Grande Semaine : les meilleurs préparateurs 2018
mardi 04 septembre 2018

Trophée L'Eperon 2018
De gauche à droite, Valentin Besnard, Corentin Derouet, Eric Lelièvre et Audrey Teixidore sont les lauréats du trophée L'Eperon 2018. © Ph. Béatrice Fletcher

Chaque année, l’Eperon récompense le meilleur préparateur de jeunes chevaux lors de la Grande Semaine de l’élevage de Fontainebleau. Le Trophée 2018 revient au Breton Corentin Derouet, qui remporte notamment le championnat des 6 ans femelles avec Camélia d'Orval (Oscar des Fontaines).

Suite à la remise des prix du championnat des 6 ans, parrainé par l’Eperon, le trophée du meilleur préparateur de jeunes chevaux était remis à Corentin Derouet, avec un total de 25,5 points, glané tout au long de la semaine, à raison de 0,5 point par parcours sans faute dans la catégorie des 4 ans, 1 point dans celle des 5 ans, et 1.5 point par parcours sans pénalité réalisé en 6 ans.

Corentin, 26 ans, courait sa cinquième Grande Semaine et sa première finale des 6 ans. Le cavalier d’Albert et Jannick Lamotte, fondateurs de l’élevage d’Helby en 1977, avait emmené 18 des 40 chevaux hébergés aux écuries, soit huit 4 ans, cinq 5 ans et trois 6 ans. Il le précise, les quatre personnes en charge des chevaux de compétition sont encadrées par Eric Février. « Je monte également Trésor d’Helby et Sirius Ar Park sur des épreuves à 135 et 140. Deux de mes quatre ans étaient très bien partis pour être bien classés mais j’ai fait des erreurs de pilotage, dans les cinq ans je n’ai pas eu trop de réussite, mais Cycnos d’Helby et Camélia d’Orval sont triple sans faute dans les 6 ans. » Corentin, qui monte une dizaine de chevaux par jour, se disait très heureux de décrocher ce premier Trophée l’Eperon.

Le deuxième cavalier récompensé est un habitué des honneurs, puisqu’il s’agit du Champenois Eric Lelièvre, vainqueur du Trophée 2017, venu cette année avec onze chevaux, et non 18 comme en 2017 sur les 40 qui occupent le haras du Cheminot à Cresantignes (10) « Quelques uns des 4 ans sont repartis au pré ou ont été vendus avant la finale. Les jeunes chevaux sont vraiment ma spécialité, même si j’ai quelques chevaux d’âge pour faire des épreuves à 140. Je suis heureux d’être à nouveau récompensé, mais on a de bons chevaux, on travaille, on fait tout pour être dans le coup à chaque fois. »

Le troisième cavalier mis aux honneurs est Valentin Besnard, 27 ans, cavalier chez Bruno Rocuet à Saint Hélen (22) pour la troisième saison consécutive. « Je monte essentiellement des jeunes chevaux, Bruno en a environ une vingtaine par an. J’avais onze chevaux, deux 7 ans, quatre 6 ans, cinq 5 ans, c’est la première fois que je monte autant de jeunes chevaux à la Grande Semaine. Ce Trophée est une certaine satisfaction, mais je pense que pour pouvoir le décrocher, il faut avoir un certain nombre de chevaux engagés. Je suis particulièrement content de Best of Iscla, vice champion des 7 ans, du 5 ans Djibouti de Kerizac, mais j’ai été moins bon avec les 6 ans, même si nous avons un très bon lot dans cette tranche d’âge. » Avec ses chevaux d’âge, notamment Utrillo du Roumois, Valentin monte également en CSI2*.

Comme le veut désormais la tradition, la meilleure formatrice de jeunes chevaux était également récompensée, en la personne d’Audrey Teixidore, qui vient de fêter ses 30 ans, cavalière pour la troisième saison au Haras de Talma, chez Michel Guiot, dans les Ardennes. Au quotidien, Audrey, soutenue par une groom et une cavalière maison, gère le travail de 25 chevaux. La cavalière en convient, elle adore les jeunes chevaux.

Tous les cavaliers l’avouaient, même s’ils étaient ravis des résultats de leurs chevaux, ils étaient assez satisfaits que la Grande Semaine se termine. Grâce au fidèle soutien des partenaires de l’Eperon, l’ensemble des cavaliers mis aux honneurs est reparti les bras chargés de cadeaux, œuvres d’art, bijoux, matériel, nuits d’hôtels, champagne ou caisses de vin…