Dernière ligne droite avant les J.O.
vendredi 18 mars 2016

Les cavaliers ont montré leur motivation
Les cavaliers ont montré leur motivation © Claude Bigeon

La Fédération française d’équitation a profité du Saut Hermès au Grand Palais pour organiser ce vendredi 18 mars 2016, une conférence de presse Objectif J.O., qui a rassemblé un large panel de journalistes de la presse généraliste et spécialisée. Une belle vitrine pour les sports équestres qui ont trouvé à travers cet événement haut de gamme une belle caisse de résonance médiatique.

Serge Lecomte, le président de la FFE  était entouré de Sophie Dubourg la DTN, Philippe Guerdat le sélectionneur national de saut d’obstacles et une belle brochette de cavaliers tricolores (présents au Saut Hermès) potentiels pour les J.O. de RIO, Patrice Delaveau, Pénélope Leprévost, Timothée Anciaume, Philippe Rozier, Kevin Staut, Simon Delestre et Roger-Yves Bost.
Cette conférence de presse sur les J.O. de Rio avait un objectif clair : montrer la motivation générale pour cet objectif majeur. « Cette troisième conférence de presse au saut Hermès permet d’engager la dernière ligne droite avant les J.O., lancera d’emblée Serge Lecomte. Les performances sportives sont posées sur la table. Une réflexion pour participer aux Jeux dans les meilleures conditions a été engagée. Les fédérations sportives sont souvent considérées en fonction de leurs médailles au J.O. Il y a une forte exigence par rapport aux J.O. tous les quatre ans, c’est pourquoi la FFE a mis en place cet Objectif Rio piloté par Sophie Dubourg. Un travail progressif a été mis en place et paie par la qualification par équipe dans les trois disciplines olympiques. Et pour le saut d’obstacles ce travail s’est fait autour de Sophie Dubourg et Philippe Guerdat. Nous avons une vraie progression des résultats et depuis 2012 nous avons rarement eu autant de bons résultats et de cavaliers tricolores classés dans le top 10. Il y a eu un cumul de performances remarquables qui place les sports équestres dans un sport à potentiel de médailles. »  Une longue intervention de Serge Lecomte qui a souligné l’importance de cette association fragile d’un cheval, d’un cavalier et d’un propriétaire. Il a souligné aussi le caractère mixte des sports équestres qui est vraiment particulier par rapport aux autres disciplines olympiques.

Sophie Dubourg, la DTN a rappelé aussi cette dernière ligne droite. « Il reste 140 jours. Cela va arriver vite. Dans notre sport, il faut mener à bien la bonne santé du cavalier et du cheval, un couple, mais aussi deux athlètes, a précisé Sophie Dubourg, sans doute en direction de ceux qui ne considéreraient pas les cavaliers comme des sportifs. Le J.O. c’est le rêve. La particularité, c’est le seul championnat où on ne choisit pas tout, c’est l’appartenance à une délégation avec ses règles comme le quota du staff accrédité qui est deux fois moins important que lors d’un championnat d’Europe et qui doit se décider trois mois avant l’événement. Je leur (cavaliers) souhaite le meilleur et que vous (journalistes) soyez derrière eux. On va tous se servir des problèmes des derniers J.O. Maintenant les cavaliers sont plus mâtures et on sera aux côtés d’eux. »

Philippe Guerdat qui déroule sa quatrième année auprès des cavaliers de saut français de haut niveau a souligné la présence des sept cavaliers potentiels et l’absence d’autres possibles. « Le chemin est encore long, lancera le sélectionneur des Français. On a levé les incertitudes et on y verra plus clair après les premières sélections à l’extérieur La Baule, Rome puis Rotterdam. Aujourd’hui, le sport est devenu plus pointu. Il y a huit équipes potentielles aux J.O. Mais, je sais que j’ai aussi les cavaliers potentiels pour une médaille par équipe et une médaille individuelle. Sur les quatre cavaliers français qui participeront à la finale Coupe du monde, ils ne seront pas forcément avec leur cheval de tête pour le préserver pour les J.O. Aujourd’hui, il y a un bon état d’esprit. » Mais s’adressant aux cavaliers, il ajoutera : « n’oubliez pas que vous êtes des privilégiés. »

Une conférence de presse qui a montré une belle détermination du staff fédéral qui mise beaucoup sur des médailles à Rio. Cela est clair. A la question sur leur état d’esprit, les cavaliers ont répondu globalement qu’ils étaient dans une phase de préparation avec une vraie motivation.  Patrice Delaveau : « Orient va ressortir à Cagnes-sur-mer dans quinze jours. On met la machine de guerre en marche avec une préparation gentiment. » Pénélope Leprévost : « Rien de spécial, c’est un peu tôt avant les J.O. » Timothée Anciaume : « Je suis fier de faire partie de ce groupe. » Philippe Rozier : « Je suis dans un bon état d’esprit. » Kevin Staut : « Je suis dans un bon état d’esprit. Je pense aux Jeux et espère être performant avec Rêveur. Mais il reste encore beaucoup de jours avant de faire les choix les plus judicieux.» Simon Delestre : « L’état d’esprit est bon et j’ai deux chevaux prêts que je prépare en extérieur tranquillement. Je suis serein. » Roger-Yves Bost : « Mon état d’esprit est pas mal. J’ai rarement eu une motivation aussi forte. J’espère être dedans et bien préparer mes chevaux. »

Serge Lecomte a aussi souhaité saluer la belle performance de Simon Delestre (numéro 1 mondial) et appeler à plus de soutien de la part de la presse. Un appel aussi lancé par Philippe Guerdat. Cette conférence de presse s’est conclue par les perspectives des quatre cavaliers français en finale Coupe du monde qui ont montré motivation et esprit d’équipe. Un événement qui sera sans doute important dans ce chemin qui reste encore long mais court vers le Brésil et cette échéance olympique où les cavaliers tricolores, pourraient, vingt ans après la dernière médaille olympique française en saut, faire à nouveau retentir la Marseillaise.