Elections au stud-book Selle Français : la parole à Pascal Cadiou

mardi 15 avril 2014

  • imprimer

Le Stud-book Selle Français devra renouveler le 20 mai l’ensemble de son conseil d’administration, qui élira alors un nouveau président. Pour l’heure, trois candidats à ces élections se disent prêts à postuler pour la présidence. Aujourd’hui, deuxième rencontre avec Pascal Cadiou.

Pascal Cadiou largeP

DR

Pascal Cadiou

Cavadeos a déjà publié un premier volet de questions, il y a plusieurs semaines, aux trois candidats déclarés : Pascal Cadiou (lien), Jacques Grandchamp des Raux (lien) et Robert Maury (lien).
L’échéance se rapprochant (le matériel de vote est envoyé aux adhérents du stud-book le 15 avril, et la clôture des votes est fixée au 7 mai), nous sommes retournés vers eux pour une deuxième série de questions, accompagnées en fin d’article de leur profession de foi. Aujourd’hui, nous commençons, par ordre alphabétique, par Pascal Cadiou.

Cavadeos :  De qui comptez-vous vous entourer, et à quels postes, si vous êtes élu président ?

Pascal Cadiou : C’est difficile de s’avancer sur ce sujet dans la mesure où les gens ne sont pas encore élus. On ne connaîtra la constitution du Conseil d’Administration que le 20 mai, jour de l’élection. Il y des gens incontournables dans certaines régions, mais personne n’a la garantie d’être réélu. Je veux travailler avec ceux qui ont envie de faire avancer le Stud-Book, d’apporter des points de vue et de défendre l’intérêt du plus grand nombre.
J’apprécierai aussi de pouvoir continuer de travailler avec des personnes qui se sont déjà bien investies dans les différentes commissions comme Jean-François Noël, Jean-Baptiste Thiébot, Philippe Lemestre, Jean-Louis Bourdy-Dubois, Bruno Chassaing, Michel Guiot, Régis De Mieulle, Bernard Le Courtois, Yvon Chauvin ou des gens comme Alix Martin Lalande.

Cavadeos : Le Stud-book Selle Français est-il allé trop loin dans le mélange avec la génétique étrangère, au point de perdre ses spécificités et son identité ? Si oui, comptez-vous essayer d’y remédier et comment ?

Pascal Cadiou : L’apport de sang étranger a été fondamental pour augmenter la variabilité génétique de la race. L’ajout de caractères avec le sang étranger a aussi été dicté par les acheteurs et les utilisateurs, à l’époque nos chevaux avaient besoin de plus de look, d’élasticité, d’amplitude et d’équilibre, ces croisements permettaient de répondre à cette demande. Nous nous sommes diversifiés avec des races qui ont les mêmes critères que nous, mais c’est sûr qu’aujourd’hui il est important de garder un réservoir de caractères propres à la race, notamment pour ce qui est de la dureté et de la générosité, et c’est tout l’intérêt du « label selle Français originel » (en cours d’élaboration, ndlr). Certains ont vu dans l’instauration de ce label une réponse au stud-book anglo-Normand, mais c’est avant tout une réponse technique à une demande, plus qu’une réponse politique.

Cavadeos : Quelle est votre position par rapport au Blup ? Bernard Le Courtois avait-il raison de vouloir en faire interdire la publication ?

Pascal Cadiou : Sur le Blup, ma position est claire, c’est celle prise récemment par le Stud-Book Selle Français. Il faut engager une démarche d’amélioration des indices génétiques en concertation avec l’IFCE et l’INRA afin de définir un indice de caractérisation multifactoriel.
Nous disposons de bases de données issues des notations en concours modèles et allures qui regroupent des caractères sur plus de 25 000 chevaux. Nous devons utiliser ces outils pour réussir à mettre au point un nouvel indice et aussi travailler sur l’héritabilité des différents critères. Il nous faut affiner ce système d’indice, le rendre plus performant, et travailler de concert avec les scientifiques, mais je pense qu’il est important de fournir aux éleveurs des outils pour les aider à choisir leurs reproducteurs de la façon la plus transparente possible.

Cavadeos : Croyez-vous possible et souhaitable de rétablir la prime aux naisseurs, si oui comment et à quelle échéance ?

Pascal Cadiou : Quand la prime au naisseur a été abandonnée, les institutions nous avait assurés que les montants affectés seraient reportés sur la prime PACE.  Les réductions budgétaires ont fait que cette mesure n’a pas été appliquée. Cependant, la prime PACE a évolué pour inciter les éleveurs à faire saillir leurs jeunes juments puisque celles-ci désormais, récupèrent les points de leur mère jusqu’à l’âge de 7 ans.  C’est une bonne mesure puisqu’elle permet de tester rapidement des jeunes générations de juments et donc de favoriser le progrès génétique.
Aujourd’hui, restaurer la prime au naisseur telle que nous la connaissions semble difficile compte tenu des fonds nécessaires, où alors il faudrait imaginer une sorte de pot commun réparti ensuite entre les naisseurs des meilleurs performers, mais il faut voir quel impact cela peut avoir et surtout trouver le moyen de financer un tel projet qui, à l’époque, était pris en charge par l’Etat.

Cavadeos : Quelle relation le Stud-book SF, et sa maison-mère la SHF, doivent-ils avoir avec la FFE ? Plus proche ? Moins proche ?

Pascal Cadiou : Les échanges de données entre la fédération sur les épreuves jeunes chevaux, nationales et internationales sont importants. Grâce à ces données, il est possible d’établir les ISO (Indices de Saut d’Obstacles).  Maintenant, si l’on veut développer ces relations, il faut qu’il y ait une volonté de part et d’autre. Les formations pour les brevets d’Etat des enseignants vont connaître une restructuration, on peut peut-être imaginer l’ajout d’unités de cours portant sur le travail du jeune cheval par exemple, mais pour cela il faudra une volonté qui soit commune.

Cavadeos : Vous prononcez vous pour ou contre la transparence des notes, en instantané, lors des concours étalons aux Journées Selle Français notamment ?

Pascal Cadiou : La transparence des notes et leur attribution au fur et à mesure des passages est pour moi une bonne chose. Les gens s’imaginent qu’il peut y avoir un réajustement des notes pour établir des classements plus favorables à l’un ou l’autre… Avec des notes données en sortie de piste, cela permet d’être très clair à chaque passage d’un cheval. Aujourd’hui les juges ont des parcours de formation qui leur permettent d’avoir une harmonie dans la notation.
 
Cavadeos : La SHF et le Stud-book dans les mêmes locaux à l’avenir : pour ou contre ?

Pascal Cadiou : Je suis 100% pour. Chacun doit avoir son autonomie mais un partage de l’immobilier, du mobilier et peut-être du personnel peut permettre de faire d’importantes économies d’échelle. Les dirigeants doivent avoir la volonté de travailler en collaboration  en gardant une identité à chaque structure. La SHF consacre une grande partie de ses activités à la discipline du saut d’obstacles qui regroupe en majeure partie des chevaux Selle Français. Il ne faut pas négliger les autres races et les autres disciplines mais je ne trouverai pas anormal de mutualiser un certain nombre de moyens compte tenu des objectifs communs entre le stud-book et la SHF.

Cavadeos : votre appartenance au GFE ne peut-elle pas générer des conflits d’intérêts ? (organisation de ventes aux enchères, ce que fait également Arnaud Evain, directeur du GFE mais aussi de Fences ; projet de mise en place par le SB SF d’indices morphologiques, ce que fait aussi le GFE avec son PAX ; …)

Pascal Cadiou : Cela fait une dizaine d’années sur je suis administrateur du GFE, cela fait partie de mon métier, de mon expérience, de mon savoir-faire. Quand je suis à la table de L’Eperon pour participer au Guide des étalons, je donne un point de vue technique aux questions posées. Je fais la part des choses, c’est surtout la façon dont se comporte les dirigeants qui prête à la critique ou pas. Et puis, on ne peut pas demander aux gens d’avoir un parcours professionnel significatif, de l’expérience pour une fonction, sans qu’ils se soient investis dans certaines choses ou certains projets de la filière auparavant. 

Cavadeos : vous posez la question de la mise en place d’une indemnité financière pour le président, ce qui serait une première (voir pièce jointe « le statut du président »). Quel en serait le montant, qui en décidera et prendrez-vous la présidence si cette compensation financière ne vous est pas accordée ?

Pascal Cadiou : Il existe des règles très précises fixées par la loi en matière d’indemnisation des représentants d’association. C’est au conseil d’Administration d’en décider mais je trouve normal que le président perçoive une indemnité qui lui permette de se faire remplacer dans son exploitation pendant qu’il assure ses fonctions. Une indemnité annuelle de l’ordre de 30 000 € me semble pouvoir couvrir l’ensemble de ces frais et charges. Je lance le débat, je préfère que les choses soient claires et affichées dès le départ, je trouve cela plus honnête mais j’ai aussi conscience que c’est une évolution dans l’esprit des adhérents.  Et si je suis élu et que le Conseil d’Administration ne vote pas l’indemnité, c’est que je n’aurai pas été assez convaincant !

Propos recueillis par Aurélie Covini

A suivre demain, l’interview de Jacques Grandchamp des Raux

Lien vers profession de foi de Cadiou
Lien vers « le statut du président »

Les dates :

7 mars : envoi des courriers d’information, appel à candidatures
4 avril : clôture des candidatures
15 avril : envoi de la liste des candidats et du matériel de vote aux adhérents
7 mai : clôture des votes
20 mai : AG élective.

  • imprimer

0Commentaires

JACQUES G | 19/04/2014 09:02
Si je suis, Jacques Grandchamp des Raux, élu délégué régional puisque nous sommes deux candidats pour un seul poste, je propose d’ores et déjà au journal l’EPERON et Cavadéos, d’organiser à Paris un débat filmé entre les candidats à la présidence du Stud Book Selle Français.
Cela permettrait aux membres élus du nouveau conseil d’administration, nos électeurs, d’avoir une idée précise sur la politique que chacun des candidats entend mener pour ce nouveau mandat, et donc d’élire leur nouveau président en toute connaissance de cause.


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr