AG de l’ANAA : projets et évolutions

lundi 30 mars 2015

  • imprimer

L’ANAA (Association nationale des éleveurs d’Anglo-arabes) s’est réunie en Assemblée générale annuelle à Pompadour, vendredi 27 mars.

 Jean-Marie Bernachot, président, et Patrick Davezac, trésorier.  largeL

Emmanuel Jeangirard

Jean-Marie Bernachot, président, et Patrick Davezac, trésorier.

Un petit nombre d’éleveurs (une quarantaine de personnes) hélas, comme souvent pour ces assemblées générales des institutions d’élevage, mais tous passionnés, est venu assister vendredi 27 mars à Pompadour à l’assemblée annuelle de l’ANAA, dirigée par Jean-Marie Bernachot, son inamovible président. Dans son compte-rendu moral, celui-ci a d’emblée fait état des difficultés de financement auxquelles les associations de races doivent de plus en plus faire face. Les aides, a-t-il expliqué, ne tombent plus de façon systématique, mais en fonction de l’acceptation ou non par la SHF et le Fonds Eperon des appels à projets. « Aujourd’hui les ANR (associations nationales de race, ndlr) ne peuvent plus se contenter d’attendre une dotation, elles doivent trouver des actions à faire subventionner, sur lesquelles elles auront ensuite des comptes à rendre. Finalement c’est positif. Au lieu de tendre la main, on se prend en main et nous devons devenir plus professionnels ».

A ce titre, Jean-Marie Bernachot s’est félicité de la création, pour l’automne prochain du « Centre national de l’Anglo-arabe » (CNAA) de Pompadour.  En fin d’AG, Maryline Barbé, a exposé plus en détails les tenants et aboutissants de ce projet, en présence d’Olivier Legouis, directeur du Haras de Pompadour pour l’IFCE, partie prenante. Ce centre « à vocation collective » permettra à la fois la formation de jeunes cavaliers (tarif : 9000 euros pour 11 mois), encadrés par deux instructeurs et l’aide de l’ENE, et la valorisation de jeunes chevaux de CCE, confiés à ces cavaliers en formation, à un tarif très avantageux pour leurs éleveurs (240 euros HT / mois, pension, engagements et transport compris). Une trentaine de chevaux devraient être accueillis à partir de novembre prochain. Le centre sera géré par une SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) regroupant l’ANAA, la CIA (confédération internationale Anglo-arabe), et deux personnes physiques (Jean-Claude Gaurieau et François Guibert). Il disposera des installations de l'ancien Club Med, mises à disposition par laSociété d'Economie Mixte de Pompadour (Communauté de Pompadour) pour une somme symbolique mais devra  financer leur aménagement. Il est à noter que l’IFCE fait donc confiance et soutient l’ANAA, malgré l’échec patent du Centre de valorisation de Sames (près de Bayonne) qu’a également tenté de mettre en œuvre l’ANAA. Quant au Centre national de Pompadour, qui se présente indéniablement sur le papier comme un outil intéressant pour les éleveurs, il fait toutefois l’objet de critiques (non exprimées lors de cette AG) de la part de certains qui considèrent qu’il coupera l’herbe sous le pied du nombre déjà restreint de cavaliers valorisateurs dont dispose l’Anglo-arabie. Olivier Legouis nous a confié entendre ces critiques et concède que « c’est ce qui est compliqué dans ce projet. Toutefois je ne pense pas que ce centre va prendre tant de chevaux que ça aux cavaliers professionnels (une trentaine pour commencer, une quarantaine par an ensuite sont attendus a priori, ndlr) ».

Mise en place du stud-book AA international

Le trésorier Patrick Davezac (Haras du Pécos, courses), lui, a  exposé le bilan 2014 de l’ANAA. Il fait état d’un total des charges de 201 239 euros (en baisse de 30 %), de subventions à hauteur de 130 031 euros (en baisse de 41 %), d’un résultat courant de – 14 744 euros et d’un résultat net de 755 euros.
Pierre de la Serve (Haras d’Olympe), président de la commission du stud-book, s’est félicité de la mise en place du stud-book AA international (CIAA) : « demain il n’y aura qu’un seul AA, dont tous les résultats seront comptés ensemble dans les classements de la WBFSH. On va oublier l’Anglo-arabe de croisement, l’Anglo-arabe de complément, il n’y aura qu’une race Anglo-arabe commune et internationale, avec de plus larges effectifs ». Simple et séduisant sur le papier. Mais on sent bien que les même débats (pourcentage de sang arabe nécessaire, pureté et type de la race, apport de sang d’autres races de sport…) ne sont pas éteints, et Aurélien Lafargue, président du syndicat du Lot-et-Garonne, estime que « sur le terrain, personne ne comprend rien » à ces changements successifs de règlementations et d’appellations. Sûr, qu’on le veuille ou non,  que l’équation maintien du type  et apport nécessaire de génétique extérieure amélioratrice n’est pas simple…

Helène Herrmann (Haras de Champeix), au titre de la commission sport et élevage, a fait état des travaux de caractérisation (1000 AA ont été pointés), qui doivent constituer une aide au croisement raisonné en visualisant de manière objective les caractéristiques des juments et celles des étalons, afin de mieux choisir les accouplements. Il semble que les travaux soient aboutis mais que la facture finale rencontre un problème, là encore, de financement…
Mme Herrmann a également évoqué la nécessité de développer la formation des juges de concours d’élevage, afin, à l’instar du Selle Français, de créer un corps de juges référents qui fasse autorité et permette d’homogénéiser les notes. Elle a annoncé la suppression des qualifs étalons de 3 ans et la fusion, pour le National des AA de septembre (qui a traditionnellement lieu en même temps que les finales SHF de CCE, à Pompadour), des catégories mâles et hongres : « tous les AA de trois ans étant aujourd’hui automatiquement approuvés (de même que les PS et les PS Ar, une aberration qui s’imposerait, dit-on, du fait de la création du stud-book international puisque les autres stud-books membres procédent ainsi, ndlr), nous n’avons plus assez de bons éléments qui se présentent pour faire une section mâles ». A noter que ce National AA sera concentré sur trois jours (du vendredi 11 septembre au dimanche 13).

Des SHF régionales

L’assemblée s’est terminée par les interventions de Guillaume Blanc (Délégué national IFCE aux chevaux et poneys de sport) et de Guillaume de Thoré (directeur de la SHF), qui a notamment fait part de l’accord conclu récemment avec l’IFCE qui va mettre à disposition 10 ou 12 agents régionaux à disposition de la SHF pour la création de « SHF régionales » regroupant les associations régionales d’éleveurs et les socio-professionnels. Une autre façon d’aider, au compte-gouttes, le monde du cheval de sport que l’Etat soutient de moins en moins en espèces sonnantes et trébuchantes.

Emmanuel Jeangirard

  • imprimer

0Commentaires

MATHIEU B | 31/03/2015 11:11
Une quarante d'éleveurs présent seulement alors qu'il y en avait 80 à celle du 47.... certaines associations savent mieux dynamiser les énergies que d'autre

40 AA ne font pas un grand nombre? si on rapporte çà aux 600 naissances annuelles sachant que la majorité de ces AA ne sont pas mis en compétition çà fait un pourcentage somme toute très important.

Je ne suis pas sûr que les cavaliers professionnelles voient tout ceci d'un bon œil, pour les éleveurs le prix de 288 € / mois est certes inintéressant il faut jouter les 10% HT de commission. Il n'est pas précisé sur le document quid des frais vétérinaire maréchalerie et sortie en compétition.

3à chevaux à 288€ par mois sur 11 mois plus 10 stagiaires à 9.000 € cela fait un budget de près de 190.000 € de recettes garanties, plus les aides des différents institutions, bref les principaux aidés ne sont pas les éleveurs dans ce contexte...



On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table N43 Stéphanie Brieussel

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr