Noblesse des Tess, une jument française en bronze à Londres
mardi 07 août 2012

Londres Kamal Bahamdam et Noblesse des Tess
Kamal Bahamdam et Noblesse des Tess © www.scoopdyga.com

Le Calvados est décidément une terre de chevaux olympiques. Après les médailles d’Opgun Louvo sous couleurs allemandes en concours complet, c’est Noblesse des Tess qui s’adjuge le bronze lors de l’épreuve de saut d’obstacles par équipes, sous les couleurs de l’Arabie Saoudite.

« Opgun Louvo est né chez Yves Berlioz qui est un de mes cousins par alliance, ça nous fait plaisir d’avoir nous aussi fait naître un cheval désormais médaillé olympique », s’amuse Jacques Brohier, co-naisseur de Noblesse des Tess avec son fils Vincent.
Cette formidable jument Selle Francais est  donc née en 2001 chez la famille Brohier à Barbeville dans le Calvados. Indicée 175 l’an passé, la sanguine baie Noblesse a débuté sa carrière en cycle classique en Normandie sous la selle de son co-naisseur, Vincent Brohier. Elle est double sans-faute et classée excellente à Fontainebleau à 4 ans. 
 « J’avais acheté la grand mère de Noblesse, une bonne trotteuse, et sa fille, à un voisin qui souhaitait s’en séparer. Philadelphine, la mère de Noblesse, était une petite jument avec beaucoup de sang et très volontaire. Mon fils Vincent a gagné beaucoup de petites épreuves avec elle avant qu’on la fasse reproduire. Philadelphine mesurait 1m55 et j’ai donc choisi Cumano pour ramener de la taille et de la force mais ça reste toujours un peu la loterie.  Dès pouliche, Noblesse montrait pas mal de caractère. A deux ans, elle était dans un lot de juments dont une a pouliné : elle a chassé tout le monde pour s’accaparer le poulain. Elle était déjà très autoritaire », raconte Jacques Brohier.
« Noblesse a toujours eu beaucoup de sang et beaucoup de trajectoire. Elle a un cœur formidable et est très volontaire. C’est d’ailleurs ce qui a compliqué sa saison de cinq ans (où elle effectue 5 parcours sans fautes, ndlr). Elle avait tellement de trajectoire sur le premier obstacle des combinaisons que c’était difficile pour elle de sauter le deuxième ! A six ans, on l’a présenté à plusieurs marchands et finalement c’est Walter Lapertot et Yves Lemaire qui l’ont acheté puis revendu à Simon Delestre », explique Jacques Brohier.
A 6 ans, sous la selle de Simon Delestre donc, Noblesse des Tess est double sans-faute et vice-championne du CIR de Rosières aux Salines. Finaliste à Fontainebleau à 6 ans, elle y effectue un sans faute avant d’être vendue au cavalier et propriétaire suisse Bertrand Darier.
De la Colombie à l'Arabie Saoudite
Après avoir monté un peu la jument, Bertrand Darier, la confie de nouveau à Simon Delestre avec qui elle se classe 7 ème du championnat des 7 ans à Fontainebleau et avec qui elle remportera plusieurs épreuves internationales réservées aux chevaux de son âge. En 2009, le propriétaire suisse confie Noblesse au cavalier Colombien René Lopez, lui aussi basé en Lorraine. Ensemble le couple va  progresser rapidement en Grand Prix nationaux puis internationaux. En 2010, Noblesse offre un grand moment de sa carrière au cavalier colombien puisque le couple, contre toute attente, se classe 3ème de l’épreuve Coupe du Monde de Lyon. Ensemble, ils remportent aussi le Grand Prix du CSI de Saint-Lô et, la saison suivante, ils sont 8ème de l’étape Coupe du Monde de Bordeaux puis le couple gagne le Grand Prix du CSI4* de Fontainebleau et obtient entre autres une victoire et de belles places d’honneur au CSIO de La Baule.
En octobre 2011, après avoir été essayée par Edwina Tops Alexander qui semblait emballée par la jument, Noblesse est vendue et prend la direction des écuries de Edwina et Jan Tops où elle ne restera finalement pas bien longtemps puisque dés novembre 2011 elle évolue sous la selle du saoudien Kamal Bahamdam. Le couple est très vite opérationnel et, fin novembre, ils remportent la médaille d’or des jeux arabes par équipe et l’argent en individuel. En 2012, Kamel Bahamdam et Noblesse confirment en se classant notamment 5ème du Grand Prix du Global Champions Tour de Monaco en juin et 4ème du Grand Prix d’Estoril sur le même circuit en juillet. Dans ces Jeux Olympiques, le couple n’a fait tomber qu’une seule barre le 3ème jour, participant ainsi grandement à l‘obtention de la médaille de bronze par l’équipe de l’Arabie saoudite.
D’un point de vue généalogique, Noblesse est issue du prolifique croisement du holsteiner Cumano avec du sang selle français largement imprégné de trotteur. Cumano avait lui aussi prouvé sur le terrain ses excellents qualités sportives en remportant sous la selle de Jos Lansink, la médaille d'or en individuel aux Jeux équestres mondiaux d'Aix-la-Chapelle avec Jos Lansink en 2006, la médaille d'argent en individuel aux Championnats d'Europe de Mannheim en 2007 et en prenant la 10e place en individuel aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008.
La mère de Noblesse, Philadelphine, une fille d’Irak E croisée avec une trotteuse, a notamment produit Eden des Monts par Socrate de Chivré (ISO 128), Cyrano des Monts par Papyrus de Chivré (ISO 133), Kentucky par Echo des Forêts (ISO 126) ou encore Little Big Man par Brandy de la Cour (ISO 121) qui a gagné des épreuves en Allemagne.
La mère de Noblesse est une sœur utérine de Roi des Monts, ISO 140, Altesse des Monts, ISO 133, elle-même mère de Inesse, ISO 140,et  Messire des Tess, ISO 134.
A noter que a sœur de la mère de Noblesse, Quality III, a produit Alabama II international étranger, Extra des Monts, ISO 147, Fantasia des Monts, ISO 131.
Noblesse est issue de la famille de l’étalon national trotteur français Nivôse, père de 12 étalons approuvés à la monte et de nombreux gagnants en course.