Donatien Schauly : "Pivoine a répété tout ce qu'elle sait faire"
jeudi 13 septembre 2018

Donatien Schauly Pivoine des Touches Tryon 2018 visite vétérinaire
L'équipe de France ne pouvait rêver meilleur lancement dans la compétition que celui que lui ont offert Donatien Schauly et Pivoine des Touches ! © Eric Knoll

Premier Français à s'élancer dans le championnat du monde de concours complet 2018, Donatien Schauly a déroulé avec Pivoine des Touches une reprise sans faute et sur laquelle la jument s'est montré attentive, à l'écoute, et disponible. Avec un score de 29,3 points, l'Adjudant ne cachait pas sa joie et le clan tricolore non plus !

L'Eperon : Le point levé après l'arrêt final et le sourire aux lèvres, on vous sent très heureux de cette entrée en matière avec Pivoine des Touches ! Quel est votre sentiment sur la reprise que vous venez de dérouler ? 

Donatien Schauly : Je suis très content, d'autant que ce n'est jamais facile de partir en ouvreur et de lancer l'équipe. Ma jument a répété à la perfection sur le rectangle tout ce qu'elle savait faire. Il m'a fallu avec elle beaucoup de travail pour en arriver là, pour gérer son équilibre, son attitude et je suis ravi de ce qu'elle m'a donnée aujourd'hui. J'ai eu de très bonnes sensations, elle a été très disponible, très à l'écoute et très légère. C'est la finalité de cet exercice donc je suis ravi. 

Elle a même conclu la reprise sur un excellent travail au galop alors que ce n'est pourtant pas son point fort ! 

Pour elle, c'est la partie où j'ai le plus de mal à la relâcher, elle se tient généralement haute et aujourd'hui elle l'a fait parfaitement. Ca fait trois mois que je la travaille juste pour ça, réussir à le répéter ici sur la piste de Tryon est une réelle satisfaction. Mais elle est de toute manière assez relâchée depuis qu'elle est ici. C'est une jument qu'il faut bien gérer dans son physique, elle n'a pas beaucoup de force donc il faut bien gérer ses séances de travail pour ne pas trop l'épuiser et qu'elle soit capable d'être à la fois souple, énergique et calme. 

Cette sélection pour les JEM de Tryon est en quelque sorte votre retour en équipe de France. Que ressentez-vous en enfilant à nouveau la veste bleue ?

Ca fait effectivement depuis 2013 que je n'avais pas couru de championnat, et ça remonte à la période de Séculaire. Pivoine est une jument qui a toujours été remplaçante soit de Séculaire soit d'Ocarina du Chanois, elle a toujours fait toutes les préparations, mais elle n'a jamais eu son "heure de gloire". Donc d'une part je suis très content de revenir en équipe de France pour y apporter mon maximum, et d'autre part je suis heureux que ce soit avec cette jument-là. C'est l'aboutissement d'années de travail et c'est la seule dans mon piquet qui n'était pas encore passée par ce genre d'échéance. Maintenant, quoiqu'il arrive, elle aura fait les JEM de Tryon dans sa carrière et c'est très important. 

Pivoine est une excellente jument de cross. Comment abordez-vous ce test après une première reconnaissance du parcours ? 

Le terrain est assez délicat. On n'est pas inquiets, mais on se demande un peu tous à quel moment il va falloir laisser souffler les chevaux pour qu'ils puissent terminer vite et bien. La topographie du terrain va les mettre à l'effort, il va falloir gérer ça au mieux. Ceci dit, je n'ai fait qu'une reconnaissance et la manière dont on va mener le parcours va s'éclaircir dans les jours qui viennent au fur et à mesure des reconnaissances. 

(Suivez les résultats ICI et retrouver la réaction de Maxime Livio, deuxième et dernier Français en lice ce jeudi ICI)