Qualificatives ANSF : Alexis de Mars et Bohémien, les meilleurs à Verquigneul

samedi 01 juin 2013 - Verquigneul

  • imprimer

Les écuries de la Loisne, à Verquigneul dans le Pas de Calais, accueillaient le troisième concours qualificatif selle français pour les mâles de deux et trois ans, jeudi 30 mai, sous des cieux cléments, à défaut d’être ensoleillés, pour ce premier concours à l’extérieur.

verquigneul 2013 Alexis de Mars largeL

Patricia Cagé

verquigneul 2013 Bohémien largeL

Patricia Cagé

Alexis de Mars

Bohémien

previous video next video

Comme dans les deux concours précédents, ceux de St Lô et du Mans, c’est une nette diminution du nombre de candidats qui a été constatée, diminution cependant plus sensible chez les deux ans que chez les trois ans.  En effet, seuls 14 selle français de deux ans étaient en lice contre 29 en 2012. Chez les trois ans, on dénombrait 24 chevaux contre 31 l’année d’avant.
Les éleveurs ardennais, particulièrement actifs les années précédentes, manquaient cette fois à l’appel. Michel Guiot, leur président, interrogé sur le pourquoi de cette absence, donne son point de vue. « Chez nous comme partout, il y aura une baisse importante du nombre de trois ans présentés et ils seront concentrés sur le concours de Rosières aux Salines. Cette baisse est assez dramatique, car j’ai la nette impression que nous sommes en train de passer à côté d’une génération entière de trois ans. A mon avis, il est plus que temps que l’ANSF fasse un geste fort en minimisant les frais d’accès et de préparation aux concours qu’implique le saut monté pour les trois ans. Bien sûr, l’élite s’en sort encore, mais beaucoup de petits éleveurs sont au bord du gouffre et se terrent chez eux. Le clivage s’accentue et les présidents des associations régionales se démotivent. Et d’un point de vue zootechnique, on peut se demander si les bons chevaux seront réellement présentés…réponse aux JSF ! »

Alexis de Mars s’impose en trois ans.
Chez les trois ans, huit chevaux sont appelés aux honneurs, parmi lesquels cinq obtiennent une note moyenne supérieure à 7/10.
Le vainqueur est Alexis de Mars (Lamm de Fétan et Qualexia de Mars par Dollar de la Pierre ), très bien présenté par le cavalier des Ecuries Krismar à Ruiselede, en Belgique, Koen Gelande. Alexis a été acquis auprès du Haras des M lors du Marché Fences à l’automne dernier par Krismar Stables, grand amateur de chevaux Selle Français, puisqu’il possède déjà Adagio de Talma, vainqueur des 2 ans aux JSF 2012, Ultimate de Kreisker, Tonixe, ou encore Artus Andalou. Cet alezan brûlé, d’un beau travers, avec de l’os, montre un bon galop et beaucoup de tonicité. Sous la selle à l’obstacle, il saute genoux dans les ganaches tout en ayant une bonne bascule. On ne présente pas son père Lamm de Fétan. Sa 2e mère Alexis est bonne gagnante, ISO 142 et appartient à la famille oldenbourg 168 , celle de Charisma, CSIO avec Makus Fuchs.
Le deuxième, Andain du Thalie (Calvaro et Polestar Mail par Quick Star) est né dans le Nord chez Nathalie Dereppe à Croix. Il était présenté par Alexis Borrin. De très grande taille, il n’est pas lourd et s’est montré régulier, disponible et sérieux sous la selle. Sa mère est bonne gagnante dans le Nord avec Fréderic Sangnier, finaliste à 5 et 6 ans, ISO 137 et est issue de Nighty Fontaine, sœur d’I Love You et mère d’Alligator Fontaine…
A la troisième place, on trouve Arcy Fou (Ogano Sitte et Darcy de Coraimont par Orlando), né chez François Dorange à Orsinval dans le Nord et appartenant à Virginie Lefebvre. Cet alezan avec beaucoup de blanc, est à la fois épais, sérieux mais avec du chic. Il s’est bien comporté à l’obstacle tant en liberté que sous la selle de Guillaume Lefebvre. Sa mère, bwp, a déjà produit Ultra Lord, (Lord), gagnant à 4 ans.
La meilleure note au saut en liberté, 8,33, a été accordé à Authentic la Meije, un fils de Quaprice BM et Brumaire II par Val de Gane, né chez sa propriétaire Céline Bourgois (62), qui prend la 4e place, devant Ange de l’Aulnois (Paddock du Plessis et Emilie par Duc de Cavron) né chez Mle Célia Calvisio (54), à Pascal Févre, cheval qui obtient lui la meilleure note au modèle, 7,75.

Chez les deux ans, un produit de Luccianno.
Chez les 2 ans, trois chevaux dépassent une moyenne de 7. La victoire revient à un pur produit de la région Nord-Pas de Calais, Bohémien (Lucciano et Lamy de Vochelle par Cyrano du Marais), né chez Caroline Briard à Annezin (62). Bohémien s’est particulièrement bien montré au saut en liberté où il montre respect et légéreté et se déplace plaisamment. D’un gabarit moyen, il est d’un modèle homogène avec du chic, mais ne dégage pas de force pour le moment. Sa souche ne comporte pas de références sportives probantes.
La deuxième place est pour Bangkok Un Prince (Nartago et Maowi d’o par Concorde), à ses naisseurs, le Haras des Princes aux Attaques (62). C’est un cheval épais et efficace en action, déjà très mature. Sa mère Maowi d’O a déjà produit Texas (ISO 131/12) et Quebec Un Prince (ISO 151/02) et appartient à la souche Brohier de Vergonne, par Garcon Manqué.
La troisième place revient à Bluelove du Candy (Open Up Semilly et Twistlove du Candy par Bayard d’Elle), joli cheval, expressif et souple avec une belle montée de garrot et du sang. Il est le seul produit de sa mère. Sa 3e mère est pur sang anglais et a produit Magiclove du Candy, ISO 132/05. Bluelove du Candy appartient toujours à son naisseur, Dominique Dufresne à Thiers et obtient la meilleure note au saut, 7,79. 
Enfin, trois candidats anglo-arabes, ou plutôt demi-sang anglo-arabes, étaient présents chez les deux ans. Un seul est au rappel, Bandit Boy de Ligny (Tinka’s Boy et Girouette de Ligny par Rif du Crocq) né chez Benoit de Francqueville à Belloy sur Somme (80). Desservi par une tête busquée, il est cependant d’un beau dessin et s’est montré qualiteux à l’obstacle. Sa souche, celle d’Abeille par Zéphir, est sérieuse et pourvoyeuse de nombreux gagnants.
               

Patricia Cagé

  • imprimer

0Commentaires

FRANCIS H | 03/06/2013 18:43
La sentence des chiffres est effectivement imparable. Mais de là à jeter le bébé avec l'eau du bain il y a sans doute une marge!...
J'avais, il y a fort longtemps et avec mon ami JB Palmer, initié le concept de la présentation des deux ans mâle. Les raisons de ce concept étaient, dans notre esprit, des raisons uniquement d'aide à la valorisation pour les éleveurs.
Qu'il faille revoir l'aspect technique des choses, affaire entendue. Mais, surtout essayons de garder un évènement quelque peu commercial pour nos meilleurs deux et trois ans.
Sinon, à part Findus, que nous restera t'il? Pourrons nous entretenir nos chevaux jusqu'à l'âge de rentabilité optimal (pour ceux qui les vendront) c'est à dire 7 ou 8 ans.
Si l'ANSF nous laissait un droit de parole, peut-être pourrions-nous faire évoluer les choses de façon positive, mais, comme en politique générale, à force de plumer les riches, il ne restera plus que ....les pauvres! Salauds de pauvres! (J.Gabin, La traversée de Paris il me semble)
C'est dommage, cela aurait pu être bien et, comme d'habitude, pendant ce temps-là et avec le même modèle de sélection génétique, les Allemands nous damnent toujours le pion.
F.Houdré
PHILIPPE P | 02/06/2013 07:47
Etalons approuvés à 2 ans en 2007

La norme ANSF impose à un étalon de 7 ans et plus un ISO minimum de 140 pour être approuvé. Parmi les 11 étalons approuvés à deux ans en 2007 seuls 2 d’entre eux remplissent aujourd’hui ces conditions à l’âge adulte.

82 % de l’effectif a donc été approuvé à tort

Par contre il existe 12 étalons de la même génération qui n’ont pas été qualifiés ou présentés à l’approbation à deux ans et qui ont eu, avant 2013, un indice supérieur ou égal à 140

Etalons approuvés à trois ans en 2007

7 sur 22 ont eu, avant 2013 et la fin de leur année de 8 ans, un ISO minimum de 140.

68% de l’effectif a donc aussi été approuvé à tort .

Par contre il existe 15 étalons de la même génération titulaires d’un indice supérieur ou égal à 140 qui n’ont pas été qualifiés ou présentés à l’approbation à trois ans .

Au final

3/4 des étalons présentés à l’approbation à 2 et 3 ans en 2007 sont incapables aujourd’hui d’atteindre l’ISO minimal de 140 exigé à l’âge adulte. Cela ne les a pas empêchés de saillir 1158 juments depuis leur approbation. Deux d’entre eux, issus du même père, déjà sans performance suffisante, ont même déjà sailli chacun plus de 300 juments !

Les concours destinés à sélectionner des reproducteurs à l’âge de deux ou trois ans ne permettent donc ni d’attirer ni de sélectionner les étalons capables de performances significatives à l’âge adulte.
En permettant à des étalons médiocres de reproduire ces concours diminuent d’autant le recours au meilleurs mâles de la même génération ou aux étalons plus confirmés sur descendance.
Ils sont néfastes à l’amélioration de notre génétique, néfastes à la commercialisation des produits qui en résultent, dangereux pour le mental de certains candidats préparés à outrance .
Le marché ne s’y trompe pas et l’approbation dans ces conditions ne dégage aucune plus value.
Très coûteux et improductifs ces concours doivent donc être supprimés

Ph. POPPE

(données harasire)




On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table N43 Stéphanie Brieussel

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr