Finale des 7 ans : la Bretagne, ça vous gagne !
dimanche 02 septembre 2018

Bigouden du Tertre
Bigouden du Tertre est un pur produit de l’élevage familial mené Alain Bourdon. © Ph. Aurélie Covini

Pas de doute, c’est un air de Fest Noz qui flottait sur le Grand Parquet samedi après-midi à l’occasion de la finale des 7 ans : le podium a été trusté par les Bretons, le tout devant des tribunes bien remplies. La victoire revient même à une… Bigouden du Tertre (Putsch des Isles), que montait le Breton Mathieu Bourdon !

Troisième avant la finale, le couple a été le seul du podium provisoire a réaliser un double sans faute sur ces deux manches. Trois autres couples ont réussi également cette performance dans cette finale aux parcours bien équilibrés, où la pression sur les cavaliers à fait son œuvre. Dans les double sans faute, on retrouve le protégé de Bruno Rocuet : Best Of Iscla (Diamant de Semilly), que montait Valentin Besnard et qui termine 2e au général, mais aussi une jument née au haras du Lerchenberg en Alsace et appartenant à Pénélope Leprévost et Bernard Schotsmans : Boheme du Lerchenberg (Con Air) avec Regis Bouguennec. Ce couple termine 3e au classement général. Le très Lorrain Brazyl du Mezel (Haloubet de Gorze), qui appartient à son naisseur Lucien Hecht à la SCEA du Mezel, réussit aussi cette belle performance qui lui permet de remonter de la 33 ème à la 6 ème place avec Sofian Misraoui.

Histoire de famille

Bigouden du Tertre est un pur produit de l’élevage familial mené Alain Bourdon, le père de Mathieu. « J’avais acheté Gardene, la mère de Bigouden pour mon épouse qui l’a montée en concours. La jument a aussi fait les belles heures de ma fille et de Mathieu à ses débuts en compétition, c’était une formidable jument de vitesse. J’ai eu Putsch des Isles de 5 à 9 ans et je trouvais qu’il correspondait bien à Gardene car, s’il ne signe pas trop ses produits, il leur apporte un bon caractère, de la force et de la souplesse », explique Alain Bourdon. «  Bigouden a la même volonté que sa mère, je pourrais lui demander de sauter dans le feu ! Elle a toujours été présente. A 5 ans elle avait gagné le CIR au Lion d’Angers et pouvait gagner la finale à Fontainebleau… sans une faute sur le dernier. Désormais on a plus d’expérience, elle a fait juste une faute sur le parcours de chasse mais a été très rapide, ensuite j’ai calmé le jeu au fur et à mesure des parcours et elle a été parfaite jusqu’au bout. Avec elle je sais que si je ne fais pas d’erreur, on peut facilement être sans faute, elle donne tout », explique Mathieu Bourdon qui a monté Bigouden an alternance avec son père depuis son année de 4 ans, une histoire complètement familial puisque « c’est ma maman qui travaille aussi son dressage », précise l’heureux cavalier qui a gagné plusieurs Grand Prix Top 7 cette saison avec la jument.

Vendue à un propriétaire de la famille Bourdon à 3 ans, Bigouden qui était à vendre pourrait avoir d’ici peu un nouveau propriétaire. Le marchand Breton Bruno Rocuet était lui aussi ravi de la prestation de son Best Of Iscla qui a, lui aussi, montré une qualité et une régularité remarquable tout au long de ce championnat : « Avec Best Of et les 2 juments de Margaux dans cette finale je suis ravi. Best Of a une fois encore répondu à nos attentes, toujours avec une grande intelligence en piste. Dans cette dernière manche il était encore à 200 % avec son cavalier qui était très tendu. C’est un cheval que j’ai acheté à l’âge de 2 ans et demi et aujourd’hui il fait vraiment partie des meubles. Je l’utilise dans mon élevage, il me fait de très beaux poulains et je ne souhaite pas le commercialiser. J’espère que ses performances m’aideront à promouvoir sa carrière d’étalons », confie Bruno Rocuet qui a un attachement vraiment particulier à son fils de Diamant.

Tous les résultats des 7 ans et le classement du championnat par ici