AG de l'ANAA : Jean-Marie Bernachot (presque) réélu

mardi 22 mars 2016

  • imprimer

L’ANAA, réunie en assemblée générale le 17 mars, a procédé au renouvellement pour moitié de son conseil d’administration. Celui-ci ne s’est pas réuni immédiatement pour désigner son président, mais Jean-Marie Bernachot semble sur la voie de sa douzième élection.

Jean-Marie Bernachot, président de l’ANAA largeL

Cédric Vlemmings

Jean-Marie Bernachot, président de l’ANAA

Réunis le 17 mars à Pompadour, environ trente-cinq personnes ont assisté à l’assemblée générale de l'Association nationale des éleveurs et propriétaires d'Anglo-arabes (ANAA) et ont notamment procédé au renouvellement, comme tous les deux ans, de la moitié de son conseil d'administration (CA). Les trente-et-un votants (délégués des associations régionales ou départementales; les adhérents individuels ne votent pas) avaient à désigner les 11 candidats *, presque tous administrateurs sortants, aux 11 places à pourvoir : peu de suspense donc, de même que pour la désignation du président par le nouveau CA. Si celle-ci n'a pu se faire en fin d'AG faute de quorum, on ne voit vraiment ce qui pourrait empêcher Jean-Marie Bernachot d'obtenir un douzième mandat. Le CA devrait se réunir et procéder à l’élection du président, puis du bureau, lundi 18 avril.

Dans son compte-rendu moral de l'année 2015, après s’être félicité de bons résultats 2015 (Takinou d’Hulm champion d’Europe de CCE, Upsilon vice-champion du monde des 7 ans au Lion d’Angers, Poly de Coat Frity, champion du monde endurance junior, …), Jean-Marie Bernachot a évoqué la fonte des subventions (40 523 euros en 2015, soit une baisse de 69 % !) tout en se félicitant de l'augmentation des ressources propres (78 301 euros en 2015, soit + 38,8 % / 2014 et 62,2 % du total du budget de fonctionnement qui est de 125 825 euros). Pour le président, « les difficultés financières actuelles ont au moins l’avantage de nous avoir forcés à inverser la tendance : aujourd’hui l’ANAA s’autofinance à 63 %, quand l’auto-financement représentait 30 % en 2014 ».

Le président de la commission du stud-book, Pierre de la Serve (élevage d’Olympe, dans le Gers), a fait état d'un léger redressement de la courbe des naissances depuis 2014 (elles étaient d’environ 650 en 2015 contre 580 en 2013), « surtout dû à la section 1, vivier des AA de courses qui se portent  bien ». Il a également évoqué un projet de labellisation des reproducteurs, mâles et femelles, et surtout les récentes évolutions règlementaires, dont fait partie la création de la section III destinée à ouvrir le stud-book à la génétique étrangère dans un but d'augmentation de la diversité et du progrès génétique (ex : Upsilon, par Canturo, holst). Au risque de dénaturer l'Anglo-arabe ? La question fait encore l'objet de vifs débats à en croire la façon dont la salle s’est alors enflammée. Pour les détracteurs de la section III, dont Isabelle Bay (affixe « Bay » dans l’Indre), « si je veux acheter une Jaguar, ce n’est pas pour acheter une voiture qui ressemble à celle d’une autre marque ». Pierre de la Serve répond qu’ « à partir d’un nombre trop faible de naissances on ne peut plus faire de sélection, il n’y a plus assez de diversité génétique, il faut alors ouvrir le stud-book ». « Mais pas à des fils de Carthago pour produire de l’Anglo-arabe ! », rétorque Cendrine Dutrait (« de Buissy », en Corrèze).

Helène Herrmann (« Champeix », dans la Creuse), à la tête de la commission sport et élevage, a évoqué la formation des juges et l’évolution des règlements de concours d’élevage, avec notamment la suppression des concours qualificatifs étalons, mais la possibilité pour les mâles de participer aux concours de 3 ans hongres, mâles et femelles.

En fin de journée, Aurélien Lafargue a présenté les objectifs de l’association Génétiqu’Anglo (à lire, la Tribune dans L’Eperon d’avril), et  Olivier Legouis, directeur IFCE à Pompadour, a notamment fait le point sur le retard pris par le projet de création du Centre National de l'Anglo-arabe, dû notamment à la vente du Club Med mais aussi au manque de candidats. L’IFCE relance donc le recrutement pour la formation de cavaliers de jeunes chevaux de CCE dont ce centre aura mission. Didier Dhenin en sera le référent, présent sur le site deux jours toutes les deux ou trois semaines. Le recrutement devra être finalisé fin juillet.

 

On été élus au conseil d’administration : Claude Audrerie, Claude Basset, Xavière Cauhape, François Guibert, Pierre de la Serve, François Maillot, Georges Moutet, Thierry Roque, Michèle Viguié, Guillaume Dilhan, Francis Delord.

 

A lire également : le dossier sur l’Anglo-arabe et l’interview de Jean-Marie Bernachot dans L’Eperon de mars 2016.

Emmanuel Jeangirard

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr