Tryon : encore quelques interrogations autour du cross
vendredi 14 septembre 2018

Cross tryon lac
Cross tryon lac © DR

Au cœur des discussions depuis le début de ces Jeux mondiaux, le parcours de cross suscitent encore quelques interrogations au Tryon International Equestrian Center. On fait le point.

S'il y a un sujet qui ne met personne d'accord ici, à Tryon, c'est bien le parcours de cross. Depuis trois jours, on craint la pluie, on s'inquiète sur l'état du sol. Après plusieurs reconnaissances, les cavaliers cherchent encore certaines réponses.

Il faut dire que le parcours posent plusieurs problèmes. Tout d'abord, celui du sol. La majorité du tracé se trouve sur un parcours de golf. La pelouse est en excellent état mais déjà gorgée d'eau à certains endroits, rendant le sol spongieux et collant. À d'autres endroits, des bandes de gazon synthétique ont été posées. D'un bel effet à l'œil, elles ne résisteront peut-être pas aux pluies diluviennes prévues dans les prochains jours avec le passage de l'ouragan Florence. Ajoutons à cela une portion en terre où des fibres, comparables à celles que l'on trouve dans les carrières, ont été posées. ''Le terrain est un peu délicat'', commentait hier Donatien Schauly en sortie de piste. ''Il faudra trouver les meilleurs moments pour laisser les chevaux souffler.''

Autre difficulté du parcours, une montée assez pentue longue de près d'un kilomètre, qui devrait conduire les chevaux à pas loin d'une minute trente d'effort. ''Elle est située à six minutes trente sur le parcours, les chevaux ne devraient pas être trop fatigués'', analyse Thibault Vallette. D'une manière générale, le cross comporte plusieurs portions où les dénivelés sont présents.

Pour le reste, il est difficile d'être plus précis, les organisateurs ayant fait savoir que le parcours pouvait encore bouger. À première vue, les obstacles sont plutôt massifs et l'accent a été mis sur l'aspect visuel. Quant aux options, elles ne seraient finalement pas si gagnantes. ''Pour la première fois, je prendrai deux options longues'', avouait Astier Nicolas ce matin. ''Mais je n'y perdrai pas de temps car elles sont quasiment aussi longues que les options courtes. Après, je pense qu'il vaut mieux un saut facile qu'une courbe difficile pour le cheval.''