Une nouvelle balle perdue près des écuries
jeudi 11 août 2016

Mario Andrade et Luiz Eduardo Ramos
Mario Andrade et Luiz Eduardo Ramos

Nouvel incident à Deodoro mercredi matin : une balle perdue a cette fois-ci atterri près des écuries. Après celle qui a transpercé la toile de tente de la salle de presse samedi et des tirs contre une navette entre Deodoro et le centre de presse principal, les conditions de sécurité posent toujours question ici.

Le directeur de la communication des JO, Mario Andrade, s’est une nouvelle fois déplacé au centre de presse de Deodoro mercredi en fin de journée pour évoquer les incidents survenus depuis samedi. Il était cette fois-ci accompagné d’un général de l’armée brésilienne : Luiz Eduardo Ramos. Ce dernier était principalement venu parler de la balle perdue retrouvée près des écuries le matin même. « C’était proche des écuries, mais du côté militaire donc c’est un de nos soldats qui l’a trouvée », a précisé le militaire âgé d’une soixantaine d’années après avoir, à l’étonnement général, déroulé son CV.

Face aux nombreuses questions des journalistes, il a assuré que la sécurité du site avait encore été renforcée. « Il n’y a aucun danger ni aucun risque de recevoir un tir direct. Les deux balles perdues sont arrivées du ciel et n’étaient pas puissantes. Un homme a déjà été arrêté avec un fusil et les investigations se poursuivent. Vous êtes en sécurité. C’est mon rôle. Nous avons aussi stopper tous les entraînements de tir ici. Je peux vous promettre que c’est la première et dernière fois que je viens devant vous », a-t-il insisté avant de conclure en disant : « Après, j’ai travaillé dans de nombreux pays, nous traversons des périodes difficiles donc, ici comme en Europe, on ne peut toutefois jamais rien assurer à 100 %. »

De nouvelles déclarations contradictoires qui laissent perplexes... D’autant qu’une navette qui reliait Deodoro au centre de presse principal a été la cible de tirs qui ont fait des blessés par les éclats de verre.
« Les militaires ont vérifié tous les toits des écuries, mais nous ne sommes pas plus inquiets que ça », commentait le staff français, qui a aussi été informé de cet événement. Jan Bemelmans confirmait également que ces incidents n’avaient pas perturbé les dresseurs. Espérons toutefois qu’ils soient vraiment les derniers et qu’on puisse enfin uniquement parler de sport !

Pour lire l'article sur la première balle perdue qui a traversé la salle de presse, cliquez ici!