Z et BWP, vers un même stud-book ?

mercredi 15 mai 2013

  • imprimer

Dans un communiqué de presse en date du 13 mai, le haras de Zangersheide annonce une possible fusion avec le stud-book BWP.

leon melchior largeL

Scoopdyga

Leon Melchior

« La Belgique possède autant de stud-books qu’elle a de Communautés. Un petit pays avec la meilleure et la plus importante industrie d’élevage de chevaux de saut d’obstacles. C’est dans les mœurs : le BWP est enraciné dans les Flandres, le sBs en Wallonie. Tous deux sont connectés à leurs régions. Et puis il y a le Stud-book Zangersheide, situé aux frontières de la Belgique, des Pays-Bas et de l’Allemagne, plus particulièrement orienté à l’international », explique le communiqué de presse daté du 13 mai. Aujourd’hui, un dialogue entre le stud-book de Leon Melchior et le BWP a été instauré, engagé par la volonté de Kris Peeters, Ministre-Président du Gouvernement flamand et Ministre flamand de l’Economie, de la Politique extérieure, de l'Agriculture et de la Ruralité : « à mon initiative, une coopération entre les stud-books flamands de chevaux de sport, le BWP et Stud-book Zangersheide, est en marche, notamment pour renforcer la promotion du cheval de sport flamand et pour consolider notre position de leader mondial dans la production de chevaux de CSO » a-t-il déclaré, selon le communiqué envoyé par le stud-book Z et signé de Judy-Ann Melchior (épouse de Leon Melchior et président de Z) et de Kris Keersmaekers (président du BWP). « C’est réjouissant de constater qu’il existe des secteurs spécifiques, telle la filière équine flamande, qui se portent bien et sont capables de faire face à la crise.»

Z et BWP, un seul et même stud-book, c’est l’idée de départ et celle qui devrait, selon le communiqué « déboucher sur une étroite collaboration où les deux stud-books mettront leurs ressources en commun […] Mais avant d’y parvenir, il reste quelques obstacles à franchir. » On n’en doute pas, tant les deux stud-books ont des principes de fonctionnement et des philosophies différents. Si rien n’est encore signé, le communiqué avance toutefois que les deux se complètent parfaitement : « Le BWP a ses traditions, Zangersheide a son marketing, ses propres méthodes et son expérience du management moderne. » Une fusion comme une OPA qui permettrait aux deux de voir les choses en grand : «  Le BWP et Zangersheide, comme l’a fait remarquer Kris Peeters, ont plus de points communs que de divergences. C’est pourquoi il était pertinent de fusionner. Une telle opération signifie que les Flandres et la Belgique deviennent leader mondial. Ensemble, nous avons la qualité, l’expérience et le savoir-faire pour consolider cette alliance en matière de stimulation des ventes et des exportations. Cela apportera une plus-value au sport et à l’élevage. Un pacte gagnant-gagnant. »

Président du stud-book BWP depuis l’an dernier, Kris Keermaekers estime que dans le contexte actuel en Europe (baisse des naissances, problèmes de financement…), une telle union parait de fait plus envisageable qu’il y a dix ans. « En tout état de cause, au BWP ce sera aux éleveurs de décider. Il faut d’abord voir si l’on peut travailler ensemble, étudier les conditions d’une telle fusion, et alors peut-être dans quelques années… ».

Quant à Léon Melchior, quatre-vingt six ans, il n’en est pas à son coup d’essai. Il y a une vingtaine d’années, le patron de Zangersheide tentait un rapprochement avec le KWPN au terme d’un processus engagé avec le ministre de l’Agriculture hollandais de l’époque Fons van der Stee. Une tentative qui avorta à la suite de la mutation du ministre de l’Agriculture qui passait aux finances de son pays alors que la négociation battait son plein.  Par la suite c’est avec le Oldenburg, présidé alors par Wilhem Weerda, pour lequel l’influence de Paul Schockemöhle était patente, que Léon Melchior chercha un accord qui pouvait peut-être apparaître comme une « sortie ».
Sur ce point Léon Melchior, joint au téléphone, s’est contenté d’un petit éclat de rire : « je ne me résigne jamais ! ». Interrogé sur la faisabilité de l’opération et les délais, le fondateur de Zangersheide répondait à sa manière « je ne pense pas qu’il y aura beaucoup d’obstacles ». Il se défendait aussi de tout opportunisme financier ; « il s’agit d’une vision d’éleveur, de responsables de stud-books ; un stud-book appartient à ceux qui le composent, les éleveurs, à personne d’autre. Le projet consiste à combiner nos compétences pour être ensemble plus performants ». C’est à peine s’il concédait que l’hyper sélection effectuée par Zangersheide sur quelques lignées (Ramiro, Almé, etc…) avait peut être, au fond, besoin d’élargir sa base génétique et, qu’en ce sens si pour le BWP c’était une aubaine, ce l’était également pour Zangersheide. « La Belgique au travers de notre union, aura l’élevage le plus performant du monde. Si Zangersheide peut y contribuer j’en serais ravi » concluait le vieux lion. 

Xavier Libbrecht, Emmanuel Jeangirard et Solène Lavenu

  • imprimer

0Commentaires

PHILIPPE P | 15/05/2013 22:42
Il ne reste plus au SbS qu'à fusionner avec le SF


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr