Le SF, deuxième stud-book des finales de la Coupe du Monde de saut
mardi 17 avril 2018

bercy 2018 Rokfeller de Pléville et Eduardo Alvarez Aznar
Rokfeller de Pléville et Eduardo Alvarez Aznar © www.scoopdyga.photo

Rapide regard sur les origines des chevaux ayant participé à la finale de saut d’obtacles de la FEI World Cup, à l’Accor Hôtel Arena de Paris du 12 au 15 avril.

41 chevaux ont participé aux épreuves de saut d’obstacles de l’édition 2018 de la FEI World Cup Final : les 37 au départ de la « chasse », plus Silver Deux de Virton et Chesall Zimequest, choisis par Kevin Staut et Simon Delestre pour les épreuves suivantes, et Emerald et Chatinus avec lesquels Harrie Smolders et Richard Spooner ont aussi participé à la suite de la compétition.

Sans trop de surprise, le stud-book le plus représenté était le Kwpn néerlandais, avec 9 chevaux, dont Eddie Blue (Zirocco Blue x Marlon), monture du médaillé d’argent Devin Ryan.

Le Selle Français vient suite avec 5 chevaux. Les mieux placés au classement final sont le très régulier Rokfeller de Pléville (L’Arc de Triomphe, old x Apache d’Adriers), 6e avec l’Espagnol Eduardo Alvarez Aznar, et Sangria du Coty (Quaprice Boimargot, holst x Muguet du Manoir), 13e sous la selle de Roger-Yves Bost (deux chevaux nés de pères distribués par le Haras du Bois Margot). Les autres sont des fils de Kashmir van’t Schuttershof (sBs), Jarnac (SF) et Cumano (Holst). A noter que le puissant vice-champion Eddie Blue, déjà cité, est un fils du Selle Français Zirocco Blue, ex Quamikase des Forêts.

Le BWP belge, lui, avait quatre chevaux, tandis que le sBs (belge également), le Westphalien et le SWB suédois en avaient trois chacun. La Suède reste étonnante ; ce pays sort de nombreux cavaliers parmi les tous meilleurs mondiaux, mais également, malgré un climat très septentrional, régulièrement de très bons chevaux, dont dont les superbes Bianca (Balou du Rouet) et Zacramento (Cardento) de Steve Guerdat et Douglas Lindelöw. 

Si le Holstein s’est montré effacé (deux chevaux seulement au départ, le meilleur, Catwalk / Robert Whitaker, terminant seulement 19e), d’autres « petits » stud-books tels que le SWB ont également bien figuré. C’est le cas du DSP (Deutches Sportpferd, regroupement des stud-books d’Allemagne du sud), qui avait deux représentants dont H&M Legend of Love (Landzauber x Corgraf), 5e avec le jeune Olivier Philippaerts. Et c’est surtout le cas du Stud-book La Silla fondé au Mexique par Alfonso Romo. C’est au Mexique et dans ce stud-book qu’est né et enregistré le formidable Breitling LS qui a offert la victoire à Bezzie Madden. Etalon, Breitling LS, ex Quebracho LS, est un fils de Quintero. Ancien grand performer international sous la selle de Rolf-Goran Bengtsson, cet holsteiner petit-fils du SF Quidam de Revel est aujourd’hui propriété du distributeur installé en France Ken Rehill (The Stallion Company). La mère de Breitling LS, Armonia La Silla, fut également montée à bon niveau par le cavalier suédois, valorisateur des chevaux d’Alfonso Romo. Armonia est une fille du Hanovrien Accord II croisé avec une bonne souche holsteiner (le pedigree de Breitling est donc très empreint de sang holsteiner). Armonia a également donné Lucero LS (par Dollar dela Pierre - M, sf), aujourd’hui monté par Karina Johannpeter (Bré), après avoir obtenu l’ISO 148/13 sous la selle de Christian Hermon, autre valorisateur des chevaux de l’élevage La Silla.