Impulse Horse Runners, comme dans des chaussons
lundi 29 novembre 2021

Impulse Horse Runners
Impulse Horse Runners propose des semelles en polyuréthane, plus respectueuses des pieds et de la locomotion du cheval © Coll.

Les technologies évoluent et les acteurs de la filière, désireux d’améliorer le confort du cheval, développent de nouvelles solutions, notamment en termes d’équipement. Coup de cœur de L’Eperon lors du concours Hippolia des start-up, Impulse Horse Runners propose des semelles en polyuréthane, plus respectueuses des pieds et de la locomotion du cheval.

Alors que le fer classique semblait indétrônable il y a encore quelques années, et qu’il paraissait peu pertinent de remettre son rôle en question, les habitudes évoluent et d’autres alternatives apparaissent aujourd’hui aux propriétaires, y compris dans le monde du sport. Si certains ont décidé de déchausser purement et simplement leurs chevaux - et y trouvent leur compte -, d’autres se situent à mi-chemin et ne sont pas prêts à abandonner le fait de chausser leurs chevaux. C’est à cette clientèle que la société Impulse Horse Runners s’adresse. Lors du salon Equita Lyon en octobre dernier, sa dirigeante, Annabel Heath, qui a présenté son activité devant le jury du concours des start-up, a détaillé son projet et le contexte dans lequel il s’inscrit. « Pendant plusieurs décennies, il paraissait impossible de voir un cheval faire de la compétition pieds nus », assure celle qui est également podologue équin. « Le projet Impulse Horse Runners a vu le jour à partir du moment où j’ai commencé à chercher des solutions pour ma jument qui avait un problème aux pieds et qui ne tolérait pas de ferrure rigide. Je suis allée voir ce qui se faisait à l’étranger et notamment aux États-Unis. Une société y proposait des semelles pour chevaux, composées de matériaux plus souples et donc plus respectueux de la locomotion. »

Des semelles à brocher ou à coller

Impulse Horse Runners, en lien avec la société américaine, a commencé à commercialiser ses produits dès la fin de l’année 2020. « Nous fournissons des maréchaux, qui installent nos semelles sur des chevaux de sport, de randonnée, d’endurance… La demande est présente et nous avons le souci d’échanger avec les professionnels de la maréchalerie pour qu’ils comprennent quels intérêts ont nos produits. L’idée n’est pas de leur faire concurrence mais bel et bien de trouver la chaussure qui convient le mieux à chaque cheval. »

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 393 de L'Eperon Hebdo (paru le 24 novembre 2021), disponible sur notre boutique en ligne.