Quand les Mouche font mouche
samedi 03 septembre 2016

GS 16 Dayana Mouche
Dayana Mouche © Les Garennes

Adopté depuis deux ans par la Grande Semaine de Fontainebleau, L’Evénement femelles a montré cette année deux bons lots de femelles de deux et trois ans. L’élevage des Bellet s’y est particulièrement distingué.

Sympa, Luis Edouardo Urrea Garzon… Le cavalier colombien installé depuis de nombreuses années dans l’Orne et qui se met à l’élevage depuis cinq ans était assez fier et tout ému, ce samedi 3 septembre, de terminer deuxième du championnat des femelles SF de 2 ans, avec son Esperanza de Kogis (Diamant de Semilly et une demi-sœur de Rock’n Roll Semilly) ! C’est que cet « Evénement femelles » (championnats de France des femelles SF de 2 ans et de 3 ans), arrivé à la Grande Semaine de Fontainebleau l’an dernier, s’y est bien intégré. Les deux journées de compétition ont accueilli un public non négligeable et attentif, et il semble bien que les meilleures juments aient attiré un certain courant commercial. Il faut dire que le lot des 34 finalistes de 2 ans et des 43 finalistes de 3 ans s’est montré cette année assez plaisant, avec pas mal de juments assez « modernes », bonnes sauteuses, bien préparées… et dotées d’origines parfois très intéressantes. Très proche par ses origines de Rock’n Roll Semilly, Esperanza est devancée au classement par une propre-sœur de Paille de la Roque (gagnante de la Finale Coupe du Monde avec Steve Guerdat) : Egérie d’Isigny (Kannan, kwpn et Miloust d’Isigny, sf par Dollar du Mûrier), championne, donc, des femelles de SF de 2 ans. Sa souche maternelle est celle de l’élevage de Lucien Hermon (et non de celle de l’affixe « d’Isigny » d’Yvon Avice, d’où Atout et Hym d’Isigny). Mais Egérie, elle, est née chez Christophe Sireuil, à Pluvignier (56). Cette belle alezane, profonde, très bonne sauteuse, a été acquise sous la mère par Mr et Mme Boiziau, cavaliers amateurs avertis de longue date, propriétaires chez Jean Le Monze, qui se sont lancés dans l’élevage depuis cinq ans. Egérie d’Isigny a donné cette année trois embryons, un par Balou du Rouet et deux par For Pleasure.

Troisième, Ecosse Palordet (Quick Star et Alaska Palordet par Calvaro, holst), issue de la deuxième souche de l’élevage Sabras (celle d’Aigrette C, aa), est née chez Fabrice Laguide, dans l’Ain, qui possède un centre équestre et qui, propriétaire de cinq poulinières, est passionné d’élevage depuis longtemps.

Mentionnons la 4e,Elysée de Triaval, belle grise aux origines 100 % étrangère (L’Arc de Triomphe x Cassini II), née au haras francilien « de Triaval » de Catherine Palmer et qui a magnifiquement sauté, obtenant la belle note de 16,88. Elle part pour la Suisse.

Les 3 ans

Le championnat des 3 ans a été marqué sous le sceau de l’élevage « Mouche » de la famille Bellet. Si Roland Bellet a pris sa retraite, ses jeunes fils Julien et Mathieu ont brillamment repris le flambeau. Ils accueillent pas moins de 33 poulinières dont 22 à eux, au sein de leur élevage de La Mouche dans la Manche (où ils élèvent également des vaches laitières). Julien et Mathieu Bellet n’étaient pas venus les mains vides. Leurs deux belles et bonnes juments accaparent la première et la troisième places. La championne, Dayana Mouche (Utrillo vd Heffinck et Alba Castelforte par Diamant de Semilly) a beaucoup pour elle : de la présence, une belle robe bai foncée, une belle locomotion et un sacré coup de saut. Sa souche vient de l’élevage Pignolet (la grand-mère de Dayana est Noblesse d’Elle, par Kannan), la mère de Dayana ayant été achetée à six mois sous la mère.

Leur autre jument, classée troisième, Darling Mouche (Ulixe et Roxane Mouche par Canaletto, holst), est, elle, issue de la souche du grand-père Bellet, qui a produit régulièrement de bons gagnants. Le modèle est également sérieux et elle a sauté avec beaucoup de style.

Djila du Mont (Lando, dwb et Isatys du Mont par Val de Saire), chic et sport, s’intercale entre ces deux Mouche. Elle est également issue d’un élevage ancien et sérieux : celui d’André Michon, dans l’Ain comme la 3e des 2 ans. La mère de Djila avait été championne de France des 3 ans il y a dix-sept ans, et a déjà donné Vinkiss du Mont, champion de France des foals en 2009 ! Mais l’élevage a aussi des références sportive, avec, par exemple, l’oncle de Djila, Furka du Mont, ISO 156/06, ou, plus loin, Mam’Zelle du Mont, ISO 165/85… André Michon, comme Roland Bellet, a la chance d’avoir des descendants qui continueront l’élevage. Sa fille, Coralie, qui présentait Djila, et ses petite-filles s’intéressent de près à tout cela et participent au suivi des 4 poulinières et 30 chevaux de l’élevage. L’élevage, quand ça vous gagne, parfois ça gagne…

www.ouest-image.com