Les Anglos à l’honneur sur leur terre natale

lundi 18 septembre 2017 - Limousin

  • imprimer

Comme chaque année, la Grande Semaine de l’Elevage de Pompadour a accueilli les Journées internationales de l'Anglo-arabe, organisées par l’ANAA. Au programme de ces trois jours (du 15 au 17 septembre) riches en découvertes, des chevaux bien sûr, de la pluie aussi… Mais surtout un regain de l’intérêt porté à la race. Bilan.

Eryo Decyclange AA Pompadour 2017 largeL

Fanny Cheron

Hermes du Ninet Pompadour 2017 largeL

Fanny Cheron

Eryo Decyclange AA, le champion des 3 ans

Hermes du Ninet, champion des foals Anglo-arabe

previous video next video

Pour rappel, c’est ici même, à Pompadour, que la race Anglo-arabe a officiellement vu le jour en 1840 ! Victime de l’ouverture du marché international depuis plusieurs années, l’Anglo-Arabe a connu des heures sombres sur cette dernière décennie et a dû se tourner vers les croisements avec du sang étranger. De ce fait, l’Anglo de race pure devient de plus en plus rare. Il y a 15 ans, on comptait en moyenne 2 000 naissances chaque année contre 600 en 2016. En 2017, 765 naissances ont été recensées récompensant ainsi le travail des éleveurs. Une timide hausse qui encourage malgré tout les passionnés.
L’ ANAA (Association Nationale de l’Anglo Arabe) tente de redorer le blason de la race, en aidant les éleveurs à sélectionner une bonne génétique et valoriser la race en retournant vers la race pure, en soutenant et développant les origines prestigieuses à travers des aides spécifiques sous formes de primes conséquentes accordées aux champions, ou encore en proposant des ateliers d’aide aux éleveurs ayant fait naître des mâles aux origines prestigieuses. Ces ateliers sont mis en place afin d’encourager les éleveurs à conserver leurs meilleurs poulains entiers et ainsi tenter de devenir des reproducteurs agréés. De plus l’ANAA aide à la valorisation et à la commercialisation des jeunes anglos à travers des outils tel que le magazine « Anglo’Mania » qui a pour but de rapprocher les éleveurs des acheteurs.

Une édition placée sous le signe du renouveau

Rendez-vous fut donc pris autour de la carrière d’honneur pour admirer les jeunes, du foal au 3 ans. Ils étaient 90 participants l’année dernière. Ils sont 115 cette année, signe que la situation évolue et s’améliore.

Lors de cette première édition sous la présidence d'Alain James, tous les efforts ont été mis en place pour redonner ses lettres de noblesses, non déméritées, aux Anglos. « Aujourd’hui le but premier de l’ANAA est d’identifier les bonnes souches et inciter les éleveurs à retourner vers la race pure. Nous tenons à ce que l’Anglo-Arabe retrouve son prestige d’antan. » Il y a encore quelques années, l’Anglo-arabe était l’égal du Selle Français sur les terrains de concours. Autant en CCE qu’en CSO, comme avec Ryon d'Anzex.
C’est un cheval qui réunit toutes les qualités intrinsèques du parfait cheval de sport autant pour les amateurs que les professionnels. L’anglo a « du chic » et « du sang » ou encore « du tissu » ce qui lui permet de monter au plus haut niveau des épreuves de concours complet mais également de saut d’obstacles.

Mais que serait la génétique sans la sélection physique ?

Comme nous le confie Xavier de la Raiterie, éleveur et juge national de la race, tous les efforts sont mis en place pour sélectionner des Anglo-Arabes dès le plus jeune âge à travers des concours d’élevage. «  Nous faisons un vrai travail de sélection lors des présentations des jeunes chevaux. Nous insistons sur les traits de la race pure. La baisse de naissances (ndlr : environ 500 naissances par an en moyenne contre plus de 8 000 pour les Selle Français. ) s’explique par un nombre d’élevages faible et très hétérogène. Certes l’Anglo Arabe est peut-être plus délicat que le Selle Français qui a tendance à être froid, cependant aujourd’hui l’Anglo-arabe n’est plus ce qu’il était. Il est moins nerveux et fougueux qu’à l’époque. C’est un vrai cheval d’amateur avec du chic et beaucoup d’énergie pouvant vivre au pré la semaine, et être fièrement natté sur les podiums le week-end. »

Le bilan 2017

Coté résultat pour cette édition 2017, deux étalons sont brillamment représentés par leurs produits dans les Catégories I et II. Nathan de la Tour (Fusain du Defey ) s’impose chez les 2 ans en classant trois chevaux sur quatre chez les mâles (le quatrième étant par Fusain du Defey…) et trois juments sur cinq chez les femelles. Il est donc père de 6 chevaux sur 9 récompensés !

Orient du Py (Quatar de Plape) classe un foal mâle et deux mâles de 3 ans, dont le Champion des 3 ans sport montés section I et II, Eryo Declyange né chez Mme Marie-Claire Terrasson et propriété de Marie Bergounan, qui obtient les notes de 6,85 aux allures, 7,29 au modèle et 8,60 à la présentation à l’obstacle soit une note globale de 7,52.

Notons également la présence assez nombreuse évidemment de produits d'Upsilon. L'une d'entre eux remporte la section 3 ans sport montés femelles, et un autre remporte les 2 ans mâles section III.

Retrouvez l’ensemble des résultats ICI

Fanny Cheron

Horse Telex
La base de données du cheval
  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 85 - Anne-Sophie et Arnaud Serre

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr