Lanaken : L’avenir s’annonce bien
lundi 21 septembre 2015

 Mjt Nevados avec Gregory Wathelet, le champion des 7 ans
Mjt Nevados avec Gregory Wathelet, le champion des 7 ans © Dirk Caremans

La qualité des chevaux finalistes des championnats du monde de jeunes chevaux de saut d’obstacles 2015 a assuré de très belles finales. La qualité sans cesse grandissante de l’élevage européen nous promet du beau spectacle.

Extraordinaire richesse de la qualité des chevaux dans les finales du dimanche, absence remarquable et remarquée des Selle Français, alors qu’ils sont actuellement à la cote, suprématie numérique et sur les podiums habituelle des « locaux » (kwpn, bwp et Z), voici quelques uns des éléments à retenir des championnats du monde de jeunes chevaux de CSO 2015, qui ont livré leur verdict au Haras de Zangersheide, à Lanaken (Bel), dimanche 20 septembre.
Sous la houlette d’Eugène Mathy, les 5 ans ont eu à affronter en finale un parcours assez gros et surtout plus technique qu’habituellement, avec un temps autorisé serré, et les 7 ans s’affrontèrent également sur une épreuve reine de 13 obstacles à 1,45 m très exigeante. Seule la finale des 6 ans apparut un peu longuette avec ses 17 barragistes, mais la qualité des chevaux était là. En très large supériorité numérique, les chevaux des stud-books BWP, Z (belges) et kwpn (néerlandais), pour qui ces championnats revêtent une importance plus grande qu’en France ou en Allemagne, s’octroient 6 des neuf médailles.

5 ans : l’élevage Roosakker à l’honneur

Le champion des 5 ans est un produit de l’excellent élevage « van’t  Roosakker » de Marc Kluskens. Kerswin van’t Roosakker, bwp (Echo  van’t Spieveld x Diamant de Semilly, sf), monté par Doron Kuipers, devançant au chrono les 8 autres barragistes, fait honneur à la souche de cet élevage dont sont notamment issus entre autres Cella (Ben Maher) et Electra van’t Roosakker (J. Lansink) – cf étude de L’Eperon de septembre 2014). Son cavalier le monte depuis deux mois et participait pour la première fois à ces championnats du monde des jeunes chevaux !
Le deuxième, Keops vd Begijnakker, bwp (Indoctro, holst x Lux Z, han) est également issu d’une bonne souche et a également montré une bonne force, sous la selle du cavalier habitué aux lauriers dans ces finales, Yves Vanderhasselt, qui l’avait acheté à deux ans et demi. Troisième, Formidable, kwpn (Carambole, holst x Calvados, sf) porte bien son nom (d’adoption). Souple, attentive, respectueuse, elle a effectué un magnifique barrage très fluide sous la selle du Néerlandais Willem Greve, vainqueur entre autres du 4* d’Amsterdam et du 3*
d’Hardelot cette année avec son père Carambole (holst, Cassini I). W. Greve avait acheté cette jument  qualifiée d’ « hyper intelligente » en juillet.

6 ans : le doublé pour Earley

Earley, kwpn (Harley vdl, kwpn x Indorado, holst)  a réalisé une performance rare dimanche en remportant le championnat du Monde réservé aux chevaux de 6 ans, après avoir gagné ce titre à 5 ans l'an passé. Rare car c'est seulement la 3ème fois dans l'histoire de cette compétition qu'un cheval parvient à être sacré deux années de suite. Associé à Maikel van Mierlo qui le monte depuis l’âge de 4 ans, le puissant KWPN au style quelque peu atypique mais très efficace s’est imposé au terme d’un barrage où pas moins de 17 couples s’étaient qualifiés. « Earley est un cheval très attentif et appliqué, il a beaucoup de trajectoire et je savais que je pouvais gagner du temps dans la dernière ligne du barrage », confiait le jeune cavalier Néerlandais qui est installé non loin d’Eindhoven dans ses propres écuries.
Face à lui, la concurrence était rude, notamment celle de deux cavaliers de 5*, le Brésilien Marlon Madollo Zanotelli et l’Allemand Christian Ahlmann qui avaient tous deux qualifiés leurs deux montures pour le barrage. Marlon Madollo Zanotelli termine à l’issue d’un tracé génial au barrage sur la deuxième marche du podium avec le plaisant KWPN Ellavar X (Calvaro, holst x Clearway, holst), tandis que Christian Ahlmann s’octroie la 3ème place avec le fils de son étalon, Take A Chance On Me Z, Z (Taloubet Z, kwpn x Aldatus, old). Un cheval né et appartenant à l’écurie Zangersheide de sa compagne Judy Ann Melchior. Parti en n°1 du barrage avec son autre entier, Comilfo Plus, west (Comme Il Faut, west x Balou du Rouet, old), il termine également 5ème. Quant à Marlon Zanotelli, il se classe 11ème avec son autre cheval, Ard Ginger Pop, ish (Luidam, kwpn x Cruising, ish). Auteur du meilleur chrono avec cette jument qui a tout pour plaire, il est privé de l’or pour une barre à terre en fin de barrage alors que le public enthousiaste a cru bon à sa victoire.
Sur les 40 chevaux au départ de cette finale, 10 ont réalisé un double sans faute, un résultat qui n’est pas surprenant au vu de la qualité du lot des chevaux qui s’étaient qualifiés.

7 ans : un podium hors des sentiers battus

Les 7 ans font exception à la règle et échappent aux bwp, kwpn et  autres Z. Le parcours exigeait et rapidité et, malgré les bonnes cotes,  les lauréats ne sont pas forcément des chevaux démonstratifs et grands formats mais malins, rapides, agiles et bien exploités. Ainsi trouve-t-on deux ISH irlandais aux 2e et 3e places, devancés par un cheval du stud-book polonais PZHK : Mjt Nevados (Calvados Z, Z et Nestia S, pzhk par Romualdo, kwpn), très respectueux, monté avec efficacité par Grégory Wathelet, qui l’a débuté au Sunshine Tour,
découvre petit à petit ses moyens et voit en lui un cheval à construire et à garder dans son piquet de bons chevaux.
La deuxième, MHS Washington (ISH, par Obos Quality,  old et Mill Royale, ISH par Cavalier Royale, holst), avait été acquis chez l’éleveur par Denis Lynch à quatre ans, puis rachetée par les parents de sa cavalière Laura Renwick, avec qui elle a gagné en juillet le championnat d’Angleterre des jeunes chevaux. Laura parle d’une jument « spéciale, assez nerveuse dans son comportement, mais facile, légère et sure d’elle une fois en piste. Tout ce qu’un cheval de sport doit être ! ».
Troisième, Talks Cheap (ISH, par Tinaranas Inspector, west et Dreaming, ISH par Colin Diamond, ISH), assez petit format, battant, généreux, est né, coïncidence, chez le voisin de son cavalier, Eoin  McMahon, employé par l’écurie de Carl Hanley, propriétaire de ce petit-fils d’Indoctro.

Retrouvez tous les résultats en cliquant ici!