Voeux 2017 - Geneviève Mégret : "Former la relève"
dimanche 08 janvier 2017

Flora de Mariposa
Flora de Mariposa et Geneviève Megret © Eric Fournier

Sport, élevage... Geneviève Mégret, à la tête du haras de Clarbec et propriétaire des chevaux de haut niveau de Pénélope Leprévost, admet que 2016 a été particulièrement dense en émotions et porte de nombreux projets en 2017.

Lorsque l'on interroge Geneviève Mégret sur la rétrospective et les moments forts de l'année passée, c'est bien sûr la médaille d'or par équipe en saut d'obstacles aux JO de Rio qui est évoquée en premier lieu. "Les Jeux sont un événement très spécial, qui n'a lieu que tous les quatre ans, indique l'éleveur. Y retournera-t-on un jour? On l'ignore. C'est pour cela que l'on vit cette compétition de façon aussi intense". Pourtant, la propriétaire de Flora de Mariposa admet que les choses avaient mal commencé. "Le forfait de Simon, les coliques de Flora... Et puis, voir la jument entrer en piste avec Pénélope et sauter comme si rien ne s'était passé, ça a été incroyable". Outre cette échéance, Geneviève Mégret pointe "beaucoup de choses formidables" qui sont survenues en 2016 du point de vue sportif. "Les premières Coupes des Nations de Vagabond de la Pomme à Rome et de Ratina d'la Rousserie à Aix et leur double sans faute sont évidemment des moments dont on ne peut que se réjouir. Les Coupes des Nations sont des instants très particuliers quand on aime le sport, indique l'éleveur. Il y a une notion d'équipe, on porte les couleurs de toute une nation".

2016, le retour de Chacco Rouge, la retraite de Nayana

La victoire de Flora dans le GP d'Anvers et celle de Nice Stephanie dans celui de Bordeaux restent également des épisodes marquants pour leur propriétaire, qui se réjouit des multiples classements des quatre chevaux de tête de Pénélope Leprévost. "Il y a eu beaucoup de moments forts et nous avons vécu beaucoup d'émotions, poursuit la propriétaire. Et je les ressens avec toujours autant d'intensité et de passion. Je n'arrive pas être blasée". Toujours du côté du sport, mais aussi de l'élevage, 2016 signe le retour d'un étalon cher au cœur de Geneviève Mégret : Chacco Rouge. "C'est un cheval que j'ai acquis alors qu'il avait 5 ans. Il a fait deux excellentes saisons mais a été ensuite atteint d'une seime que nous avons eu beaucoup de mal à traiter, indique sa propriétaire. C'est un très bon cheval de concours, très respectueux, et dont les premiers produits montrent de belles qualités. C'est un cheval que nous ferons sans doute évoluer vers le haut niveau". Et puis, a contrario, pour d'autres chevaux, 2016 a signé le glas de la compétition. C'est le cas de Nayana, jument acquise par Geneviève Mégret à trois ans. "Elle a eu un parcours exemplaire et signé beaucoup de performances avec Pénélope. Il est temps pour elle de se reposer. J'espère qu'elle nous donnera de petits champions"

2017, "sur tous les fronts"

"Au vu de la forme physique des chevaux, je pense que nous pouvons aspirer à certaines ambitions sportives pour 2017, indique Geneviève Mégret, regardant vers l'année à venir. Il y aura encore beaucoup de Grands Prix, les championnats d'Europe... Nous avons la chance d'avoir plusieurs chevaux qui concourent à haut niveau et Pénélope aura le choix d'adapter au mieux les parcours de chacun, selon les résultats. Avec les chevaux, rien n'est jamais écrit à l'avance. Ma seule exigence, c'est le respect physique et moral du cheval. On aime le sport, mais pas à n'importe quel prix". 2017 sera également une année de formation et l'éleveur pense à la relève. "Nous avons la fille de Flora, Ilena de Mariposa, 9 ans,qui semble très prometteuse". Creta LS, Vahine de Favi, Varenta Gem, nièce de Nayana, et Dark Lady du Val du Geer (que Geneviève Mégret possède en co propriété) toutes âgées de 8 ans, pourraient, selon Geneviève Mégret, parvenir sur la scène du haut niveau dans quelque temps. "Nous prenons le temps de former, sans aller trop vite", précise l'éleveur. Enfin, concernant l'élevage, Geneviève Mégret entend en 2017 développer son activité d'étalonnier. "J'aime cette activité, j'aime échanger avec les éleveurs français, concède-t-elle. C'est quelque chose qui m'apporte beaucoup. Dans mon catalogue, je propose plusieurs performers de haut niveau, à l'instar de Vagabond, de Casallo Z, de Quabri de l'Isle, d'Alicante ou de Topinambour mais également des étalons en devenir. Bref, entre le sport, l'élevage, nous ne manquons pas de projets. Avec les chevaux, la vie est tout sauf monotone!"