Landor S disparaît accidentellement
mardi 03 novembre 2015

GS7-rozier-lauterbach
Lauterbach, l'un des produits de Landor S © Ph. Agence Albran



En France Landor S était surtout connu pour être le père de L’Arc de Triomphe et de Lauterbach.

 

L’étalon Landor S (old, par Landadel, holst et Fureida II, old par Godehard, han) est disparu à l’âge de 24 ans, samedi 31 octobre, après s’être accidenté au paddock. Il était le premier étalon de la famille Sosath, autour duquel s’est ensuite construite l’une des plus grandes stations de monte du Oldenburg, celle de la famille Sosath, qui propose aujourd’hui de très nombreux étalons.

Champion des 6 ans en Allemagne, doté d’une bonne origine (son père Landadel est l’un des tous meilleurs fils du fameux Landgraf I), Landor S avait démarré sa carrière d’étalons en trombe, saillissant énormément en Allemagne. Sa cote avait depuis baissé, ses produits ayant la réputation de ne pas toujours être les plus faciles (peut-être l’influence de son arrière grand-père maternel Gotthard) et la qualité ayant un peu déçu semble-t-il, au regard du nombre de juments saillies.

Il laisse toutefois d’assez nombreux gagnants, dont le meilleur est Blue Loyd, 3e des JO de Londres sous la selle de Cian O’Connor. En France, où il a donné 170 produits en seize ans mais rien de très notable, il est surtout connu pour être le père des étalons importés L’Arc de Triomphe (old, mère par Pilot), qui a énormément sailli (près de 3200 juments en treize ans) et laisse de bons produits en CSO comme en concours complet, ainsi que celui de Lauterbach (old, mère par Contender), dont les produits sont plus jeunes mais qui semblent devoir montrer de la qualité.