Tryon : Les États-Unis font coup double, les Français manquent la médaille en reining
jeudi 13 septembre 2018

Cade Mc Cutcheon Custom Made Gun Tryon 2018
Le jeune Cade Mc Cutcheon, associé à Custom Made Gun, a signé la meilleure performance de l'équipe américaine © Tryon 2018

Venus remettre leur titre en jeu à domicile, les Américains ont à nouveau prouvé qu'ils n'avaient pas volé leur statut de leader en remportant le championnat par équipes de reining. On retrouve ensuite la Belgique, en argent, puis l'Allemagne, en bronze. Venus chercher l'un des métaux en jeu, les Tricolores repartent bredouilles de cette compétition par équipes mais ont encore des cartes à jouer en individuel.

Champions il y a quatre ans à Caen, les Américains venaient remettre en jeu leur médaille devant leur public. Pari tenu pour Casey Deary sur Heavy Duty Chex, Cade McCutcheon sur Custom Made Gun, Daniel L. Huss sur Ms Dreamy et Jordan Larson sur ARC Gunnabeabigstar qui repartent avec une victoire facile sur un total de 681.0. ’J'étais un peu nerveux, mais nous avons tous fait un bon travail d'équipe’’argumente Cade McCutcheon, qui termine également en tête du classement individuel. Preuve que le jeune homme ne souffre pas de son nom, puisqu'il n'est autre que le fils de Mandy McCutcheon, légende américaine du reining. ’’Il suffisait d'avoir confiance, de faire notre travail et surtout de rester nous-même’’, explique Jordan Larson, tandis que Daniel Huss s'enthousiasme : ’’Je suis ravie de ma performance ! J'aime mon sport et j'espère faire aussi bien samedi !’’

On retrouve ensuite la Belgique, qui fait également coup double en repartant avec son titre de vice-championne du monde (671.5), puis l'Allemagne, venue se venger de sa médaille en chocolat de 2014 et qui repart avec le bronze (666.5). Également parmi les favoris, les Autrichiens ont pris la quatrième place (666.0), devant le Brésil (664.5), puis l'Italie, sixième ex-aequo avec l'équipe de France (659.5). Une déception certaine dans le clan tricolore, puisque le sélectionneur national, Guy Duponchel, ne cachait pas ses ambitions hier, à l'issue de la visite vétérinaire.

Mais les choses n'ont pas débuté sous les meilleurs auspices puisque Éric Laporte, premier cow-boy de l'équipe à entrer en compétition, signe un parcours un peu décevant avec Holier Then Thou qui lui vaut la quarantième place (216.0). Deuxième cavalier de l'équipe, Glen Arthur Estival signe quant à lui une prestation meilleure mais également en-deça de ce qu'il a pu montrer avec Coded N Karma. Le couple termine à la trente-et-unième place (217.5). ’’Le cheval était un peu fatigué aujourd’hui, et il n’a de fait pas déroulé certains mouvements aussi bien que d’habitude, comme les sliding stops’’, analysait le cavalier en sortie de piste. ’’Malgré tout, participer aux JEM est un rêve qui se réalise et je suis content d’être là. C’est très différent des concours auxquels nous avons l’habitude de participer car nous ne sommes pas aussi libres et la préparation est différente. Le pattern d’aujourd’hui était l’un de ceux que l’on déroule régulièrement, il n’est pas le plus difficile techniquement mais il faut tout de même réussir l’enchaînement.’’

Mathieu Buton enflamme Tryon

La très bonne prestation du jour est venue du troisième cavalier de l'équipe, Mathieu Buton. En selle sur Gunna Sassya, le Tricolore installé dans l'Oklahoma a fait sensation sur la piste, terminant à la huitième place (222.5) et compostant du même coup directement son billet pour la finale individuelle de samedi. ’’Gunna est un cheval vraiment fabuleux ! Je ne le monte que depuis quelques mois seulement mais il a un cœur énorme et je ne pourrai jamais assez le remercier pour tout ce qu’il me donne ! C’est un excellent stoppeur. Il peut peut-être s’améliorer un peu sur les splins mais c’est un véritable champion, le genre de cheval que l’on n’oublie jamais’’, se réjouissait le reineur, tout simplement ravi.

Le quatrième pilote à s'élancer a été Bastien Bourgeois qui, à la suite du choix fait par le sélectionneur national, ne défend cette semaine que ses chances individuelles. ’’Ça n'a rien changé à ma motivation, j'aurais couru de la même façon pour l'équipe’’, a-t-il expliqué. ’’Le boulot est le même pour tout le monde : il faut faire au mieux en individuel pour amener l'équipe au plus haut.'' Au final, bien qu'il termine à la trente-cinquième place (216.5) de cette première confrontation ’’de très haut niveau’’, le cavalier de Doctors Diamond était un cavalier satisfait en sortie de piste. ’’J'ai eu un bon ressenti, même si le score n'a pas suivi. Je suis assez content du cheval, qui a plutôt tendance à courir et à monter en pression. Mais j'ai eu l'impression de ne pas trop mal le gérer.’’

Celui qui avait la difficile tâche de passer le dernier et donc de sceller le sort de l'équipe était aujourd'hui Axel Pesek. Un peu impressionné, le jeune cavalier n'a pourtant pas déçu son clan en signant une prestation qui lui offre finalement la vingt-et-unième place (219.5). Et ce n'est pas l'amertume de manquer une qualification pour la finale individuelle pour une petite place qui va gâcher le plaisir du cavalier d'Uncle Sparky. ’’Il a été un peu impressionné par le public sur l'un des cercles, mais il est vite redevenu concentré. Être ici est vraiment un rêve et je suis très content. Dire que j'étais dans les gradins lors des JEM de Caen !’’

Au final, seul Mathieu Buton est donc sûr de participer à la finale individuelle de samedi, où les vingt meilleurs d'aujourd'hui sont qualifiés. Pour les autres, il faudra figurer parmi les cinq premiers de la Consolante de demain. ’’Le niveau est très élevé, il faudra faire un gros score pour aller en finale’’analyse Bastien Bourgeois. ’’Je ferai tout pour me qualifier mais ce sera très serré.’’

Le classement individuel ICI

Le classement par équipes ICI