Bénédicte Emond-Bon : "Il n'y avait aucune raison d'annuler la course"

dimanche 16 septembre 2018

  • imprimer

Après de nombreux dysfonctionnements et problèmes logistiques, la course d'endurance support du championnat du monde a tout bonnement été annulée cette semaine aux JEM de Tryon. Pour Benedicte Emond-Bon, sélectionneuse nationale, aucune raison valable ne motivait cette décision. Tous les tricolores étaient encore en lice au moment de l'annulation, et les médailles tendaient les bras aux Bleus.

Bénédicte Emond Bon Tryon 2018 largeP

Scoopdyga

Bénédicte Emond-Bon, déçue et en colère après la débâcle de l'endurance à Tryon

L'Eperon : Le choix d'annuler tout bonnement la course était-il pour vous nécessaire ? 

Bénédicte Emond-Bon : Il n'y avait aucune raison valable de neutraliser cette course. Pas à ce moment là en tout cas, alors que des cavaliers entamaient la dernière boucle du parcours. On savait depuis le début que les conditions seraient difficiles. On s'était préparé à la chaleur et l'humidité, on s'était adapté aux différences de climat et de terrain. Tous les chevaux français étaient par ailleurs en très bonne forme lorsque la FEI a pris la décision d'annuler tout bonnement la course. 

Une annulation qui faisait suite à de nombreux problèmes logistiques... 

Il y a effectivement eu de nombreux soucis. La course avait de toute manière très mal démarré, avec deux groupes séparés au lieu d'un départ de masse, et des cavaliers qui ont pris la mauvaise direction. Le jury, qui n'était d'ailleurs pas présent la veille pour vérifier la viabilité du terrain, aurait du arrêter et redonner le départ de la course bien plus tôt. On aurait évité de courir une boucle pour rien pour finalement repartir sur une course rabotée de 40km. D'autant que, même dans ces conditions, tout le monde n'était pas logé à la même enseigne : ceux qui avaient pris la bonne direction avaient parcouru plus de kilomètres sur la première boucle que ceux qui étaient partis dans la mauvaise direction. Dès le premier point d'assistance, on s'est tous rendus compte qu'il y avait un problème. C'est à ce moment là qu'il fallait faire quelque chose. 

Pour expliquer son choix, la FEI a mis en avant le nombre de chevaux dont la santé était en danger à cause de la météo au moment de l'annulation (bien qu'aucun résultat précis ne nous ait encore été communiqué), mais vous dites que le climat n'est pas un argument valable. Pourquoi l'instance internationale aurait-elle fait ce choix selon vous ?

La décision de la FEI a été prise après que les Emirats Arabes-Unis soient sortis de la compétition parce qu'ils ne passaient pas le vet-gate. Je ne suis pas pour la théorie du complot, mais il ne faut pas oublier que le sponsor de la course, Meydan, est également le propriétaire de cette équipe. Il y a eu des pressions financières de leur part sur les chefs d'équipe pour annuler la course à la fin de la première boucle. Tous les chefs d'équipe recevaient les informations officielles de l'organisateur et de la FEI via un canal WhatsApp. Lorsque les Emirats ont fait circuler une pétition pour annuler la course à la fin de la première boucle, nous avons tous reçu un message expliquant que si l'on signait la pétition, le Sheikh s'engageait à réorganiser la course, à ses frais, et contre compensation financière pour les fédérations et les athlètes. Ce message a ensuite été effacé de la conversation. Pour nous, il était tout bonnement hors de question de céder à ce qui nous semblait être de la corruption.

Pour vous, à qui incombe la faute de ce fiasco ? 

A la FEI ! Elle est complètement fautive. L'organisation n'était pas au point et les délégués techniques n'étaient pas présents. Il faut aussi se poser des questions sur les contrôles vétérinaires. Pour être dans cet état au moment de l'annulation, certains chevaux n'auraient jamais dû passer le vet-gate précédent. C'est trop facile de se cacher derrière la météo ! Les chevaux encore en lice étaient en pleine forme. Du côté des Français, tout allait bien. Jean-Philippe Frances et Tarzibus avaient leur médaille individuelle à portée de main, et le reste du clan français était encore en lice avec des chevaux parfaitement capables de concourir. C'est bien la preuve qu'en préparant bien ses chevaux et en les gérant au mieux pendant la course, il était possible de venir à bout de ce championnat. Le comble dans cette histoire finalement, c'est que ce sont ceux qui ont fait au mieux pour leur monture, et qui était donc encore en lice, qui ont été pénalisés. La FFE va d'ailleurs voir ce qu'il est possible d'envisager juridiquement contre la FEI.

Quel avenir pour la discipline après cette débâcle ? 

Tryon montre qu'on ne peut plus faire de compétition. Pou moi, ça sonne la fin de l'endurance, la vraie, celle qui porte les valeurs du sport et l'amour de l'animal. Que faire maintenant ? Laisser les fédérations nationales gérer "l'endurance sportive" et les Emirats organiser leur "endurance business" ? Je ne peux pas m'y résoudre, je ne peux pas accepter que l'on fasse du mal aux chevaux... Je n'ai même pas de mots, tout ça n'est qu'un gâchis monumental. Et il est difficile de se projeter sur les prochaines échéances quand on sait que les championnats du monde jeunes se courront à Pize et les Europe sénior à Euston Park, soit sur deux sites détenus par le Sheikh. Vous voyez, je relavais les pantalons avec lesquels nous avons pataugé dans le vet-gate, et je disais à mon mari qu'au final, l'endurance est comme mes pantalons, j'ai beau les laver, je n'arrive pas à enlever la boue.

Si il y avait une médaille à décerner, ce serait celle du mérite et nous l'attribuerions aux Français pour leur attitude pendant et après la course !

Je suis très fière de mes cavaliers. Ils ont été parfaits. Vous savez, les problèmes avaient commencé dès notre arrivée, lorsque nous avons changé trois fois d'écurie. Puis les bourdes se sont accumulées pendant la course. Mais ils n'ont jamais rien lâché, ils sont restés motivés et soudés jusqu'au bout. Et leur manifestation, point levé, lancé au galop dans le vet-gate à l'annonce de l'annulation, montre comme ils sont courageux et comme ils aiment leur sport. Je suis vraiment très fière d'eux. 

A lire également sur le même sujet, l'interview de Jean-Philippe Francès ICI

Propos recueillis par Myriam Rousselle

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 96 - Fabien et Grégory Rulquin

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr