Disparition d’Alain Navet, pionnier de l'élevage normand

mercredi 29 octobre 2014

  • imprimer

Il était l’un des pionniers de l’élevage normand du cheval de sport, dont il avait contribué à la renommée, notamment en faisant naître Quito de Baussy avec lequel son fils Eric fut champion du monde en 1990.

Alain Navet avec Quito de Baussy largeL

coll Eperon

Alain Navet largeL

coll Eperon

Alain Navet avec Quito de Baussy

Alain Navet lors de sa victoire dans le Grand Prix de Deauville

previous video next video

Les Jeux équestres mondiaux 2014, les premiers organisés en France, se referment à peine que l’actualité nous ramène aux tous premiers, ceux organisés en 1990 à Stockholm, avec cette image, inoubliable : celle du visage radieux d’Alain Navet, venu soutenir son fils Eric et agitant son petit drapeau français, dans les tribunes. La famille Navet allait alors devenir internationalement célèbre, grâce à la victoire (or individuel et par équipe) d’Eric en selle sur le jeune étalon Quito de Baussy, né seulement huit ans auparavant à l’élevage familial.

Mardi 28 octobre, Alain Navet nous a quittés, à l’âge de 91 ans, affaibli par une opération de la hanche en juillet dernier, après une vie de passion à qui les chevaux auront beaucoup apporté. Comme Alexis Pignolet, Jean Brohier et beaucoup d’autres en Normandie, il faisait partie de cette génération d’éleveurs cavaliers qui ont contribué au développement du cheval de sport dans ce berceau d’élevage et à sa réputation.
Né dans la Manche, fils d’un exploitant agricole déjà bien établi, Alain Navet s’installa dans le Calvados, avec sa femme Hélène - toujours en vie - d’abord dans un joli château à Mondeville, près de Bayeux, où sont nés leurs enfants, puis à la grande ferme de Baussy, à Longueville, où il disposa d’une surface agricole plus importante.

Cavalier international (un accident le priva des Jeux olympiques de Tokyo en 1964 avec Luma), très « gentleman-farmer », il avait beaucoup d’entregent et développa une forte activité de commerce avec l’étranger dans les années 60-70, ainsi qu’un élevage issu de la lignée démarrée par son père, dont Quito sera le fleuron.

Alain et Hélène Navet eurent quatre enfants. Si Nelly, l’aînée, est disparue tragiquement, les trois autres sont tous restés attachés au cheval. Sylvie, juge internationale en saut d’obstacles, vit dans l’Eure où elle continue de choyer l’étalon aux six médailles (bronze par équipe aux JO de Barcelone, 2 d’or aux JEM de Stockholm, argent par équipe aux JEM de La Haye, or en individuel aux championnats d’Europe à La Baule et bronze par équipe aux Europe à Gijon), Quito de Baussy, trente-deux ans, qui a maigri mais va toujours bien. Thierry exploite toujours la ferme de Baussy, et Eric, le benjamin, après la carrière sportive que l’on sait, vit actuellement en Californie où il coache le jeune Karl Cook. A travers eux, la passion du cheval qu’avait Alain Navet n’est pas près de s’éteindre.

Les obsèques d’Alain Navet devraient avoir lieu en début de semaine prochaine. La date et le lieu vous seront communiqués ultérieurement.

Emmanuel Jeangirard

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 58 Pascal Cadiou

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr