Une seule association d'éleveurs pour la Normandie ?
lundi 26 février 2018

Une forte participation à l'Assemblée de Cheval Normandie
Une forte participation à l'Assemblée de Cheval Normandie © Paul Dubos

Marquée par une longue histoire, liée à ses deux dépôts des Haras nationaux, la Normandie de l'élevage du cheval de sport était forte de deux associations d'éleveurs : Cheval Normandie (400 adhérents) correspondant à la circonscription de Saint-Lô, et l'ADEP, représentant celle du Haras du Pin (une soixantaine d'adhérents). Pour combien de temps ?

La réunification territoriale de la Normandie actée au niveau politique se traduit par des regroupements administratifs et par la volonté des élus de la région de les voir se réaliser également au plan associatif. C'est le cas pour les éleveurs de chevaux, pour lesquels le président de Région Hervé Morin souhaite avoir en face de lui un seul interlocuteur, en particulier pour l'attribution des subventions qui d'ailleurs ont été gelées. Des tentatives de rapprochements ont eu lieu dans un passé pas très lointain, en particulier à l'initiative de l’association Cheval Normandie qui résultait déjà de la fusion de trois associations (ADECNO, Normandie sélection et l'association de la foire de Caen), mais en vain. L'ADEP (circonscription du Pin) s'y est toujours opposée et a confirmé cette position très récemment lors d'un vote en assemblée générale.

SUBVENTIONS BLOQUEES

Cheval Normandie, qui tenait son assemblée générale à Saint-Lô, pendant le week-end du Salon des étalons (24 et 25 février), a, elle, voté à une très large majorité pour une association unique (l'association régionale des éleveurs de chevaux de sport normands) et désigné en son sein des représentants des départements de l'Orne, du Calvados, de l'Eure et de la Seine Maritime afin d'assurer sa représentativité sur l'ensemble du territoire.

Par ailleurs, les représentants des autorités de tutelles, Yves Chauvin pour le compte de la SHF et Pascal Cadiou pour le Stud-book SF, ont très fortement conforté ce choix. Pascal Cadiou a même confirmé que le Stud-book SF accorderait sa légitimité dans le programme de sélection et d'organisation des concours d'élevage à cette seule association régionale. 

Privée de sa reconnaissance officielle et d'une part importante de ses ressources, l'ADEP n'a désormais plus vraiment de choix. A noter que l'association des éleveurs de poneys, ONP, qui était aussi concernée par ce regroupement forcé, semble avoir obtenu un délai, probablement très relatif.