Elevage de Kerglenn, une sélection drastique qui paie
lundi 10 avril 2017

Ronan Richard
Ronan Richard

Rencontré au récent SHF d'Auvers où il était venu avec quatre chevaux de son affixe finistérien "de Kerglenn", le breton Ronan Richard évoque les orientations de sa production qui bénéficie actuellement d'une belle visibilité notamment grâce aux performances internationales de Unna de Kerglenn (Cap Kennedy), ISO 144/15 avec Kévin Staut, Shana de Kerglenn (Diamant de Semilly), ISO 153/16 qui s'affirme ces derniers mois avec Philippe Léoni et plus récemment Urcos de Kerglenn (Toulon, Bwp), ISO 147/14, dont vient d'hériter Patrice Delaveau.

Avant de se faire connaître sur la scène nationale et internationale l'affixe du Conquet (110 ha environ dans le nord du Finistère) portait le nom "de Kerinou". Il muta ensuite en "de Kerglenn" (chez Glenn en breton). Il s'est professionnalisé il y a une vingtaine d'années et exploite la descendance principalement de la Championne des 7 ans  Jumpy de Kreisker (Quito de Baussy et Betty de Kreisker par Muguet du Manoir), ISO 164/04, qui était montée par Jean Le Monze. Issue d'une souche Selle Français originel Jumpy fut acquise par Alain Richard le père de Ronan (voir vidéo ci-dessous) et Glenn spécialiste de la cuniculture, alors qu'elle n'avait que dix huit mois. Les transferts ont été nombreux, les filles de Jumpy sont confiées à des performers de réputation mondiale. Il semble que la qualité soit au rendez-vous. Mylord Carthago fait partie des étalons qui ont toute la confiance de Kerglenn.