Platière, le retour !

jeudi 31 août 2017 - Île-de-France

  • imprimer

Le championnat des 4 ans femelles 2017 a été remporté par une belle SF originelle, Dalia Platière, née dans la Manche à l’élevage classique de Gilbert Leforestier. Elle était montée par Jérémy Le Roy, qui classe aussi Elite Dalhousie du Mesnil (4e). Un autre cavalier, Kevin Graindorge, se distingue également.

GS 17 Dalia Platière et Jérémy Le Roy largeP

Les Garennes

GS 17 Déesse de Rueire et Kevin Graindorge largeL

Les Garennes

Dalia Platière et Jérémy Le Roy

Déesse de Rueire et Kevin Graindorge

previous video next video

L’an dernier, sur un parcours légèrement rehaussé (cotes : 15 pour les verticaux, 110 sur 120 de largeur pour les oxers) les femelles de quatre ans avaient damé le pion aux mâles, avec un bien meilleur pourcentage de sans faute. Sur les mêmes cotes, cette année elles n’auront pas eu la même réussite. Elles sont au final 21 SF ou AA, soit 17,1 % des 123 partantes, à avoir effectué un double sans faute, contre 28, soit 21 %, chez les mâles et hongres. Reste que les cinq premières du championnat (combinaisons du score des deux épreuves et des notes de modèle, de style et de dressage), ainsi auréolées du label « Elite » mercredi 30 août, sont sans conteste des juments plaisantes.

C’est donc Dalia Platière (Dollar dela Pierre et Fétiche Platière par Papillon Rouge), montée par Jérémy Le Roy, qui l’emporte. D’un beau profil, elle montre un bon coup de dos, avec un geste des antérieurs toutefois perfectible. Son élevage, celui de Gilbert Leforestier, fait partie des « classiques » de la Manche, et Dalia est la seule « SF originelle » parmi les Elite. Les dernières fois qu’il s’était illustré ici remontent toutefois à la victoire de Frivole Platière dans les 5 ans en 1998 et à celle de Gentleman Platière dans les 7 ans en 2001. Mr Leforestier avait donc de quoi afficher un large sourire, ainsi que Lynda Guy, qui avait acquis Dalia en novembre dernier, dans l’intention d’en faire une poulinière pour son élevage dans l’Orne. Il faut dire que la base génétique est là, à tous les étages sans exception jusqu’à la sixième mère : la fameuse Kavala (à la base de l’élevage « de Thurin »).

Dalia Platière a coiffé d’un cheveu (3, 9625 points contre 3,9750) la bonne Déesse de Rueire (Vagabond de la Pomme et Thiamine de Rueire par Allegreto), née pour le compte du Suisse Edouard Neuhaus : un ami de Margaret et Jean-François Noël (élevage du Thot dans la Manche), qui hébergent la jument. La grand-mère de Déesse de Ruère est une jument suisse par Voltaire (han). Les Noël avaient donné Déesse à monter à leur découverte : le cavalier Kevin Graindorge, qui n’en était qu’à son premier Fontainebleau et n’en classe donc pas moins une jument Elite et en était ce jour-là à son vingt-septième sans faute d’affilée de la saison ! Pour l’élevage du Thot, Kevin Graindorge place également Diaz du Thot (Ready Boy des Forêts) à la 11e place.

Vient ensuite, Dana de Kerglenn (Mylord Carthago et Shana de Kerglenn par Diamant de Semilly), une grise sympa, peut-être encore un peu à construire mais généreuse et ne manquant apparemment pas de force. Elle était montée par son naisseur, Ronan Richard… tout comme les trois autres filles de Mylord Carthago de la finale… toutes nées également à l’élevage de Kerglenn ! Parmi elles, Déesse de Kerglenn, 11e.

 Quatrième, Dalhousie du Mesnil (Vigo Cécé et Quovadis du Mesnil par Jarnac) était, comme la gagnante, montée par Jérémy Le Roy, cette fois pour le compte de Charlotte Hue. Née dans le sud-Manche chez Jean-Luc Lebourgeois, Dalhousie est une fille de Vigo Cécé, dont on voyait la première génération de 4 ans : elle semble intéressante et son taux de qualifiés français sur les naissances françaises le met, à 14,5 %, parmi les tout bons. La famille maternelle de Dalhousie comporte d’assez nombreux gagnants indicés au dessus de 130.

Enfin la cinquième et dernière Elite est Dolce Vita des Blés (Von Chacco Ixe et Une Dame du Bouly par Diamant de Semilly), montée par Hadrien Leleu. Elle est donc la deuxième Elite ayant Diamant de Semilly comme père de mère. D’un modèle sérieux, dotée d’un bon équilibre et d’une force correcte, elle est une fille de Von Chacco Ixe (Chacco Blue x Nidor Platière), étalon appartenant à la naisseuse bien connue de Dolce Vita, Liliane Fromer (Elevage des Blés, dans les Vosges). La souche maternelle de Dolce Vita est excellentissime puisque rien moins que celle de Nino des Buissonnets (la grand-mère de Dolce Vita, Belle du Prélet, est aussi la grand-mère de Nino des Buissonnets). Du joli blé en herbe pour l’élevage des Blés !

Résultats du championnat des 4 ans juments ici

Photos par www.ouest-image.com

Emmanuel Jeangirard

Horse Telex
La base de données du cheval
  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table 83 Sylvain Massa

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
EQT 39 les coins

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr