Les affaires reprennent ?

vendredi 10 avril 2015 - Auvers (50)

  • imprimer

On a parlé d’un vent, d’une brise ou d’un souffle d’enthousiasme commercial avec les premiers SHF en Normandie. Qu’en est-il ? Les professionnels interrogés sur le terrain du SHF d’Auvers le 9 avril livrent leur sentiment ? Ont-ils constaté une reprise ? Que cherchent les clients ?

Stéphane Dufour largeL

Eric Fournier

Stéphane Dufour

Stéphane Dufour
« Ca a l’air de repartir. Le creux de la vague c’était l’année 2012 et dés la fin 2014 j’ai senti  que ca commençait à bouger de nouveau. Dans l’hiver nous avons eu des demandes émanant de gens, essentiellement des étrangers, qui savent précisément ce qu’ils veulent. Pour moi les  générations les plus demandées sont les 6 ans et plus ».

Philippe Epaillard
« Il n’y a du commerce que sur les bons chevaux pour faire au moins les 6 ans correctement.  Les  demandes  que j’ai  proviennent  aussi  bien  de  France  que  de l’étranger.  Je  constate  que  le  segment  qui marche  bien c’est celui  des chevaux entre  15 000  € et  20 000  €. On  fait  des  vidéos, on les envoie...et après...toutes ne débouchent pas sur une affaire  ferme. Dommage qu’aujourd’hui  à  Auvers  il  n’y  ait  pas  de  marchand.  J’ai  entendu  dire  qu’il  y  avait  eu  du  commerce il y a quinze jours à St Lô. Combien d’affaires sont allées au bout ? ».

Luc Coutaudier
« Tous les marchands cherchent le même cheval, celui qui  fait démonstration et dans lequel  on  perçoit  un  vrai  potentiel.  Il  doit  cumuler,  look,  locomotion,  facilité  d’emploi  pour  la revente  ultérieure.  Les  origines,  la  taille,  ça  devient  secondaire  mais  parfois  des  origines ressortent. Quant à la tranche de prix idéale, il n’y a clairement pas de vérité, ca peut flamber  au-delà du raisonnable. Ce qui est sûr c’est qu’il n’y a pas de marché pour les 4 ans »

François Grillard
« Je  m’en  sors  à  peu  près  parce  que  j’ai  un  réseau  en  Grèce  où  les  exigences  des  clients sont  moins  pointues  qu’en  France.  Les  gens  qui  investissent  dans  de  bons  4,  5  ou  6  ans démonstratifs sont des investisseurs qui visent une plus value à moyen terme ou des cavaliers qui lorgnent sur des côtes à 1.40 m ou 1.45 m plus tard. Je  regrette que les épreuves formation soient clairement des impasses. On perd notre temps ».

Jean-Luc Dufour
« Le  marché  est  actif.  Il  y  a  beaucoup  de  demandes,  pour  tout  type  de  chevaux, indifféremment hongre, mâle, ou  femelle. Ca  fait longtemps que je n’avais pas vu autant de dynamisme. Les chevaux a  fort potentiel trouvent preneur. Deux phénomènes nouveau : On ressent la  baisse  du  nombre  de  saillies  d’il  y  a  quelques  années  et  on  constate la  venue  de nouvelles têtes, souvent des cavaliers qui ont la volonté de se remuer pour leurs clients ».

Emmanuel Vincent
« La génération des 5 ans est la meilleure pour vendre aux alentours de 40 000 €. Ceux qui achètent sont des marchands, souvent des étrangers. J’ai du  réseau en Suisse et en  Italie via  Fernando Fourcade. Le marché n’est pas meilleur qu’en 2014, les vétos ne passent pas plus de visites d’achat et ca c’est un indicateur. Je reste toujours stupéfait par ceux qui refusent de vendre leur 6 ans à 150 000 € »

Sébastien Tence
« J’ai eu des demandes à Saint-Lô I mais aucune vente à la clé. Les propriétaires ne veulent pas  toujours  vendre.  Le  problème  avec  les  chevaux  c’est  qu’il  n’y  a  pas  d’Argus.  Les propriétaires veulent parfois conserver un jeune et espèrent davantage d’argent dans quelques  mois. C’est un jeu...parfois risqué il est vrai ! »

Grégoire Hercelin
« Les clients ne demandent pas de 4 ans mais plutôt des 5 ou 6 ans entre 50 000 € et 100 000 €.  Ils  doivent  être  beaux  et  montrer  beaucoup  de  respect.  Du  commerce  se  fait.  J’ai  des repères pour vous l’affirmer. Des acheteurs viennent en Normandie pour le Selle Français. On sent que des cavaliers français ont des propriétaires pour investir ».

Les avis sont donc partagés et avant de tirer des conclusions sur la vitalité du marché en 2015, disons plutôt qu’il est urgent d’attendre. Néanmoins l’offre reste importante si l’on se réfère au  record  d’affluence  attendu  la  semaine  prochaine  à  Saint-Lô.  On  parle  de  presque  400 parcours de 4 ans. Inédit

Eric Fournier

  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société


ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr