Young Breeders : la volonté de former la relève
mercredi 10 mai 2017

Young Breeders 2017
Chevaux et Young Breeders étaient sur leur 31 pour l'épreuve phare que constitue la présentation en main © Stud-Book Selle Français

Pour la deuxième année, le Stud-Book Selle Français organisait le championnat de France inter-écoles des Young Breeders la semaine dernière. 110 jeunes, âgés de 16 à 25 ans, se sont retrouvés, comme pour la dernière édition, au centre équestre de Chemilly-sur-Serein dans l'Yonne, pour en découdre.

L'an dernier, le Stud-Book Selle Français organisait le tout premier championnat inter-école de Young-Breeders, un concept de compétition d'élevage dédié aux jeunes de 16 à 25 ans, qui avait alors réuni plus de 60 participants venus de 9 écoles. La semaine dernière, le Selle Français organisait la deuxième édition de ce championnat, dont l'objectif cette année était double : réconcilier la jeune génération avec l'élevage, et former l'équipe qui représentera le stud-book aux championnats du monde de la discipline cet été au Canada. 

Et on peut dire que le concept a su créer l'engouement, puisqu'ils étaient 110 jeunes inscrits dans ce championnat de France les 5 et 6 mai derniers, soit presque le double de participants comparé à 2016. "On espérait un tel taux de participation, explique Ombeline Duray, chargée de communication au sein du Stud-Book Selle Français, mais c'est une surprise de voir l'enthousiasme des écoles et des jeunes autour de ce projet. Ca conforte le Stud-Book dans sa volonté de former les jeunes ! ". Parce qu'avant d'en découdre dans les installations de Brigitte Vilain, les Breeders en herbe ont bénéficié de stages dispensés dans les écoles participantes par des officiels du Selle Français, et ont ensuite planché avec leurs formateurs respectifs sur les différentes épreuves que composent ce championnat. La plus redoutée est sans doute celle du QCM en anglais, visant à tester la culture générale des compétiteurs. Elle a été suivie par une épreuve de toilettage puis de jugement de saut en liberté. Le championnat s'est cloturé sur l'épreuve reine de la compétition, la présentation en main. 

A l'issue de tous ces tests, l'heure était aux calculs pour définir les classements. Le lycée agricole de la Baie du Mont Saint Michel a survolé la compétition. Venu avec 8 jeunes répartis en deux groupes, l'établissement scolaire s'est offert les deux premières marches du podium par équipes et la victoire en individuel grâce à Lucie Madeline. Difficile de faire mieux... Dès le vendredi soir, les équipes du Selle Français planchaient sur la composition de l'équipe qui défendra leurs couleurs cet été au Canada, mais Ombeline le rappelle : "La sélection s'est faite indépendamment des résultats. Les formateurs ont pu repérer durant les deux jours des jeunes qui n'étaient pas forcément classés dans la compétition". Les sélections sont d'ores et déjà arrêtées, mais plusieurs des participants étant mineurs, le Stud-Book attend l'autorisation des parents pour pouvoir communiquer les noms. Le suspens ne devrait plus durer très longtemps. 

Retrouvez les résultats détaillés ICI

Développement de la discipline et recherche de partenaires

Fort de l'indéniable succès de cette deuxième édition, le Selle Français proposera à nouveau ce concept l'année prochaine. Il faudra cependant trouver un nouveau lieu pour l'organisation : "Le centre équestre de Chemilly sur Serein a été parfait pour les deux premières années, les jeunes peuvent y loger et les chevaux prêtés étaient fiables, mais avec 170 participants en comptant les accompagnateurs, on commence à être un peut à l'étroit... Nous avons la volonté de retrouver un lieu central, pour que des équipes de toute la France puisse faire le déplacement, et ne pas cantonner l'élevage à la Normandie". En plus d'un nouveau lieu, le Stud-Book cherche également des partenaires, pour financer ce projet. "C'est un gros investissement pour nous, puisque les formations dans les écoles sont gratuites et que les huit jeunes qui partiront au Canada n'auront qu'une petit participation financière à fournir pour ce long voyage. Nous aimerions également développer des mini Young Breeders, qui s'adresseraient aux enfants de moins de 16 ans, pour pouvoir les initier, les intéresser et les former plus tôt. Nous pensons aussi à mettre en place des championnats régionaux qui qualifieraient pour les championnats de France", conclut la chargée de communication. De beaux projets en perspective, qui permettront de réconcilier encore un peu plus les jeunes avec l'élevage et de former la relève !