Le retour de la France à Offenburg

jeudi 12 février 2015

  • imprimer

Ce week-end se tenait le Trophy Süd à Offenburg, une compétition réunissant quelques unes des meilleures équipes internationales de voltige avec les Suisses de Luttisburg, les Allemands de Köln et les Français de la Cigogne. Pour la "team France", il s'agissait d'un premier retour en concours depuis la médaille de bronze obtenue aux Jeux Mondiaux de Caen.

offenburg voltige equipe cigogne largeP

Christina Wi - "Geknipst"

offenburg voltige equipe cigogne largeP

Christina Wi - "Geknipst"

previous video next video

Cette compétition à Offenburg est particulière, seulement deux programmes libres sont présentés à la différence d’un CVI  « ordinaire » où le programme imposé vient se rajouter.
 La période d’entraînement hivernale fût rude. « Il nous a fallu dans un premier temps nous remettre des Jeux Equestres Mondiaux pour lesquels la préparation fut  longue et intense. Ensuite, nous avons dû remplacer Nathalie Bitz qui a mis fin à sa carrière  à la suite  des JEM et  soigner les quelques petites blessures, ce qui ne nous a pas empêché de continuer à nous entraîner malgré le froid, et à préparer et perfectionner nos programmes,  ensemble. Nous sommes contents de pouvoir enfin nous replonger dans le bain des grandes compétitions. » explique Clément Taillez.
Pour la Team France à Offenburg, l’objectif principal était de présenter un programme libre sans fautes majeures, mais surtout, il était essentiel que Cléone Fritsch, la nouvelle recrue au sein de l’équipe, se sente en confiance,  qu'elle puisse démontrer ses capacités de gestion de stress lors d’une compétition internationale et qu'elle prenne ses marques au sein de la Team.

« Nous gardons les pieds sur terre… »

Après un premier libre sans embûches, la Team France prend  la seconde place au classement provisoire avec un score de 8,785 malgré quelques petites imperfections d’exécution  «Nous étions conscients de notre capacité à exécuter ce programme sans  grosses fautes, mais nous gardons les pieds sur terre et nous savons qu’il nous reste du chemin à parcourir avant d’atteindre la première place des podiums» déclare Clément Taillez à la sortie du premier libre.
 Dimanche matin, nous arrivons sur le site pour nous mettre en condition pour la finale. Il est indispensable de savoir que la Team France n’est pas une équipe comme les autres. Ses moments de préparation sont à l’image de la diversité des personnalités qui la composent. Pour se préparer mentalement, rien de mieux que de s’installer en tribune, regarder du CSO, se raconter des blagues (pas forcément toutes marrantes il faut le préciser), se coiffer pour les filles, dormir à cheval sur deux chaises pour Anthony Presle, effectuer une séance d’ « ostéopathie » entre nous.  Quand au petit du groupe, Robin Krause, il nous conte ses histoires de jeux vidéo … que, certes, l’équipe n’écoute que d’une oreille. Le plus important à travers ces moments, c'est de retrouver une cohésion d’équipe et ainsi de se sentir plus forts, tous ensemble.
L’heure de la finale approche, l’équipe commence à préparer son cheval, Watriano.  A ce moment là, chaque voltigeur a un rôle très précis, qui permet de gérer la préparation à la seconde près. En quelques minutes le cheval est prêt et les dernières consignes de l’entraîneur Cédric Cottin se font entendre « soyez précis dans vos appuis ; écoutez bien ce que le cheval vous donne en dessous ; n’oubliez pas de mettre de la présence dans chaque figure et surtout … ne vous blessez pas ! ».
Nous entrons sur la piste d’échauffement, où nous retrouvons toutes les autres équipes « Nous sommes tous amis en dehors des pistes, mais lorsque nous sommes à quelques minutes du passage, chaque équipe se recentre sur elle-même,  sans s’occuper du regard des autres concurrents. » affirme Anthony Presle.
Chaque membre de l’équipe s’échauffe physiquement pendant que le longeur Fabrice Holtzberger s’occupe de Watriano. Fabrice à besoin de ce temps imparti pour rentrer en osmose parfaite avec sa monture et ne faire  qu’un avec ce très grand cheval gris.
Vient la phase d’échauffement à cheval.  Nous avons le  même rituel d’échauffement lors des compétitions et des entraînements, une sorte  de  « protocole » où chacun a son rôle. Tout se déroule bien et nous sommes à quelques petites minutes de la  finale. L’équipe Allemande passe juste avant  et exécute une très bonne prestation, notre équipe s'approche du cercle de compétition avant de rentrer en piste. Les dernières recommandations se font entre nous. On démystifie le fait qu'il s'agisse d' une compétition importante. Nos amis allemands passent à côté de nous et nous encouragent  « Good Luck !». La cloche sonne une première fois et c’est le moment  d’entrer en piste avec une course digne des militaires.

« Lorsque quelqu’un tombe, c’est toute l’équipe qui tombe avec »

Moment de silence, Fabrice  ajuste le cheval sur un grand cercle afin d’obtenir une parfaite cadence de galop, nous sommes alignés sur le côté et restons concentrés sur le programme. La cloche retentit, les premiers voltigeurs abordent le cheval. Une minute se passe sans encombre, mais lorsque vient le premier passage à trois, une chute, à cause d’un déséquilibre vient perturber nos chances de gagner. A ce moment, chacun se remotive afin de finir le programme sans une nouvelle erreur. Tout se termine, proprement, mais malheureusement les notes ne nous permettent pas de grimper sur la plus haute marche du podium. Le score est de 8,433 et la Team France descend à la troisième place derrière l'Allemagne (8,826). La Suisse gagne (8,895)
Dès la sortie de piste, voltigeurs, longeur et entraîneur font un débriefing à chaud . Il est très rare que l’équipe  tombe  sur ce programme.  Il a fallu une mésentente d’une milliseconde. Chaque coéquipier s’explique, car lorsque quelqu’un tombe, c’est toute l’équipe qui tombe. C’est précisément pour cette raison qu’il est primordial de se soutenir et de rester soudés. L’équipe a peut-être perdu une bataille, mais sa force est là : elle se remobilise pour les prochaines échéances à venir.
Enfin, toutes les Nations se retrouvent à la remise des prix. C’est le moment des récompenses, chaque équipe est respectueuse des autres. La voltige est une grande famille. L’équipe de France n’a pas gagné la compétition, mais son cheval Watriano est élu meilleur cheval de compétition, prouvant que l’équipe peut compter sur lui pour les prochains rendez-vous internationaux.

Pour ce début de saison l’équipe est composée de :
Anthony PRESLE
Rémy HOMBECQ
Clément TAILLEZ
Cléone FRITSCH
Christelle HAENNEL
Robin KRAUSE
Claire TAILLEZ (remplaçante)
Alix CLAUS (remplaçante)

La chronique de Rémy Hombecq

  • imprimer

0Commentaires

ELODIE A | 13/02/2015 11:54
Bravo à toute cette superbe équipe.
N'oublions pas la victoire de l'équipe d'Alsace de CSO et le week-end parfait de Lisa Kircher qui passe 4 jours sans toucher une barre dans les grosses épreuves.


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr