Fine Merveille porte bien son nom
jeudi 29 juillet 2004

Cédric Lyard - Fine Merveille gué
ph : cosinus prod.

C’est sûr, Fine Merveille fait bien parti du lot des chevaux qui s’envoleront pour Athènes afin de disputer l’épreuve du concours complet d’équitation. Aujourd’hui âgée de 12 ans, cette jument selle français née chez André et Denise Allain ...

... a fait partie de l’équipe vice-championne du monde par équipe aux Jeux équestres de mondiaux de Jerez de la Frontera avec son cavalier désormais attitré, Cédric Lyard.Décédé depuis quelques années, André Allain qui a toujours élevé des chevaux de sport à La Croix du Fresne dans la Manche serait sûrement ravi de voir comment Fine Merveille a évolué.

Pourquoi votre mari a-t-il associé Dress Parade à Noce d’Or ?Mon mari aimait les chevaux de sang, c’est pourquoi il a utilisé Dress Parade, un étalon pur sang du Haras de Saint-Lô pour le mettre avec Noce d’or (par Pot d’Or). Noce d’Or a actuellement 25 ans et a produit environ quatorze chevaux plutôt orientés CSO, se souvient Denise Allain.

Vous vous souvenez quand elle était petite ?Fine Merveille portait bien son nom. C’était une belle pouliche, mais elle avait son petit caractère. Elle était nerveuse et solide. Quand je la sortais de l’écurie, mon mari me disait toujours : « Tiens la court !» Pourtant, elle montait toute seule dans le van. Elle a été débourrée par des jeunes cavaliers de la région.

Est-ce le seul phénomène de la famille ?Non, elle a eu des frères par Dress Parade qui sont partis aux Etats-Unis. C’est une bonne famille, car tous les ans, il y a des primes au naisseur.

Quand est-elle parti de chez vous ?A 3 ans, elle a été achetée par Mme Lalonde.

Mme Fiona Lalonde a été championne de France de CSO à la fin des années cinquante et s’est toujours intéressée à l’élevage.

Pourquoi aviez-vous acheté Fine Merveille ?Cette jument avait beaucoup plu à l’une de mes filles. J’avais été frappé par cette pouliche de 2 ans qui était très belle. Je l’ai envoyé dans le Lot et elle a été travaillée pendant un an puis je l’ai revendu à un ami pharmacien qui voulait absolument l’acheter.

Quels souvenirs avez-vous d’elle ?C’est un jument typiquement AQPS presque d’un modèle de pur-sang, mais qui avait un petit problème au niveau du dressage. Je l’avais remarqué quand elle avait 3 ans. Elle avait une belle manière de galoper et elle était tellement droite sur l’obstacle.

La grand-mère de Fine Merveille s’appelait Merveille. Elle était née au début des années cinquante. Maintenant, Fine Merveille se retrouve aujourd’hui dans la filière en complet avec visiblement, une certaine facilité. Elle sort donc un peu de la spécialité de sa famille qui était plutôt prédestinée pour franchir des barres de toutes les couleurs. Cette baie très près du sang a trouvé avec Cédric Lyard le chemin de l’Olympe. Il reste à savoir comment elle se débrouillera dans l’arène grecque avec son petit caractère, sa beauté et son joli coup de saut.