Dialogue avec les régions : Yves Chauvin était au Mans

mercredi 26 juin 2013 - Le Mans (72)

  • imprimer

Le « tour de France des régions » d’Yves Chauvin touche à sa fin. Le 25 juin il était au Mans pour la sixième étape. L’occasion d’un premier bilan.

le mans- chauvin largeL

Ph. E. J.

Le débat était suivi d’un apéritif au Boulerie Jump de Philippe Rossi.

« Expliquer nos projets, être à l’écoute des doléances, prendre des idées », ainsi Yves Chauvin explique-t-il le but de ce « tour de France des régions » qu’il avait décidé d’effectuer cette année. Pour cela, à chaque étape le président de la Société Hippique Française (SHF) aura d’abord rencontré les associations régionales d’éleveurs, puis les organisateurs de concours (toutes disciplines), et enfin proposé une rencontre débat avec les cavaliers, éleveurs et propriétaires.
Alors que cette initiative touche à sa fin - prochaine réunion aux Arcs-sur-Argens (83) le 9 ou 10 juillet, puis peut-être une dernière dans l’ouest du côté d’Angers -, Le Mans chez Philippe Rossi où se déroulaient le 25 juin des épreuves de 4, 5 et 6 ans SHF fut l’occasion d’une sixième étape. Pendant la pause, entre midi et deux, ceux qui le souhaitaient pouvaient participer au débat et intervenir librement. Une vingtaine de personnes ont saisi l’occasion, dont Philippe Poppe, représentant le SEC, syndicat récemment créé par François Lévy et opposé à la politique actuelle de la SHF, qui aura envoyé un représentant à chacun de ces débats.

Au Mans, Yves Chauvin a de nouveau expliqué que les chevaux de races étrangères courront les finales de Fontainebleau le même jour, sur le même type d’épreuves et sur le même terrain que les SF et les AA ; ils passeront toutefois juste avant ou juste après les SF et AA et ne pourront participer au classement du championnat. Ainsi, pour les 4 ans par exemple, seuls les SF et AA passeront lors des CIR l’épreuve de modèle et allures, qui compte pour le championnat. Pour ces derniers, la barre de qualification sera comme chaque année calculée par la combinaison modèle x gains, alors que celle des chevaux étrangers ne sera calculée qu’à partir des gains.

Yves Chauvin a également confirmé l’organisation de « petites finales » lors de la Grande Semaine de Fontainebleau pour les meilleurs des chevaux non qualifiés pour les finales (une centaine de 5 ans pourront y accéder, et une cinquantaine de 6 ans).
A ce cavalier qui se disait pas convaincu de l’utilité de cette semi-exclusion des chevaux étrangers et qui signalait la déception des propriétaires de chevaux étrangers qui trouvaient anormal que l’on ait « changé les règles en cours de match », Yves Chauvin a répondu qu’on « ne doit pas avoir honte de valoriser le travail des éleveurs français ».
Le président de la SHF a également réaffirmé sa volonté de revaloriser le circuit du cycle libre et d’en faire un véritable circuit pour les amateurs.

Nous lui avons ensuite demandé un premier bilan de cette expérience.

Quels ont été les thèmes les plus souvent abordés par le public de ces rencontres ?
Parmi  les questions revenant le plus souvent, il y a celles concernant les 4 ans. Il en ressort une demande fréquente pour un circuit de pure formation, avec un coût réduit, quitte à ce qu’il n’y ait pas de dotation. Certains cavaliers souhaitent pouvoir faire leur parcours sans enjeu de compétition, sans la crainte de voir la barre tomber, demandant parallèlement que les résultats de ces parcours de formation ne soient pas publiés et pas pris en compte dans le calcul des indices.

Est-il possible de réduire le coût des ces parcours de 4 ans, et notamment des engagements ?
L’engagement actuel est autour de 21 euros, or en l’état actuel des choses le coût incompressible est de l’ordre de 17 euros. La marge n’ est donc pas bien grande.
Par ailleurs, il nous a parfois été suggéré soit de supprimer la note de style, soit, si jugement il doit y avoir, qu’il intervienne plus tard et non plus sur les premiers parcours de formation, lorsque les chevaux sont encore verts.

La place des chevaux étrangers a-t-elle animé les débats ?
Honnêtement, non, pas souvent, même dans le Nord pourtant proche de la Belgique. Deux classements différents, cela ne choque pas, ce dont les gens avaient besoin c’est de comprendre comment cela va se passer.
Au final les deux grosses demandes qui se dégagent, c’est de traiter différemment les 4 ans, en accentuant le côté formation ; et de nous efforcer de diminuer les coûts de la formation des jeunes chevaux. Mais à chaque fois, il y aussi des avis divergents. Tout cela devra alimenter les réflexions, et c’est maintenant aux commissions de la SHF de travailler.

Emmanuel Jeangirard

  • imprimer

0Commentaires

PASCAL V | 26/06/2013 21:34
Je ne comprends pas bien cette phrase :
A ce cavalier qui se disait pas convaincu de l’utilité de cette semi-exclusion des chevaux étrangers et qui signalait la déception des propriétaires de chevaux étrangers qui trouvaient anormal que l’on ait « changé les règles en cours de match », Yves Chauvin a répondu qu’on « ne doit pas avoir honte de valoriser le travail des éleveurs français ».
Un cheval étranger c'est tout ce qui n'est pas AA ou SF ??
Un éleveur français qui élève un produit Z ou KWPN né chez lui, en France, est considéré comment ? Il ne travaille pas pour élever son produit ? Il doit avoir honte de valoriser son travail ?? On est loin du droit du sol non ?


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr