Lanaken : Z assure aussi le "service après-vente"
mercredi 27 septembre 2017

lanaken 2017 ventes ambiance
lanaken 2017 ventes ambiance © Zangersheide

A Lanaken, les ventes aux enchères et les approbations d'étalons ne sont pas de simples épreuves annexes au championnat du monde des jeunes chevaux de saut d'obstacles. Elles participent très efficacement au recrutement et à la fidélisation des éleveurs pour le Stud-book Z.

Le championnat du monde des jeunes chevaux de saut d’obstacles de Lanaken n’est pas qu’une grande épreuve sportive et d’élevage. Elle est aussi pour le stud-book Zangersheide, hôte de ces épreuves, un moment crucial de promotion et de fidélisation de ses éleveurs grâce aux services qui leur sont apportés, notamment en terme de commercialisation. A ce titre, les approbations d'étalons et les ventes aux enchères de foals sont deux éléments essentiels de la politique de recrutement et de fidélisation du stud-book Z. Le sillon a été creusé de longue date par feu Leon Melchior, maître des lieux, et il faut dire que l'approche était visionnaire et que le travail effectué est d'une efficacité remarquable. Il a en outre le mérite de la continuité et de l'opiniâtreté. Judy-Ann Melchior, fille de Leon qui a repris les rênes de Z en Belgique, a décliné cette année le concept du Z Festival belge (concours d'élevage au printemps) en France, Allemagne et Pays-Bas, offrant aux éleveurs qui font le choix d'enregistrer leurs poulains au stud-book de les voir sélectionnés pour les ventes et les approbations de septembre à Lanaken. Ces deux événements se déroulent alors pendant le championnat du monde des jeunes chevaux de saut d'obstacles qui fourmille d'éleveurs, investisseurs, observateurs, marchands, cavaliers venus de toute l'Europe, tous à l'affut des tendances, des croisements, des étalons en vogue. Une concept global...

Dans ce contexte, les ventes de foals sont conçues comme une véritable salle des marchés, où les prix fusent dans tous les sens et où les foals proposés restent rarement plus de 5 mn en piste. Le vendredi et le samedi soir à partir de 19h00, une bonne trentaine de foals sont vendus chaque soir en deux heures ou guère plus. Pas de flonflons, mais un décorum sobre, de l'efficacité avant tout. Et pour les éleveurs, des frais limités : pas de frais d'engagement ni de box, uniquement 10 % sur le prix de vente.  Cette année les prix se sont envolés, avec une moyenne de 19 557 euros le vendredi soir (dont un Heartbreaker x souche de London à 76 000 euros), et de 26 867 le samedi ! La législation n'est la même qu'en France, et par conséquence les résultats publiés ne précisent pas, comme à Fences par exemple, si les chevaux sont "rachetés" ou réellement vendus, mais vu l'effervescence on veut bien croire que la très grande majorité est vendue. Ce fut le cas, quoi qu'il en soit, pour les Français croisés sur place : Philippe Prévost ("Fondcombe" - 01) et son épouse qui ont vendu le vendredi un Malito de Rêve avec la souche de Ionesco de Brekka 12 000 euros, Fabrice Perrin (69) qui a vendu un foal de Comilfo Plus Z avec la souche de Nifrane 42 000 euros, et Emmanuel Spinnewyn (52) qui a vu partir son mâle par Balou du Rouet et une demi-soeur de Brantzau par Chacco Blue 40 000 euros...

 

Pour les approbations d'étalons, lire article : ici

Résultats ventes ici