Galet d’Auzay, la pierre philosophale de Michel Robert.
vendredi 04 juin 2004

Michel Robert et Galet d'Auzay portrait
Michel Robert et Galet d'Auzay, un couple fusionnel ! © Cosinus Prod

Déjà présent aux Jeux Olympiques de Munich en 1972 en CCE, Michel Robert a décroché deux médailles de bronze par équipe (Séoul avec La Fayette et Barcelone avec Nonix). Galet d’Auzay sera-t-il celui qui lui permettra de gagner l’or ? Petite histoire de cet alezan dont le champion de France en titre et multi médaillé dit tout simplement qu’il est le meilleur cheval de sa carrière !

Galet d’Auzay porte l’affixe de l’élevage de Madame de Maupeou perpétré par sa fille Laurence et son gendre Patrick Blanckaert au Cellier (44), mais il est né à une trentaine de kilomètres à Héric chez Alain Clavier. Ce chef d’une entreprise dans le secteur du bâtiment est cavalier-amateur et élève depuis 25 ans dans sa propriété du Davier. La plupart de ses chevaux portent cet affixe comme Help Davier (par Quiniou, ISO 141 à 6 ans), sauf les produits de La Cour d’Auzay (Double Espoir) mère de Galet ! En effet, Alain Clavier a acheté en 1991 50% de La Cour d’Auzay avec la convention de garder pour ses produits l’affixe de l’élevage de Madame de Maupeou qui restait naisseur, lui-même étant co-naisseur. Cantor d’Auzay (ISO 135) représentait un croisement bien réussi entre cette jument issue d’une souche PS ( Kistara par Star) et l’étalon du Haras National de La Roche sur Yon, Leprince de Thurin, un Uriel de l’excellente souche Kavala de la famille Pottier. De quoi inciter l’éleveur à renouer le mariage avec ce petit fils de Rantzau (par sa mère Berceuse), père de nombreux gagnants dont Sultane Kerellec (ISO 175, CSI avec Gilles de Balanda) ou Bonheur des Saules, tête de liste de sa génération à 5 ans. Alain Clavier se souvient de la bonne amplitude de foulée de Galet, un poulain pas très épais, doté d’un bon caractère contrairement aux juments issues de la même famille plus délicates ! Le poulain est déjà remarqué lors de l’interrégional où il est sacré Champion Suprême. C’est Pascal Dubois actuel DTN adjoint à la FFE qui le premier, lors de son débourrage va sentir qu’il y a du potentiel dans ce produit de l’élevage des pays de Loire.

Vendu à 3 ans à Bruno Rocuet et à un de ses propriétaire, Galet obtient l’ISO 131 à 5 ans et 135 à 6 ans, se qualifiant ainsi pour la Grande Semaine sans être parmi les lauréats. Mais peu importe car l’alezan a été repéré par Michel Robert qui l’achète pendant le Sunshine Tour 2001. La formation du couple se poursuit sur le circuit international des 7 ans, en prenant son temps, car Michel Robert sent son cheval en proie à beaucoup de stress expliquant des pertes de poids à l’occasion des déplacements en concours jusqu’à l’an dernier. Pour fêter sa première année d’union, le couple s’offre un premier Grand Prix sur le Sunshine Tour 2002. C’est en 2003 que Galet entre dans le grand bain en remportant avec l’équipe de France la Coupe des Nations Super Ligue de Rome suivi d’une 7e place dans le GP. La victoire dans le championnat de France, puis une fabuleuse 3e place dans le GP d’Aix la Chapelle lui ouvre les portes du championnat d’Europe, médaille d’argent par équipe à la clé ! Après cette difficile échéance pour un 9 ans, Michel Robert avait décidé de lui octroyer quelques semaines de repos qui se sont un peu prolongées avec l’accident de son cavalier lors d’un CSI italien ! Galet d’Auzay explose néanmoins les indices concluant 2003 avec l’ISO 180 ! La saison hivernale a surtout été consacrée à un travail sur le plat avec les conseils de Christian Forlini. Fidèle à son souci de bien être de ses chevaux et au maintien de leur moral, Michel Robert s’attache aussi à effectuer un travail varié avec beaucoup d’extérieur. Et le tout leur réussi : 2e du GP du CSIO de la Baule, 2e de celui de Rome, avec ce Galet là Michel Robert ne devrait pas tarder à atteindre sa cible !

Heureux de voir la réussite de Galet, Alain Clavier avec beaucoup de modestie déclare que celle-ci tient dans la chance de son produit d’être tombé dans des bonnes maisons. Pourtant cet éleveur est peut-être bien un des rares – le seul en 2004 ?- à avoir deux chevaux en lice pour les présélections olympiques avec, outre la monture de Michel Robert celle de Daniel Etter pour la Suisse. Encore faut-il le savoir car l’affixe d’Auzay qui revient aussi à Hermine, une fille de Rosire HN et La Cour d’Auzay, avait disparu au profit de celui d’Impériale représentant une souche de l’élevage beaujolais de la famille Louchet ! Une curieuse confusion née au moment de l’enregistrement des deux juments, Hermine Impériale la baie, et Hermine d’Auzay l’alezane qui a participé à de nombreux grand rendez-vous dont le CSI W de Genève sous l’identité de la première ! La fille de Rosire exportée en Suisse par Thierry Paillot a fini par retrouver sa bonne identité et comme Galet met aujourd’hui l’élevage de la région nantaise à l’honneur.