Jean-François Denis, vers les championnats d'Europe
lundi 30 mai 2022

Jean-François Denis
Jean-François Denis © Sylvia Flahaut

Du 3 au 6 juin prochains se tiendront les championnats d’Europe de maréchalerie en Suède. Parmi les sélectionnés et représentants de l’équipe de France, Jean-François Denis, trente-cinq ans. Après avoir participé à deux éditions, cet habitant de la Côte d’Opale compte bien transformer l’essai.

La maréchalerie, pour Jean-François Denis, c’est tout simplement une vocation. « Quand j’étais enfant, je montais un peu à cheval », retrace- t-il. « Un jour, j’ai vu un reportage sur le métier de maréchal-ferrant et cela m’a immédiatement convaincu. J’ai fait mon stage de troisième chez Max Bourlois, à Licques (62), et puis j’ai orienté mon cursus vers l’apprentissage du métier. » Originaire de Boulogne-sur-Mer, Jean-François Denis aime le travail aux côtés du cheval, l’aspect artisanal et le fait de se déplacer. Ainsi, à l’âge de quatorze ans, il met le cap sur Landivisiau, en Bretagne, où il intègre la Maison familiale et rurale. « J’y étais interne et je ne revenais chez moi, dans le Pas-de-Calais, qu’une fois par mois », se remémore le maréchal. « Ce cursus fonctionnait un peu comme de l’alternance : j’étais douze semaines à l’école et le reste chez mon patron, Jean-Pierre Mercier, qui était installé dans les Côtes d’Armor. » Pendant deux années, Jean-François Denis apprend le métier en Bretagne. Puis, il met le cap sur Verdun, où il se spécialise en orthopédie et pathologies, au Centre de formation des apprentis. Après deux années de pratique à Fontainebleau puis au Mans, il revient au bercail et s’installe à Samer (62) en 2006.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 419 de L'Eperon Hebdo (paru le 25 mai 2022), disponible sur notre boutique en ligne.