Suite et fin de la saison handisport 2007
vendredi 09 novembre 2007

handisport7-letartre-gibraltar C
José Letartre et Gibraltar CNP Buzenval - Ph.D.R.

La saison 2007 de jumping handisport s’est achevée ce samedi 3 novembre, sur la grande piste d’Equitalyon : que peut-on rêver de mieux en France ? L’ouverture avec le championnat de France au CSIW de Bordeaux, la clôture avec le salon Lyonnais qui organisait la finale de la coupe de France… pour la première fois.

Cette finale à Lyon, sixième et dernière étape du circuit commencé en juin au CSIV de La Baulle –puis Saint-Lô, pro1 de Cabourg, pro2 de chevillon et le RIDE de Deauville) , les cavaliers l’avaient demandée pour équilibrer le circuit, mais aussi parce qu’Equita Lyon les avait extrêmement séduis dès la première édition de ses épreuves handi l’an passé. Sylvie Robert et toute son équipe avaient cette année encore tout prévu pour accueillir magistralement les 15 cavaliers handis, d’abord lors d’une warm up le vendredi matin, puis lors de la Grande Finale samedi après-midi à 16 h.Côté résultats, le seul à réussir le doublé : remporter la coupe de France et la finale, est Vladimir Vinchon sur Five Oklok Tiger dans le Petit Tour. Il avait d’ailleurs annoncé la couleur en arrivant : « Vous allez voir le cheval est top, on a fait des progrès terribles ! » Les deux autres catégories ont réservé leur lot de surprises. Dans le Grand Tour, Frédéric Aguillaume sur Ok Nouveau Lieu, parti en première position, n’a pas vraiment laissé de marge de manœuvre aux autres concurrents : chrono plus que canon, et sans faute bien sûr ! Si Frédéric ne participe au circuit handi que de façon sporadique, il n’aime pas venir pour rien… Il l’emporte donc à Equita, mais sans inquiéter José Letartre, auteur d’un petit 4 points samedi sur Louxor. José avait accumulé suffisamment de victoires d’étapes pour être quasiment intouchable, et s’adjuge la coupe de France du Grand Tour 2007. Dans le Tour Guidé, réservé aux non-Voyants, la Coupe revient à Ophélie de Favitski et Epinette impressionnante d’aisance tout au long de la saison, et enchantée de pouvoir partir sur de plus grosses épreuves qui devraient s’ouvrir à partir de l’année prochaine. Le cavalier du grand Tour Bruno Arnoux, (deuxième au classement), avait endossé sa toute nouvelle casquette de guide, étrennée avec Ophélie une semaine auparavant en Irlande, où ils avaient d’ailleurs fait main basse sur les classements. Ce samedi à Lyon, une petite barre sur le numéro 1 a cependant privé Ophélie de la victoire en finale, à l’avantage de Laetitia Bernard, qui avait fait le pari un peu fou d’aligner au départ Karayan Serville, son nouveau, et premier cheval, rencontré il y a un peu plus d’un mois. Malgré une peur bleue du cheval dont c’était le premier indoor lors de la warm up, et du coup de la cavalière, un travail exceptionnel grâce à l’aide de Michel Robert et d’Andy Booth du Haras de la Cense permit au quatuor Laetitia/Karayan/Michel/Galet de réaliser un sans faute et de remporter l’épreuve.

Intégrant des nouvelles étapes pour le circuit Coupe de France, et des aménagements du règlement pour permettre plus d’équité entre les niveaux des cavaliers et les handicaps, la saison 2008 promet d’être dynamique et inventive. Avec toujours en ligne de mire, le développement international. Là-dessus, d’importants efforts restent à faire. Les deux open internationaux organisés successivement en Angleterre et en Irlande ne suffisent pas à enclencher le processus. Pour qu’un groupe de travail officiel soit créé au sein de la FEI, un nombre signifiant de nations doit reconnaître le saut d’obstacle handi. La France l’a fait depuis des années, l’Angleterre et l’Irlande sont en cours de procédure, mais les autres ? D’ailleurs quelles autres ? Autre noeud dont il faudra un jour venir à bout : le règlement commun, et toujours ces éternelles questions : handicap ou niveau ? multiplier les catégories ou garder une lisibilité ? La solution idéale n’a pas encore été trouvée, mais il existe suffisamment de propositions à tester, pour espérer que l’une d’elle se détachera. En attendant la nouvelle saison, les cavaliers handi devraient présenter leur discipline lors de démonstrations au salon du Cheval de Paris en décembre. Et en quittant Equitalyon, une phrase synonyme d’enthousiasme et presque d’impatience était sur toutes les lèvres : "On se revoit à BORDEAUX pour le Championnat de France!"

Photo d'archive