Les nouvelles technologies bouleversent les choix de croisement
lundi 11 mars 2019

Cristallo I
Cristallo I lors du show des étalons à BLH © Jean Louis Perrier

Depuis quelques années, l’équipe de Béligneux Le Haras nous propose une présentation bien mise en scène de ses étalons dans ses installations de Servas, près de Bourg en Bresse. Une bonne occasion d’interroger Frédéric Neyrat, qui est lui-même éleveur, sur ses choix de croisement 2019.

Avec 32 étalons au catalogue, auxquels s’ajouteront des transactions d’achats de paillettes en cours, Frédéric Neyrat dispose d’un large choix "maison" pour ses huit poulinières. En ce début mars il n’a toujours pas arrêté ses choix sur ses croisements. Il n'a caché pas que le choix se fait souvent sous l’impulsion du jour !

L’étalonnier intègre désormais de nouveaux paramètres avec les nouvelles technologies de reproduction, la ponction ovocytaire et l’ICSI modifiant considérablement la donne. "Mes huit poulinières sont d’anciennes juments de compétitions qui sont toutes âgées, difficiles à remplir car la jument n’a pas de ménopause mais on a souvent des utérus fatigués. Avec les nouvelles technologies, on peut récolter jusqu’à quinze ovocytes qui peuvent être fécondés avec un quart de paillette, l’objectif étant d’avoir trois ou quatre embryons. Cela permet d’optimiser les restes de stocks de paillettes de certains étalons décédés parfois très chers comme celui de Chacco Blue dont la paillette vaut plusieurs dizaines de milliers d’euros, ou de mieux gérer ceux qui sont subfertiles. Par exemple je pense croiser La Toya avec Con Air dont il ne me reste très peu de paillette", raconte Frédéric. "On peut aller vers des étalons comme Tobago Z, Balou du Reventon et Corrado I. Convall, gagnant des GP, d’Aix la Chapelle et Calgary me plait pour Grey Martini, une Casall pleine de sang. J’ai Onda di Valmarina, une jument italienne qui a tourné jusqu’en 5* avec qui je pense faire des transferts avec Romanov et Colestus. Ces techniques ouvrent de nouvelles opportunités, c’est un vrai bouleversement ! Je voudrais aussi avoir plusieurs embryons par Cristallo I. Il y a un marché de l’embryon congelé qui se développe dans les ventes très haut de gamme comme celle organisée par Arqana pendant les Longines Masters de Hong-Kong. Le 2e top price à 40 000€ est un embryon de Cassini I sur Cocoshinsky, grande compétitrice sous la selle d’Emanuele Gaudiano qui vient d’arriver dans notre effectif." Cette fille de Cornet Obolensky était au programme de la présentation d’étalons.

Les commentaires de l’équipe de BLH au long de cette présentation de treize étalons avec en bonus Tinka’s Boy toujours bon pied bon œil à 30 ans, ont permis de donner aux nombreux éleveurs présents des conseils de croisement. On retiendra par exemple pour le très beau trio d’étalons gris : le très bon caractère de Cornet Stern pour ceux qui redoutent cet aspect chez les Cornet Obolensky, et la parfaite complémentarité entre Cartani convenant bien à des petites juments pleine de sang et Cristallo I conseillé pour des juments plus imposantes.