Bordeaux fait la part belle aux étalons
vendredi 08 février 2019

Rebozo au Salon des étalons de Bordeaux
Rebozo était l'un des étalons présentés au salon des étalons de Bordeaux. L'ancienne monture de Rodrigo Pessoa est l'une des vedettes du catalogue du GFE cette saison © Aurélie Covini

Une présentation dédiée, des épreuves spécifiques aux entiers de 7 et 8 ans : le jumping de Bordeaux propose aussi une vitrine de l’élevage au travers de plusieurs temps forts dédiés aux étalons.

La carrière Baloubet a connu une fréquentation régulière ce vendredi à l’occasion de la première journée de présentation du salon des étalons. Une quarantaine d’entiers participent à ces présentations. De la star internationale comme Orient Express ou Rebozo La Silla, au poney, au cheval de dressage ou au jeune étalon de 4 ans, il y en a pour tous les goûts. Le public est varié, et parmi les visiteurs du salon, un certain nombre d’éleveurs ont fait le déplacement pour trouver le père de leur futur poulain et le rencontrer « en vrai ». Muriel Barangé élève depuis 2012 et s’est déplacée de la Charente proche : « Il y a beaucoup d’étalons qui me plaisent mais je ne fais saillir qu’ne jument cette année, il va falloir choisir. J’irai aussi au salon de Saint-Lô car, si on a déjà certaines idées, cela permet de confirmer un choix. C’est intéressant de pouvoir rencontrer les étalonniers et d’échanger sur le croisement que l'on envisage », explique l’éleveuse qui a aussi profité du salon pour rendre visite aux étalons dans les boxes. 

Si tous les étalonniers n’ont pas déplacé leurs chevaux, ils sont nombreux à avoir un stand le long de la carrière de présentation. Les « poids-lourds » du secteur sont présents comme le GFE, France étalons, Beligneux le Haras, Brullemail, ainsi que de grandes écuries comme Stephex, le Haras des Coudrettes, l’élevage d’Elle… Des étalonniers et centres d’inséminations sont aussi représentés comme l’élevage du Fleuve, le haras de Cordemais, Gentiqu’Anglo, le haras de la Garde…

Prendre des contacts

« Ce salon est avant tout un moment d’échanges avec les éleveurs. Le fait d’être couplé à un jumping 5* nous permet aussi de rencontrer des propriétaires, des éleveurs et des cavaliers avec qui nous sommes amenés à travailler régulièrement. Cela nous permet de travailler nos contacts et notre réseau », explique Frédéric Neyrat, directeur de Beligneux le Haras. Il est présent pour la 2ème année et a amené cinq de ses étalons pour ces présentations, le sixième, Colestus, étant en piste pour le 5*.

Bertrand Pignolet du haras d’Elle occupe le stand voisin : « C’est la première fois que je viens, et si nous n’avons pas d’étalons en présentation, cela nous permet de rencontrer nos clients, que ce soit pour les étalons ou pour l’élevage, de revoir aussi des chevaux qu’on a vendu », explique le Normand qui apprécie l’évènement et qui sera également présent au salon de Saint-Lô. 

Du côté du salon, rendez-vous ce samedi à 14h pour une deuxième après midi de présentation. 

Du côté du CSI Young Horses réservé aux jeunes étalons de 7 et 8 ans, c’est la Belgique qui s’impose grâce au SBS Faut-Il Des 7 Vallons (Comme il Faut x Double Espoir) associé à Gregory Wathelet. Comme  la veille,  Denis Lynch et le bien nommé Chateau Petrus (Cornet Obolensky x Grannus) terminent deuxièmes, tandis que Gregory Wathelet s’octoire aussi la 3ème place avec son autre espoir : le Selle Français Bresil de Riverland (Canturano).

Lors de la première épreuve qui a eu lieu jeudi, c’était ’étalon Davignon Kdw Z (Diamant de Semilly) qui s’était imposé associé au Français Nicolas Deseuzes devant la quinzaine d’entiers engagés.

Les résultats complets