Alexandra Francart : "Ne pas le laisser dans son confort sans le mettre dans le rouge"
mercredi 19 septembre 2018

Alexandra Francart portrait
Alexandra Francart © Eric Knoll

Après le premier sans-faute français signé par Nicolas Delmotte/Ilex VP, la deuxième cartouche française représentée par Alexandra Francart et Volnay du Boisdeville s'est elle aussi déjouée de toutes les difficultés du parcours de chasse des championnats du monde de saut d'obstacles. Prometteur pour la suite lorsque l'on sait que les épreuves de vitesse ne sont pas celles qui correspondent le plus au Selle-Français de 9 ans !

L'Eperon : Un nouveau sans-faute pour l'équipe de France avec Volnay du Boisdeville ! Satisfaite, évidemment ?

Alexandra Francart : Globalement, évidemment, je suis satisfaite, tant du résultat que du comportement du cheval. Volnay n'avait pas sauté gros depuis Dublin, donc je suis ravie qu'il soit rentré aussi vite dans son championnat sur de gros efforts et sur de grosses difficultés. Je suis plutôt confiante pour la suite !

D'autant que les épreuves de vitesse ne sont pas celles qui correspondent le mieux au cheval !

Exactement ! J'ai essayé ne pas le laisser dans son confort, de le sortir un peu de son galop habituel, mais sans le mettre dans le rouge non plus. Et puis l'air de rien, il a énormément tourné sur un format Coupe des nations cette année, des vitesses, il en a pas fait tant que ça. Il n'est pas forcément alerte pour ce genre de dispositifs, donc je suis d'autant plus satisfaite. Nicolas (Delmotte, ndla) était en 81 secondes, je suis en 82. Une seconde d'écart sur 14 obstacles dont trois doubles, je me dis que je n'étais pas très loin de la vérité. Je pense que je vais être très bien pour demain, le cheval sera plus à l'aise sur un parcours plus technique où il faut plus de contrôle.

Quels étaient les ordres de Philippe Guerdat, sélectionneur national, pour cette première épreuve ?

Les ordres de Philippe, ce n'était pas forcément de gagner mais quand même mettre les chevaux dans un bon tempo. Notamment me concernant, et je pense qu'il faisait référence au fait que mon dernier concours remonte à début août et qu'il fallait mettre les chevaux dans le bain dès le départ. Sur ce point, la spa en n°1 nous a d'ailleurs pas mal aidés. 

D'ailleurs, que pensez-vous de ce premier tracé imaginé par le chef de piste ?

C'est la troisième fois que je monte des pistes concoctées par Alan Wade. Il aime beaucoup les angles un peu fermés. Ce n'est pas forcément ma tasse de thé, mais bon je m'adapte. Je m'y attendais, donc je suis déjà plus prête qu'à Rotterdam ou même Dublin ! 

Suivez les résultats ICI. Et si vous n'avez pas encore lu le grand reportage sport dédié à Alexandra Francart dans notre dernier numéro, L'Eperon du mois de Septembre-Octobre-Novembre est toujours en kiosques. L'occasion d'en apprendre plus sur la nouvelle recrue de l'équipe de France Sénior !