Guy Duponchel : "D'autres Français en finale, on y croit "
jeudi 13 septembre 2018

Axel Pesek Uncle Sparky Tryon 2018
21e de la première qualificative, Axel Pesek a manqué le ticket direct pour la finale d'une petite place seulement... Le jeune garçon fera tout pour faire partie des meilleures de la Consolante aujourd'hui et rejoindre Mathieu Buton samedi. © FFE/PSV

Hier, l'équipe de France de reining terminait la compétition par équipes à la 6e place ex-aequo avec l'Italie. Bien qu'il était venu à Tryon bien décidé à ramener une médaille collective, le sélectionneur Guy Duponchel était satisfait du travail de ses troupes, et se concentre déjà sur la Consolante, qui pourrait permettre à deux Tricolores de rejoindre Mathieu Buton en finale.

L'Eperon : A quelques heures du coup d'envoi de la compétition, vous ne cachiez pas vos ambitions de médaille par équipes (lire ICI). La France conclut finalement au 6e rang, ex-aequo avec l'Italie. Quel est votre sentiment sur ce résultat ? 

Guy Duponchel : Les impressions sont quand même super parce que j'ai un petit peu joué avec le feu en intégrant dans l'équipe un cavalier Junior,Axel Pesek, que j'ai fait passer en dernier en me disant "je compte sur lui, c'est un garçon qui a un mental d'acier et un excellent cheval et ça a donné ce qu'on avait souhaité". On a fait une préparation énorme, on a mis les chevaux au maximum pour avoir des bons résultats. Les garçons ont donné le meilleur d'eux-mêmes hier. On a deux cavaliers qui ne nous ont pas donné le 73 qu'on souhaitait mais bon, ça fait partie de la compétition, c'est le sport, on ne peut pas toujours faire ce qu'on veut.

Le niveau était en plus très élevé puisque la barre des qualifications de 73 imposée cette saison aux cavaliers tricolores aurait permis une médaille aux derniers JEM, mais pas aujourd'hui ! 

Le niveau était très élevé, encore plus qu'à Caen. A Caen, si vous aviez le score qu'on avait là vous finissiez sur le podium. Aujourd'hui, il fallait au minimum 74,5 pour accrocher une médaille. Ca donne une idée des exigences... Mais dans le fond c'est normal, nous progressons, mais en parallèle, la concurrence aussi ! Il faut qu'on travaille encore plus fort. Mais je suis vraiment très content du résultat des garçons. 

Grâce à son excellente performance, Mathieu Buton/Gunna Sassya est directement qualifié pour la finale de samedi (lire ICI). Quelles sont les ambitions des autres tricolores pour la suite de la compétition ? 

C'est une très bonne chose que Mathieu soit directement qualifié, il va pouvoir ménager son cheval et avoir deux jours de repos. Axel et Glen Arthur qui eux vont devoir prendre part à la Consolante cet après-midi (début d'épreuve, 20h, heure française) pour espérer rejoindre Mathieu. Il va falloir qu'ils se battent, parce que les 27 autres cavaliers en lice ne lâcheront rien et à l'issue de cette deuxième épreuve, les chevaux seront fatigués. L'arène est très grande. D'habitude on est sur du 40x80m, là il y a 50x90m. Nous avons calculé, ils font environ 1500m (1,5km, ndla) à chaque passage. Et à la vitesse où ils vont, plus les figures, ça leur tire dessus. Si ils se qualifient, les garçons n'auront eux qu'un jour de repos avant l'ultime épreuve. Ca va être dur pour les chevaux, ça va être dur pour les cavaliers, ça va être dur pour nous mais ce n'est pas grave on y croit !