Responsable d’écuries en compétition, l’indispensable métier de l’ombre
mardi 07 juin 2022

Illustration écuries
Illustration écuries © Scoopdyga

Des plus belles compétitions internationales, on voit surtout les pistes implantées dans des lieux somptueux, et les performances que les cavaliers et leurs chevaux y réalisent. Mais qu’en est-il de l’envers du décor, au-delà des carrières et des gradins ? Comment sont notamment organisées et gérées les écuries, qui accueillent quelques-uns des meilleurs chevaux du monde, dans des installations parfois éphémères et atypiques ? Réponse avec Grégory Servantie, stable manager.

Sur la plage de Miami, au pied de la tour Eiffel, en plein coeur de Cannes, Londres, Stockholm et du port de Monaco… Le Longines Global Champions Tour est, entre autres, réputé pour une chose : organiser quelques-unes des plus grandes compétitions du monde dans des lieux qui, à première vue, ne sont absolument pas faits pour accueillir ce type d’événement. D’autant plus qu’au-delà de ce que voit le public – c’est-à-dire la piste et les gradins –, il faut également, pour les organisateurs, trouver de la place pour loger (confortablement) les chevaux, et donc installer quelque dizaines de boxes au sein d’écuries parfois montées de toutes pièces. On n’y pense pas toujours, mais il s’agit souvent là d’un véritable challenge. Cette face cachée du spectacle, Grégory Servantie la connaît bien. Il a travaillé lors des étapes du Longines Global Champions Tour de Valkenswaard, Paris,Saint-Tropez, mais aussi des étapes Coupe du monde de Vérone, Lyon, Paris, et tant d’autres encore, notamment en tant que responsable des écuries.

Être multitâche

On pourrait évidemment croire que s’occuper des écuries lors d’un concours signifie uniquement concevoir le plan des boxes et s’assurer que tout se passe bien dans cette zone. Mais la réalité est toute autre.

La suite de cet article est à découvrir dans le numéro 420 de L'Eperon Hebdo (paru le 1er juin 2022), disponible sur notre boutique en ligne.