Les bons descendants d'Ueleme
lundi 19 mars 2018

produit d'Ueleme
La dernière descendante d'Ueleme, née à erquery la semaine dernière. © Ph. Elisabeth Gillion

Uélème, excellente monture d'Olivier Jouanneteau, était championne des poulinières en 2014. Cette année ses filles sont en haut de l’affiche.

Etabli sur la base des performances 2016, le classement des meilleures poulinières de l’EPERON 2018 place Uélème en 2ème position derrière Javotte D. La jument, qui a fait la carrière d’Olivier Jouanneteau et la réputation du haras de Villers à Erquery dans l’Oise, a en effet donné naissance à une foule de produits, et l’histoire n’est pas finie ! Uélème a eu 25 poulains, ses filles 55 et ses petites-filles 7. En 2018, neuf porteuses pleines devraient encore agrandir la famille ! « Il n’y a pas de hasard, explique Olivier Jouanneteau. Uélème avait une bonne génétique sur quatre générations, elle a naturellement bien transmis. Ses descendants sont bons –voire très bons. Je l’ai eue à 2 ans. On a eu la chance de démarrer et de progresser ensemble jusqu’au très haut niveau, sans brûler les étapes, sur un rythme raisonnable qui lui a assuré une carrière assez longue ... Elle a sauté jusqu’à 17 ans. C'était une force de la nature, avec un caractère très trempé, un tempérament, une solidité et beaucoup d’influx nerveux qui lui ont permis d’exploser en concours à 10 ans. Il fallait canaliser son énergie exceptionnelle pour réussir, mais c’est le travail de base : écouter, regarder, aller doucement ... Bref son coup de saut était assez naturel pour qu’elle le transmette.»

Une descendance talentueuse

Copropriétaire de la jument avec son naisseur, Daniel Millet, Olivier Jouanneteau a eu la possibilité de choisir le rythme à imposer à Uèlème sans trop de pression. Bonne entente et confiance ont permis à la jument d'avoir la carrière qu'on lui connaît, jusqu’à la victoire de la coupe des nations au CSIO de Rotterdam et du GP au CSI-W de Bordeaux. Elle a 25 produits, dont 22 indicés à plus de 120. Au haras de Villers, une des filles d’Olivier et de Catherine, Pauline, a choisi d’entraîner les chevaux, avec Clément Deshayes, cavaliers maison. La production passe par Ma p’tite Lulu, ISO 163/09, Parlameme, ISO 149/14, et sa propre sœur, Plusjeleme, ISO 145/13. Sans compter les petites filles : Si ça m’chante (Qualisco III), Crème of Lulu (Kannan), Very light (Norman Pré noir) et Voice of America(Norman pré noir). « Ses poulains ont hérité de son sens de la barre : ils ont aussi les yeux au bout des pattes. Ils sont tellement attentifs, hypersensibles qu’ils ne touchent pas. » Olivier suit son petit monde autant que possible. Les premiers produits, Hachelem (Royal Feu) ou Top Lulu (Quidam de Revel) sautent des 150. Mateleme (Trophée du Rozel) reproduit au haras de Hus. Queen of Lulu (Happy Villers) sort en 140, Signée Lulu (Champs Elysées) est régulière sous la selle de Vincent Balleux. Ululu (Happy Villers) a été championne des 6 ans, plus championne des CIR à Lyon, et Bibici (Norman Pré noir), championne des 5 ans, est partie aux USA. Parmi les étalons, citons Voyageur of Lulu (Armitage) qui est confié à Cedric Angot. La souche maison issue de Happy Villers continue avec Ondeline, Cormano et Mathilda Villers qui sont assez prometteurs