Ventes SHF du Mans : un bon point de départ pour la commercialisation

jeudi 11 février 2016

  • imprimer

La SHF proposait un nouvel opus de ses ventes, ces 9 et 10 février, au Boulerie Jump, juste à côté du Mans. Une quinzaine de poneys et une soixantaine de chevaux étaient inscrits à cette présentation au cours de laquelle les chevaux ont sauté un parcours chaque jour.

ventes le mans 2016 largeL

Aurélie Covini

ventes le mans 2016 largeL

Aurélie Covini

previous video next video

L'organisation est désormais bien huilée avec des bornes d'accès aux vidéos des chevaux, un vétérinaire sur place pour les visites ou compléments, des parcours pédagogiques qui mettent les chevaux en valeur... bref, rien ne semble enrayer cette belle mécanique qui aurait méritée un afflux de visiteurs/acheteurs plus important.
France Tailleau est cavalière amateur, c'est la première fois qu'elle assiste aux ventes du Mans « Je suis venue car je recherche un cheval de complet pour faire des épreuves amateur et quelques pros avec ma monitrice. Je voulais un cheval de 5-6 ans maxi, mais pas plus car j'ai envie de le former, donc je ne cherche pas spécialement un cheval trop « prêt », je ne suis pas pressée. J'ai pu repérer une fille de Controe qui m'a bien plus. Je cherche une jument car je souhaite aussi pouvoir la faire pouliner par la suite, mais avant ça il faut qu'elle ait une bonne attitude, de l'aptitude pour le cross, et surtout un bon feeling car l'idée est de garder la jument, pas de faire du commerce. Dans l'ensemble je trouve que les ventes sont bien faites, l'ambiance est calme, tout se passe dans l'ordre même si j'ai parfois l'impression que cela s'adresse plus à des pros. L'idée pour moi aujourd'hui est de repérer des chevaux pour aller les essayer bientôt avec ma coach. J'espère avoir trouvé d'ici le mois de mars », confie la souriante jeune femme déjà propriétaire de plusieurs équidés. « Le seul bémol : le réseau ! Pas toujours facile de réussir à joindre les gens et beaucoup d'infos sont sur Internet, il faudrait un bon réseau Wifi », ajoute aussi l'acheteuse potentielle qui a finalement pu faire connaissance au box avec la monture repérée.
Le réseau, mais professionnel, c'est aussi ce qui intéresse Charles Henri Robert, cavalier qui a ses écuries sur le pôle du Mans : « Même si les chevaux ne sont pas vendus aujourd'hui, cela permet quand même de les faire voir, et parfois de les commercialiser quelques mois plus tard. Ces ventes m'ont permis de vendre des chevaux lors des précédentes éditions et surtout de rencontrer des acheteurs qui sont venus m'acheter d'autres chevaux ensuite. C'est aussi une bonne opération de communication, l'occasion de nouveaux contacts », commentait le cavalier à sa sortie de piste (voir interview ci dessous)

Le mardi des pros, le mercredi des amateurs

Même constat pour Bénédicte Barrier de l'élevage du Banco qui participait à cette édition avec pas moins de 4 chevaux : « 2 de mes chevaux ont été essayés suite à leurs prestations le premier jour, et l’un d’eux a même été essayé par deux acheteurs potentiels différents. Ce sont de bons contacts et j'espère qu'une vente va se concrétiser. Les gens ont besoin de temps pour réfléchir et se décider. L'année passée j'ai vendu un cheval sur les deux que j'avais présentés mais la vente s'est faite plusieurs semaines après. Quoi qu'il en soit pour le commerce, c'est aussi un excellent exercice pour les jeunes avant le début de la saison, l'occasion de leur faire prendre de l'expérience. Ils sautent dans de bonnes conditions, sont filmés, photographiés et il y a une bonne communication autour des ventes. C'est positif pour la suite, et même si il n'y a pas trop de monde dans les tribunes, ceux qui sont là sont des acheteurs potentiels, il n'y a pas de badaud », note Bénédicte Barrier qui apprécie le professionnalisme de l'organisation.
Grégory Berna participe aux ventes dans l'équipe de la SHF comme « facilitateur » pour mettre en relation les acheteurs avec le cheval qui leur correspond le mieux. « La commercialisation prend du temps et même si 4-5 chevaux ont d'ores et déjà été vendus, c'est dans les semaines à venir que la majeure partie du commerce se fera. Sur la journée de mardi, nous avons eu plus de professionnels : des marchands venus de la région parisienne, de Bretagne ou des Pays de la Loire. Il y avait aussi un Canadien et quelques étrangers, des anglais notamment. Mercredi, nous avons eu un peu plus d'amateurs mais une partie des chevaux présentés, peut être plus intermédiaire dans les moyens mais bien mis, pouvait bien leur convenir », note Grégory Berna.
Et si certains préfèrent le feu des enchères, ces ventes amiables qui permettent le temps de la réflexion ont finalement quelque chose de rassurant pour vendeurs et acheteurs et représentent pour les éleveurs une bonne occasion de baliser la voie vers la commercialisation.
Le prochain rendez-vous pour les ventes SHF est dans 2 semaines, à Mâcon Chaintré  du 23 au 24 février ou de nouvelles ventes amiables proposeront des chevaux de sport de 4 à 7 ans.

Pour voir ou revoir les chevaux de ces ventes : www.shf-market.com

Aurélie Covini

previous video
next video
  • imprimer


On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A table N48 - François Xavier Boudant

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr