Développer sa musculature
samedi 25 juin 2022

Illustration cavalettis
Illustration cavalettis © Pixabay

Vous bavez devant la musculature impeccable de certains chevaux en concours et rêvez que votre cheval ait la même ? Même si votre partenaire ne ressemblera jamais à la version équine de Tom Cruise, sachez qu’il est possible de muscler et améliorer la condition physique de presque n’importe quel cheval.

Vouloir développer la musculature de son cheval ne lui apportera que des bénéfices. Non seulement un cheval en bonne condition physique sera mieux protégé contre les petites blessures et baisses de forme, mais en plus la diversité des exercices sera excellente pour son développement physique et mental. Pour donner un peu de (bon) volume à son cheval, voici trois exercices à intégrer à son entraînement. Mais attention, n’oubliez pas qu’il ne faut jamais brûler les étapes ! À en demander trop et trop vite, il y a de grandes chances de ne récolter que raideurs et courbatures. On évite de passer d’un entraînement quasi inexistant à la routine d’un bodybuilder, et on préfère construire progressivement et intelligemment son cheval.

Cavalettis et barres au sol

Si votre cheval a l’habitude de sauter, les cavalettis sont un excellent moyen de construire sa musculature sans forcer sur ses articulations. Pour franchir un cavaletti, les chevaux doivent reporter leur poids vers les postérieurs et pousser sur ceux-ci. Ils sont donc particulièrement bénéfiques pour renforcer l’arrière-main. Ils améliorent également la technique en faisant fonctionner l’ensemble du corps et en l’encourageant à basculer, ce qui aidera le développement de la ligne du dessus et des épaules. Si votre cheval ou vous ne sautez pas, le travail sur les barres au sol est tout aussi excellent. Qu’elles soient franchies au pas, au trot ou au galop, elles travaillent toutes les parties du corps du cheval, aident à renforcer l’arrière-main et à améliorer la technique de saut en faisant travailler l’ensemble de la ligne du dessus et en incitant le cheval à engager son dos et soulever ses épaules. Le travail sur les barres doit être effectué à toutes les allures pour en tirer le maximum de bénéfices, mais les franchir (comme les cavalettis) au galop peut donner une sensation similaire à celles d’un saut et encourage le cheval à engager son postérieur intérieur.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 423 de L'Eperon Hebdo (paru le 22 juin 2022), disponible sur notre boutique en ligne.