Stud-book Holstein : « En Europe, il n’y a rien qui égale le Salon de Saint-Lô »
mardi 26 février 2019

Clarimo
Grâce à ses résultats sportifs probants, Clarimo s'est rapidement imposé dans le choix des étalons Holstein déplacés à St Lô © Françoise Langenais / Pôle Hippique de Saint-Lô

Preuve que le Salon de Saint-Lô attire chaque année de plus en plus d’opérateurs notoires du marché de la reproduction européen, la société d’étalonnage du Stud-Book Holstein avait fait pour la première fois le déplacement cette année dans le berceau de race français.

Fort d’un camion rempli de trois étalons confirmés (Clarimo, Connor et Diarado) et d’un jeune en devenir (le Selle Français Del’Arko d’Henvet), les allemands étaient venus en Normandie avec une équipe complète de six personnes dont un cavalier. Cela traduit bien le professionnalisme de ce stud-book germanique qui a longtemps trusté les premières places du ranking mondial WBFSH (1ermondial en saut d'obstacles en 2015 et 2016). Actuellement plus en retrait (8e en obstacles et 5e en complet), le Stud-Book Holstein peut toutefois compter sur quelques représentants extrêmement performants comme Chardonnay, récemment 6e des JEM de Tryon avec Max Kühner ; le très compétitif Chesall Zimequest de Simon Delestre, sacré meilleur cheval du monde en 2016 ; ou encore H&M Chilli Willi de Nicola Phillipaerts, vainqueur du GP du Global Champions Tour de Chantilly en 2018.

Côté étalons, Casall, le crack de Rolf-Goran Bengtsson figure sur le podium des pères de gagnants internationaux. Actuel 3e du classement WBFSH, il progresse de deux places par rapport à 2017. Il est suivi d’un autre Holsteiner, le formidable Berlin, 6e, lui aussi en valeur montante (auparavant 10e). C’est pour asseoir cette notoriété et aller à la rencontre des éleveurs français que l’idée de venir à Saint-Lô s’est imposée.

Lisa Mäder, représentante France depuis octobre 2017 et Norbert Boley, gérant de l’étalonnage du Stud-Book Holstein, expliquent leur choix. « Il nous semblait légitime de donner au public français l’opportunité de nous découvrir et ainsi rompre avec le cliché d’une institution étrangère et inaccessible » confie Norbert. Francophone, Lisa complète : « mon rôle est de faciliter la communication entre les uns et les autres, qui ne parlaient pas forcément la même langue ; d’apporter une assistance technique aux éleveurs ; et enfin, de m’occuper de tout le volet marketing. Les éleveurs français doivent se rendre compte que l’étalonnage du Stud-Book Holstein ne s’arrête pas à Casall et Clarimo. Nous avons toute une génération de jeunes performers qui sont déjà dans les mains de très bons cavaliers. L’idée est donc de préparer la suite car nous savons que Casall ne sera pas éternel ». « Nous avons la conviction que la génétique allemande mariée au sang français fonctionne bien » poursuit Norbert Boley, « l’histoire du sport équestre l’a prouvé à maintes reprises : la complémentarité génétique de nos deux terroirs est réelle ». 

Pourquoi avoir choisi Saint-Lô ? 

« Dans le reste de l’Europe, il n’y a rien qui égale le Salon de Saint-Lô, un lieu qui rassemble au même endroit les étalons de tous stud-books confondus et les meilleurs performers au monde. En Allemagne, chaque étalonnier fait une présentation "dans son coin", or, nous pensons que se confronter à la concurrence permet au contraire de faire ressortir le meilleur de chacun et de progresser au point de vue marketing ». Une analyse constructive de l’intérêt de leur venue, qui aura valeur de test cette année, mais pourrait se renouveler dans les années à venir selon les retours de ce week-end en termes de commerce et d’échanges.

« Les éleveurs sont toujours en recherche de nouveauté, que ce soit de génétique confirmée ou de jeunes espoirs qui répondent aux exigences du marché actuel. Si nous pouvons apporter un petit "plus" à l’élevage français, nous serons ravis, même si nous ne souhaitons pas nous inscrire dans une attitude de concurrence en terme d’inscriptions de poulains », confie Lisa Mäder. Le Holsteiner Verband, se structure avec un conseil d’administration gérant deux sociétés privées, l’une s’occupant de tout ce qui est commercialisation, ventes aux enchères ; l’autre de l’étalonnage. Le Holsteiner voit naître 2700 poulains environ chaque année et a procédé à une ouverture maîtrisée vers l’étranger ces dernières années. Ainsi, sous réserve d’une évaluation drastique des mères et des produits, certains poulains rejoignent tous les ans le Stud-Book Holsteiner, ils étaient une quinzaine en France pour 2018.

Deux nouveaux outils ont été créés en ce début d’année à l’attention des éleveurs français : le « catalogue des étalons du Stud-Book Holstein 2019 » et la page Facebook « Stud-Book Holstein France - étalonnage ». Ils permettront aux intéressés d’accéder plus facilement à l’information et de mieux connaître les quarante étalons de cette section « étalonnage » du Stud-Book, qui fonctionne sous forme de société privée et qui détient ces étalons en tout ou partie. Quatorze ont été sélectionnés pour le catalogue français.

Comment les étalons présentés à Saint-Lô ont-ils été choisis ? 

« En France, nous savons par tradition que ce sont les étalons qui ont eu des résultats dans le sport qui fonctionnent mieux », détaille Lisa. « Clarimo s’est donc imposé, lui qui s’est fait connaître ces trois dernières années par les éleveurs avertis suite à ses performances avec Rolf-Goran Bengtsson. Connor, qui a déjà tourné en France (sous la selle de Nicolas Delmotte, ndlr) était lui aussi tout indiqué, en plus d’être approuvé SF, ce qui est une condition sine qua none pour participer à ce Salon, et Diarado que nous détenons en partenariat avec Paul Schockemöhle. La venue de Casall n’a pas été validée compte-tenu des risques engendrés par un tel déplacement, et car le cheval saillit déjà 200 juments par an en France, premier pays étranger où il a été disponible. Nous avons donc axé notre sélection sur des étalons qui méritent d’être connus et utilisés ».

Côté jeune espoir, le Holstein avait ramené sur ses terres le 6 ans Del’Arko d’Henvet SF (Tsunami de Hus x Quartz de Frely AA), acheté ici-même à Saint-Lô lors du Championnat des étalons SF de 3 ans. Bien leur en a pris puisque le cheval prend une belle seconde place dans le Masters L’Eperon des jeunes étalons de 6 ans avec Bart von der Maat, après avoir gagné son testage d’étalons à 5 ans l’an passé en Allemagne, suscitant un intérêt phénoménal (il a couvert 230 juments) pour ce cheval moderne, souple et léger au sol.

Pour diffuser la semence de ses étalons, le Holstein compte sur six partenaires officiels en France qui sont Amelis Equitechnic, Béligneux Le Haras, Gènes Diffusion, Groupe France Elevage, France Etalons et Haras de Semilly.

Cette initiative, à l’image de celle d’autres poids lourds comme les nouveaux-venus Stephex, illustre bien la montée en puissance du Salon des étalons de sport de Normandie, qui devrait prendre en 2020 une dimension encore accrue avec l’arrivée du Championnat des étalons SF de 3 ans en ouverture de Salon le vendredi. De quoi drainer les passionnés de l’Europe entière, déjà très présente dans les allées dès cette année (Suisse, Allemagne…).