A Aix-la-Chapelle, le SF Prêt à Tout gagner !
mardi 31 juillet 2018

Prêt A Tout lors des championnats de France Majors avec Ruth Krech, sa propriétaire de toujours. © Collection privée

Voir un pur produit Selle Français triompher dans le mythique Grand Prix d’Aix-la-Chapelle, voilà qui méritait un retour sur l’histoire de Prêt à Tout, complice de Marcus Ehning dans cette aventure ! Et d’autant plus que le sang du stud-book français était omniprésent dans les performers de cette édition.

Un SF peut en cacher d’autres

La magnifique victoire de Marcus Ehning dans le Grand Prix d’Aix-la-Chapelle s’est assortie d’une fantastique promotion du Selle Français avec la présence sous sa selle de Prêt à Tout, pur produit du stud-book Selle Français. Il est accompagné sur le podium de Quabri de l’Isle, troisième, lui aussi SF, fruit du croisement du KWPN Kannan et d’une pure souche normande valorisée par l’élevage d’Etienne Poisson (50). La présence du SF va plus loin avec cinq autres des huit premiers issus en lignée haute du sang de nos terroirs : le KWPN Verdi TN, huitième, est fils du chef de race Quidam de Revel, tandis que Fit For Fun, deuxième, est petite-fille de Furioso II dont la réussite au Hanovre a été totale, les quatrième et cinquième, Babalou et Bianca, portent le sang de l’illustre Baloubet du Rouet par leur père, le Oldenbourg Balou du Rouet, et le sixième, le KWPN Darry Lou, est petit fils de Narcos.

Prêt à Tout, du Beaujolais à Aix-la-Chapelle

Mais le seigneur de la journée a été l’alezan de quinze ans Prêt à Tout, né au cœur du Beaujolais, à Dénicé, dans l’élevage de la famille Louchet. Il est issu du croisement d’Hiram Chambertin, un étalon des ex Haras Nationaux, performer en région Centre-Est mais pas toujours facile, et de Gare à Elle Deux, fille de l’imposant Stew Boy, valorisé en CSI par Thierry Pomel. Bruno et Bernard Louchet se souviennent qu’à trois ans, le cheval doté de beaucoup de force a donné un peu de sueurs froides dans son débourrage et sa présentation aux trois à Cluny ! A quatre ans, il débute sous la selle d’Alexandre Louchet, fils de Bernard, et est acheté par Claudio Panetti, cavalier suisse installé en Saône-et-Loire au Haras de Ste Cécile qui le monte lui-même à la maison et le confie à différents cavaliers en compétition. Il a notamment beaucoup de réussite avec Jean-Baptiste Martinot avant d’être vendu à Ruth Krech, amie de longue date de Claudio Panetti, qui l’a monté elle-même lors des championnats de France Majors en 2009. Elle le confie ensuite à la jeune cavalière allemande Kaya Lüthi qui obtient avec lui trois médailles d’argent, deux par équipes en 2014 et 2015 et une individuelle. Ruth Krech résiste à des offres importantes pour son cheval le confie ensuite à Marcus Ehning qu’elle connait de longue date, sa fille l’ayant côtoyé sur les compétitions. La réussite est au rendez-vous dès le début avec une cinquième place dans le Grand Prix Coupe du monde de Bordeaux en février 2016. Depuis, le cheval revient régulièrement aux prix et à Aix-la-Chapelle entre la Coupe des Nations et le Grand Prix, c’est tout simplement 440 000 € qui sont tombés sous ses sabots ! De quoi faire rêver si les primes à l’éleveur existaient encore ! Au moins, à Dénicé comme à Ste Cécile, on peut  être fier d’avoir œuvré pour la belle histoire des sports équestres !