Guy Duponchel : ’’Ce sont nos meilleurs Jeux mondiaux’’
samedi 15 septembre 2018

glen arthur estival tryon
Glen Arthur Estival faisait partie des trois cavaliers évoluant aux États-Unis à être dans l'équipe de France © FFE/PSV

Cet après-midi, le manège réservé au reining a accueilli la finale individuelle de ces championnats du monde. Sur les listes de départ, deux Français, Axel Pesek et Mathieu Buton. Deux Tricolores illustrant la très bonne dynamique du reining tricolore, qui ne peut que réjouir le sélectionneur national, Guy Duponchel.

Leperon.fr : Vous loupez la médaille par équipes, mais deux reineurs, Mathieu Buton et Axel Pesek, parviennent tout de même à se qualifier pour la finale individuelle. Êtes-vous un sélectionneur satisfait, ce soir ?

Guy Duponchel : Je suis très content, ce sont nos meilleurs jeux mondiaux ! Nous avons décidé d’aller chercher les cavaliers installés aux États-Unis et de miser fort sur eux et sur leur expérience américaine sans discréditer les cavaliers évoluant en France. C’est pour cela que j’ai choisi de mettre Glen Arthur Estival, Éric Laporte et Mathieu Buton dans l’équipe, aux côtés d’Axel Pesek. C’est notre petit champion et je misais très fort sur lui. J’avais en tête que si l’un des trois commettait un loupé, - ce qui est arrivé - alors il serait un bon quatrième. Je ne me suis pas beaucoup trompé ! Par équipes, nous finissons d’ailleurs sixièmes ex-aequo avec l’Italie, ce qui est une belle performance. N’oublions pas que nous étions dixièmes à Caen ! 

Pensiez-vous qu’Axel Pesek, du haut de ses dix-huit ans, réussirait à se qualifier pour la finale en terminant deuxième de la Consolante ?

En mettant Axel en quatrième dans l’équipe, j’espérais bien créer un effet de surprise ! Je savais qu’il était capable de se mesurer aux meilleurs du monde et Uncle Sparky est vraiment un super cheval. Ce qu’il a fait dans la Consolante était remarque. Aujourd’hui, il y avait un peu de fatigue, ce qui est normal car il s’agissait du troisième jour de compétition pour lui. 

La bonne surprise vient également de Mathieu Buton, qualifié directement pour la finale après la première journée.

Ce qu’à fait Mathieu était vraiment bien ! Pour des premiers Jeux mondiaux, il a de quoi être satisfait, ce n’est pas si fréquent de se qualifier comme ça dès le premier jour.

Il a été évoqué la possible tenue des prochains Jeux équestres mondiaux sans endurance et sans reining. Qu’en pensez-vous ?

Je ne comprends vraiment pas cette idée. Que l’on ne veuille pas de nous est une chose, mais que l’on nous explique pourquoi ! Le reining n’est plus une équitation de folklore comme c’était le cas il y a quelques années. Les règles ont beaucoup évoluées et l’équitation s’est affinée. Aujourd’hui, les juges n’attendent aucun contact avec la bouche du cheval, qui doit être tout fait disponible pour son cavalier. Cette liberté, c’est une prise de risque qui fait la beauté de notre sport. Je trouve cette idée discriminante pour nous mais également pour l’endurance, même si c’est vrai qu’ils ont connu quelques problèmes ces dernières années. Mais les Jeux équestres mondiaux sont une fête, la seule où les cavaliers de toutes les disciplines se retrouvent et échangent. Nous vivons de superbes moments entre nous et c’est fantastique !