et, pour la première fois depuis longtemps, une barre de spa en entrée du double, le tout assorti d’un temps limite accordé des plus justes au point qu’il fut allongé après les trois premiers passages dont celui de Patrice Delaveau.

Quand les bleus construisent leur victoire.

Une belle entrée en matière que celle signée par le cavalier d’Orient Express volontaire et décidée comme on put en juger sur la rivière ! Une faute toutefois sur l’entrée du double évoquée plus haut mais aussi un constat : pas une autre équipe n’avait fait mieux. Seuls la Belgique et le Brésil étaient à égalité. C’est là qu’Aymeric de Ponnat et Armitages Boy donnèrent l’assaut déterminant. Sûr de lui, de son cheval, dans la juste mesure à l’abord de chaque difficulté, il signa le premier des quatre sans faute enregistrés tout au long de l’épreuve. Épatant et effaçant à jamais le doute ressenti en première manche le vendredi. Confirmant également ce qu’Aymeric prétend : le cheval s’améliore toujours au fil des parcours. Au terme de ce deuxième tour, a mi épreuve exactement et grâce à ce sans faute, les Bleus tenaient déjà a corde devant l’Irlande mais la Belgique, les Pays Bas ou le Brésil n’avaient pas dit leur dernier mot. Le troisième passage, celui de Simon Delestre, revêtait une importance capitale.
Sans faute la partie était probablement remportée, une faute et le match continuait avec avantage pour les Bleus. Simon et Qlassic Bois Margot le savaient et se jouèrent des difficultés, ne concédant qu’une petite faute de postérieur sur l’oxer N° 9, pour se promener dans la ligne finale, celle du triple.
A ce stade de l’épreuve, les deux tiers étant avalés, seul un parcours sans faute de Pénélope Leprévost pouvait améliorer le score de l’équipe (8 pts). Las dès le vertical N°I, Nayana lui coupait l’herbe sous le pied ! La Française abandonna. L’issue de la compétition était désormais dans les mains des Irlandais et des Brésiliens. Un sans faute de Billy Twomey et de la doyenne Tinka’s Serenade et la France était contrainte au barrage. Un sans faute d’Alvaro de Miranda avec le solide Bogeno et le Brésil l’emportait comme lors de l’épreuve qualificative du vendredi. Las, la tension, l’enjeu probablement s’en mêlaient (4 pts chacun) et la France l’emportait à la régulière. Chapeau. 

Tous les résultats en cliquant ici!

Sur place, Xavier Libbrecht

Bucas
Couvertures pour chevaux
Fautras Équestre
Fabricant de vans et camions pour chevaux
Theault
Spécialiste du transport pour chevaux depuis 1924
Laboratoires Audevard
Ce qui nous rassemble, la santé et la performance du cheval.
  • imprimer

0Commentaires

VERONIQUE B | 30/09/2013 22:32
Bravo pour le sport et dommage pour les chewing gum et les quelques têtes patibulaires!!
Michel
KARINE B | 30/09/2013 08:48
BRAVO à l'équipe de France et P.Guerdat pour cette magnifique victoire! Nous avons vu Aymeric, Simon et Philippe heureux de cette belle victoire!!! Le reste de l'équipe fut moins démonstratif...


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr