Le stud-book Silla Argentino veut se faire connaître
mardi 09 septembre 2014

Juan M Bellocq   Ph E.F
Juan M Bellocq © Eric Fournier

Hormis le Selle Français, pas ou peu de grands stud-books se trouvaient sur le Village des JEM à Caen. Surprenant ! Hors cible ? Trop cher ? Trop près ? Le stud-book Silla Argentino affiche, lui, quelques ambitions. Eric Fournier est allé à leur rencontre

Son gérant Juan M. Bellocq nous explique que le stud-book Silla Argentino a bénéficié de l’appui financier de l’ambassade en France et du Ministère de l’Agriculture argentin (espaces, logistique) pour ce déplacement de quinze jours en Normandie. Il s’est aussi associé à trois entreprises argentines fabricantes en sellerie.

Inscrit à la WBFSH le Silla Argentino (15 membres directeurs qui élèvent à titre personnel) compte 350 éleveurs répartis sans concentration excessive sur le territoire national. Là bas on élève à 80% pour le jumping et 20% pour le Complet et le Dressage. C’est un élevage sur de grandes surfaces. Le Silla Argentino gère de l’ordre de 1600 naissances l’an qui proviennent d’environ 3000 mères. En 2011 le stud-book ferme ses frontières aux mères sans papier « Pour fixer la race » insiste Juan M Bellocq. Concernant les étalons, le pays est déjà tourné vers l’extérieur depuis quelques années et importe notamment de la semence européenne et Selle Français signée Baloubet du Rouet, Quidam de Revel…. Des stud-books européens ont entamé des contacts avec l’Argentine qui semble réserver un accueil privilégié au Selle Français à qui il accorde un réel crédit (expérience, reconnaissance d’un savoir faire ndla) en termes d’évaluation et d’approbation des reproducteurs. L’an dernier une délégation d’Argentine était à la GSE de Fontainebleau équivalent de leurs « Séries I, II et III » de Buenos Aires en Novembre (200 chevaux maxi) où émergent les meilleurs 4, 5 et 6 ans.  Depuis près de quinze ans des relations bilatérales s’intensifient avec l’Unic, la SHF et le stud-book Selle Français qui était encore dernièrement sur place pour des formations de juges référents assurées par Michel Gaspard et Benoît Chaigne; Et Juan M Bellocq de préciser « Chez nous 2014 a été consacré à la mise en place d’un nouveau système d’évaluation des jeunes étalons par nos propres inspecteurs qui font l’effort de se former. L’étape suivante sera l’évaluation des étalons sur performances et le jugement de leur production. Nos ambitions sont internationales ». Pour l’heure le marché est essentiellement tourné vers l’Amérique Latine. La Chine est aussi une cible prioritaire.