AG de la SHF : direction le nouveau monde

vendredi 08 avril 2016

  • imprimer

L’assemblée générale de la SHF qui s’est tenue le 5 avril traduisait les leitmotivs du président Yves Chauvin : le financement de la société mère, son adaptation au nouveau monde technologique et aux besoins des utilisateurs, la refonte des outils informatiques et de communication.

Yves chauvin largeL

« 2016 devra être une année marquée par un travail important de réorganisation. C’est une réforme énorme que nous devons lancer », affirme Yves Chauvin. Tel est le ton, très volontariste, employé par le président de la Société Hippique Française (SHF) lors de l’assemblée générale, mardi 5 avril.
Pour lui, comme nombre d’autres secteurs la société mère des épreuves de jeunes chevaux et poneys de sport est directement concernée par la révolution numérique et les moyens technologiques qui l’entourent. Surtout, Yves Chauvin les perçoit comme des outils à même d’atteindre ce qui est son leitmotiv depuis plusieurs années : le développement des services aux utilisateurs des circuits SHF et l’aide à la commercialisation. Développement des retransmissions des épreuves, y compris locales et régionales, en direct et en streaming sur internet, développement du site SHF Market avec vidéos en ligne des chevaux à vendre, remodelage du site France cheval de sport… tout cela est un tout qui doit obliger la SHF à revoir sa propre organisation, celle de ses circuits, celle de ses formules d’engagements en compétitions jeunes chevaux, et jusqu’à celle de ses formules d’adhésions à l’association.

Adhésion obligatoire en 2017
Ainsi est-il prévu pour 2017, lorsque toutes ces mutations seront engagées, de rendre l’adhésion à la SHF obligatoire pour tout utilisateur de ses services (rappelons qu’aujourd’hui un cavalier ou propriétaire de jeunes chevaux peut utiliser  les circuits SHF sans être adhérent), à des tarifs de cotisation qui devraient varier selon l’usage qui est fait de la société-mère des jeunes chevaux. De quoi passer potentiellement de 7000 adhérents actuels à peut-être 20 000. Et accessoirement améliorer les finances de cette institution dont la pérennité du financement est l’autre obsession.
Rappelons les données. En 2015, sur un budget de près de 10 100 000 euros, 346 000 provenaient des cotisations, 1 550 000 du Ministère de l’Agriculture, 3 500 000 du Fonds Eperon et 3 890 000 des engagements (le reste provient d’autres produits d’exploitation et d’autres subventions). Or, notamment du fait de la baisse des naissances de chevaux de sport, les engagements sont en baisse (- 5 % en concours d’élevage hors endurance ; - 6 % sur les circuits SHF, surtout en CSO et CCE). Les aides de l’Etat, elles, ont fortement diminué ces dernières années : sur les concours d’élevage (0 – 3 ans), elles furent de 400 000 euros en 2015, contre plus de 3 millions il y a dix ans, et sur les concours SHF elles furent de 1 M euros contre 2,4 il y a dix ans. Leur diminution progressive a été compensée par le Fonds Eperon. Celui-ci, initialement de 12 M d’euros, atteint aujourd’hui 10 M d’euros, qui proviennent de la filière courses et financent divers projets. Sur ces 10 M d’euros, 3,5 M sont reversés par la SHF (2,7 M pour les circuits de valorisation 4 – 6 ans, 800 000 pour l’élevage entièrement alloués à la prime PACE).

Fonds Equitation… mais pas élevage
On voit donc que, suite au désengagement progressif de l’Etat, le financement de nombreux projets des associations de race ainsi que celui des concours d’élevage et des épreuves SHF reposent en bonne partie sur l’argent des courses. Celles-ci ayant vu leur chiffre d’affaires baisser, la crainte est de les voir rompre leur pacte de solidarité envers la filière sport. Yves Chauvin est donc en recherche permanente de solutions alternatives de financement. Ainsi, la SHF a, dit-il, beaucoup travaillé en 2015 en lien avec la FFE sur la pérennisation du Fonds Equitation créé par l’Etat (17 M d’euros en 2014) pour compenser les difficultés subies par le secteur suite aux augmentations de TVA. Une pérennisation finalement acquise mi-mars… mais exclusivement au profit des centres équestres. La FFE n’aura donc une fois de plus fait preuve d’aucune solidarité envers le monde de l’élevage, d’où provient pourtant les chevaux et poneys dont elle se sert.

Evolutions
Loin de se replier sur elle-même, la SHF et ses membres s’efforcent de toujours mieux « structurer la filière » et de l’adapter à son époque : captation vidéo sur les concours régionaux de 2-3 ans SF, formations pour les cavaliers de jeunes chevaux, développement du site internet SHF Market (103 000 utilisateurs en 2015, 15 % des connexions en provenance de l’étranger, 3 200 chevaux et poneys passés sur le site, autour de 700 vendus selon la SHF), ventes SHF au Mans et à Macon, soutien à 9 ventes régionales, catalogues de chevaux à vendre, décentralisation des actions de la SHF…
En 2016, le site France Cheval de sport va être réformé et adapté aux nouveaux besoins, et une réorganisation du circuit CSO 4 – 6 ans est à l’étude. La SHF souhaite développer les circuits d’hiver à l’instar de ce qui se fait en Europe du nord de longue date, et mener une réflexion permettant d’envisager deux niveaux de concours de CSO cycle classique, avec des concours de proximité aux coûts d’organisation et de participation limités d’une part, et d’autre part des concours régionaux labellisés sur lesquels des services complémentaires seront fournis par la SHF, dont la couverture et la diffusion d’images vidéos. Dès cette année, les 10 principaux concours de CSO de 4 – 6 ans du printemps vont être filmés et retransmis en direct sur Canal SHF. La création d’une structure dédiée à la production d’images, en partenariat avec Wan Vidéo, est à l’étude. Là encore, l’objectif est multi-facettes : s’adapter aux besoins et ressources actuelles, répondre aux attentes des utilisateurs, préserver son indépendance… et si possible dégager de nouvelles sources de financement.

Emmanuel Jeangirard

  • imprimer

0Commentaires

PATRICIA C | 08/04/2016 14:07
Il me semble qu'un propriétaire qui engage un cheval sur le circuit SHF doit d'ores et déjà acquitter une cotisation de 50 € à la SHF débitée directement sur le compte engageur. C'était aussi le cas en 2015.


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr