Ventes du Mans : le commerce maussade

mercredi 02 octobre 2013 - Le Mans

  • imprimer

100 chevaux ont été proposés à la vente les 28 et 29 septembre dans le cadre d'une vente amiable organisée par la SHF au Boulerie Jump du Mans. Cette belle organisation n'a cependant pas rencontré le succès qu'elle aurait pu mériter à en juger par le peu de personnes qui avaient pris place dans les gradins du grand hall.

vente le mans 2013 largeL

Les chevaux ont été présentés sur deux parcours, l'un samedi et l'autre dimanche, mais aussi sur un parcours de comportement où la facilité des chevaux au quotidien a été mise à l'épreuve lors de tests simples comme monter dans un van, passer dans un couloir avec, de part et d'autres, des choses regardantes, passer de filet en licol dans un espace donné... "Ce genre d'exercices peut paraître décalé, néanmoins, pour des amateurs, cela leur permet de juger aussi du degré de manipulation des chevaux. Au final, seulement la moitié des chevaux qui ont participé ont passé ce test avec succès", notait Philippe Rossi, co-organisateur de cette vente amiable avec la SHF. Si l'organisation semblait parfaitement huilée avec des parcours mettant vraiment en valeur les chevaux, les visiteurs et acheteurs potentiels, eux, ne se sont pas bousculés.
"Nous avons peut être commencé à communiquer un peu tard, mais la communication à l'occasion de la Grande Semaine a bien marché. Le gros problème a été de trouver une date car beaucoup de week-ends sont déjà très chargés en octobre avec les ventes Nash, le concours-étalon, le mondial du Lion, Equita'Lyon... Il fallait aussi que nous proposions un créneau pas trop éloigné de Fontainebleau, avant que les 4 ans ne soient tous repartis au pré, c'est pour cela que nous avons finalement choisi ce week-end, même si la tenue du Master pro n'a pas joué en notre faveur. C'est un des points qu'il nous faudra améliorer à l'avenir. La nouveauté de cette vente a aussi été la présence tout au long du week-end de Grégory Berna, cavalier jeunes chevaux, qui a été missionné par la SHF pour accompagner acheteurs et vendeurs et favoriser les contacts. La bonne corrélation entre le potentiel d'un cheval et les objectifs de l'acheteur est très importante si l'on veut que la mise en relation fonctionne, c'est pourquoi Grégory était présent pour évaluer les chevaux et aider les clients à mieux s'y retrouver parmi la centaine de chevaux présentés. Notre rôle dans ce genre de vente se limite à la mise en relation, il n'y a pas de commission pour les vendeurs ou acheteurs, cela reste une négociation à l'amiable où chacun est libre. Après, l'aboutissement de la négociation dépend du tarif, de la visite vétérinaire, et pour tout ça nous ne jouons aucun rôle. Globalement c'est une mise en route et il faut du temps pour installer des ventes de ce genre. Chaque expérience, même si elle peut sembler mitigée, nous permet d'éviter des erreurs pour la prochaine vente. A l'avenir nous allons sûrement nous orienter vers une formule avec un nombre limité de chevaux mais qui aurait lieu un week-end de CSI par exemple", expliquait Philippe Rossi à l'issue de ces deux journées.
Les ventes ont néanmoins permis l'essai d'une trentaine de chevaux suite aux parcours de présentation, et dimanche en fin de journée, plusieurs chevaux étaient encore essayés sur les carrières. A noter que chaque propriétaire a pu repartir avec des vidéos de son cheval, un support qui permettra peut être d'aider à la finalisation d'un commerce à l'avenir et à défaut d'avoir été vendu, les chevaux sans fautes sur les parcours d'obstacles et au test de comportement ont été récompensés par une prime de 180 €.

Aurélie Covini

  • imprimer

0Commentaires

KARINE B | 03/10/2013 09:11
Très bonne initiative sont ces ventes! Le contexte économique n'aide pas au commerce...Etant moi meme à la recherche d'un jeune cheval, je me retrouve souvent devant des chevaux annoncé à un tarif surévalué par rapport aux performances et niveau! C'est à se demander si les vendeurs ont vraiment besoin de faire du commerce...Et effectivement beaucoup de chevaux veulent etre vendu par rapport à leur cout de revient et non sur la qualité!
ERIC G | 02/10/2013 15:11
A quoi bon faire ce genre de vente sur un marché si peu mature que les professionnels ne peuvent faire aucune marge brute ?
Marge brute = Prix de vente - coût de production

Le prix du marché ne correspond à aucun standard de rapport qualité prix. D'un autre coté, vu le peu de chance de rentabiliser son achat même s'il s'agit d'un sujet performant compte tenu des dotations insignifiantes des concours amateurs, tout ceci aboutit à une situation contre spéculative néfaste au marché du cheval d'amateurs.

Même si le nombre de compétiteurs a augmenté, la demande sovable prêt à débourser le prix cohérent correspondant à un cheval valorisé n'existe pas.

La solution ?
Il y en aurait une ... Les CRE devraient survaloriser au moins les championnats régionaux Amateur Elite avec une dotation en rapport avec les frais engagés par ce sport et de vraies retombés média par des dossiers de presse aux journaux locaux.
Donner de la "noblesse" à un projet sportif régional est une décision micro-économique qui à terme aurait des retombés macro-économique sur toute la filière...
Messieurs les présidents de CRE en avaient vous conscience ? Etes vous prêts à gérer en les démultipliant les retombés du championnat du monde 2014 ???? L'avenir nous le dira...
PHILIPPE P | 02/10/2013 13:06
Contrairement au nombre de licenciés qui a baissé de 706449 à 694480 entre 2012 et 2013 le nombre de compétiteurs a augmenté dans le même temps de 153422 à 153669 . Le besoin en chevaux prêts à l'emploi ne faiblit donc pas.

Le commerce se fait ailleurs avec de vrais professionnels qui vendent des chevaux d'une génétique plus performante, mieux valorisée à moindre coût et donc d'un meilleur rapport qualité prix.

Au Mans les chevaux nés à l'étranger étaient interdits, certaines fourchettes de prix variaient du simple au double sur le catalogue et la plupart des prix ne correspondaient pas au cours du marché que les éleveurs semblaient confondre avec leurs coûts de production...

Ceci explique cela et la prime surréaliste de 180 € ( payée par qui ?) pour acte de présence ne changera rien.

Ph. POPPE



On passe à table

Marine Haÿ vous emmène déjeuner chez un professionnel du monde équestre.
Dans l’intimité de sa cuisine, il se livre avec authenticité.

La semaine dernière
On Passe A Table N43 Stéphanie Brieussel

HS elevage

Guide de l'élevage

Recherchez un étalon parmi les 700 étalons du Hors-Série et obtenez des informations sur : la génétique, le prix de saillie, le type de monte, le propriétaire…

annuaire cheval

Annuaire du cheval

Recherchez une personne ou une société



ÉQUItagada
Equitagada 21 master la jambe fixe

Le Widget des actualités Leperon.fr

Les actus de Leperon.fr sur votre site

L’information de Leperon.fr, écrite par la rédaction des équipes de L’Eperon, mise à jour en temps réel, consultable gratuitement sur votre site internet.
>> Installer le widget Leperon.fr