Epilogue pour Horse Land ?
lundi 18 novembre 2019

Manege Horse Land
Le manège du complexe, visant à accueillir des compétitions internationales. © Ph. Coll Horse Land

Il semblerait que le feuilleton Horse Land, dont le premier épisode s'est tenu il y a une dizaine d'années, puisse prendre fin au mois de décembre : l'immense complexe situé en banlieue de Lille et dont l'une des vocations était d'accueillir des compétitions internationales, sera vendu aux enchères début décembre. Si vous avez quelques millions d'euros à investir, des visites groupées sont prévues d'ici là !

Mais revenons d'abord sur l'incipit de l'histoire, pour bien comprendre ce qu'est Horse Land.

Ce complexe, c'est d'abord le rêve d'un homme, Gérard Defrance, promoteur, qui imagine au début des années 2000 une vaste structure, alliant hôtellerie de luxe et complexe hippique haut de gamme. Quelques années plus tard, en 2008, le chantier démarre sur plus de 20 hectares, à Premesques (59). Un projet d’envergure, qui provoque notamment l'inquiétude des élus locaux et des habitants par son ampleur. Horse Land, c’est un hôtel de 60 chambres, des salles de séminaires, des restaurants, un centre de remise en forme et une structure équestre de 80 boxes, avec manège et carrières. Les travaux durent deux ans. Mais, en 2010, le chantier est stoppé. Une polémique s'installe alors sur le coût non maîtrisé des dépenses. Pourtant, le promoteur rassure et indique que le projet verra bel et bien le jour. Mais, en 2013, Gérard Defrance met subitement fin à ses jours.

Des rebondissements à n'en plus finir

S'ensuit une procédure judiciaire qui place Brigitte Defrance, la veuve du promoteur, au coeur de l'actualité. Après plusieurs mois de redressement, Horse Land est liquidé en octobre 2014. Après moult rebondissements devant le tribunal de commerce de Lille, le complexe devait être vendu aux enchères. Plusieurs repreneurs s'étaient fait connaître et l’un d’entre eux, consortium régional au sein duquel se trouve notamment le groupe immobilier Beci, avait retenu l’attention du tribunal de commerce de Lille. Son souhait : développer à Prémesques l’activité touristique et équestre. Le candidat, qui avait proposé 1,6 million d’euros à la reprise de l’imposant complexe, avait été retenu. Mais la somme proposée semblait trop faible à Brigitte Defrance, qui avait fait appel de cette décision. En juillet 2015, la cour d'appel de Douai annule la vente. Retour à la case départ. Parallèlement, l'affaire, délocalisée du tribunal de Lille au tribunal d'Arras en raison de la trop grande implication d'un juge lillois dans le dossier, s'était poursuivie. Après le rejet du pourvoi en cassation des éventuels repreneurs (le consortium), il était question de revendre le complexe aux enchères, d'un seul tenant. 

En juillet dernier, après plusieurs années de rebondissements supplémentaires, Horse Land est mis aux enchères. Mais, au grand dam du maire de la commune, Yvan Hutchinson, aucune proposition n'est formulée pour faire l'acquisition du bien. Pour l'élu, qui traîne Horse Land comme un détestable petit caillou dans son soulier depuis plusieurs années, la situation n'a que trop duré. En colère, il pointe dans les colonnes du quotidien régional La Voix du Nord le prix bien trop élevé exigé pour le complexe...  Six mois plus tard, début décembre, nouvelle mise aux enchères pour la structure : deux lots sont proposés aux potentiels acheteurs, aux prix de départ de 2 et 4 millions d'euros. La famille Defrance, désireuse de commercialiser le bien, a même créé un site en amont de la vente. Une première visite publique est organisée demain, mardi 19 novembre (10h). Les lieux seront également accessibles aux potentiels acquéreurs le 26 novembre (10h). 

Date de la vente : le 4 décembre, à 14h, au tribunal de Grande instance de Lille. Plus d'infos ici